Dans le secteur sauvegardé du 7e arrondissement de Paris, mitoyen de
l’hôtel de Matignon, un appartement de réception de 458 m²
Paris, PARIS paris 75007 FR

Situation

Le bien se situe rue de Varenne, dans le 7e arrondissement, entre la rue du Bac et la rue Vaneau, en plein secteur sauvegardé. Aujourd'hui, le quartier est connu pour sa concentration d'ambassades et de ministères, installés dans une multitude d'hôtels particuliers, plus élégants et imposants les uns que les autres. Ici, les grilles délicates, les lourdes portes cochères et les hauts murs cachent souvent de grands jardins où diplomates et hommes d'affaires évoluent à l'abri des regards. Le quartier doit d'ailleurs son nom à l'hôtel des Invalides, splendeur du règne de Louis XIV, construit pour rendre hommage et soigner les blessés de guerre. Qui pourrait croire qu'au 17e siècle, ces terres étaient de vastes étendues vierges où courraient les lapins de Garenne ?

Description

L’immeuble de facture classique et en pierre de taille a été édifié en 1924. Il est l’œuvre de l’architecte promoteur Jean Walter. En retrait de la rue, le bâtiment principal se situe au fond d'une cour pavée, dont l'accès est protégé d'une grille en fer forgé sur un renfoncement en demi-lune. L'espace sépare ainsi les deux ailes en retour d’équerre de la bâtisse, se faisant face l'une à l'autre.
Le corps du logis se déploie entre un rez-de-chaussée et un étage carré, surmontés de combles. En tout, on aperçoit quatre travées d'ouvertures.
Dans la continuité, pour former les deux ailes latérales de la façade du bâtiment principal, un rez-de-chaussée entresolé et le premier étage carré sont traités en soubassement avec corniche, supportant le toit avec son niveau de combles.
Sur la façade du bâtiment principal et au centre des sept travées, le percement d’un passage sous une arcade en anse de panier conduit à l’arrière de la parcelle où se trouvent une seconde cour et une autre aile agencée selon un plan en U et donnant sur la rue. En face, le mur est mitoyen du jardin de l’hôtel Matignon.
La travée centrale du bâtiment principal est plus large que les autres. Au premier étage - juste au-dessus du passage - un balcon à faible saillie est porté par des consoles à enroulement selon un décor de feuilles d’acanthe. Les linteaux en plein cintre de l’entresol sont ornés en clés de voûtes de mascarons. Les travées de fenêtres sont séparées par des refends, formant des pilastres jusqu’au quatrième étage. Le cinquième étage est souligné d’une corniche avec un fronton denticulé. Sous rampant, dans la toiture d’ardoise, huit lucarnes bombées, quatre centrales et deux à chaque extrémité sur chaque avant-corps latéral. La toiture est à la Mansard avec brisis à lignes de coyau d’ardoises, terrassons de zinc en forme de pavillon sur les avant-corps latéraux.

L'intérieur

Derrière la première cour, sous le porche à gauche, la porte d’entrée du hall (avec digicode) se trouve au milieu d'une baie composée de panneaux vitrés. Le seuil franchi, le sol est revêtu de marbre à cabochons. L’escalier en pierre à plan octogonal tournant est habillé d’un chemin de tapis en laine rouge avec barres de contremarches en laiton. Dans le noyau du même escalier, une imposante gaine d’ascenseur grillagée avec sa cabine en chêne vitrée dessert tous les niveaux.
L'appartement occupe à lui seul un étage entier de la bâtisse. Une double porte accède à l'entrée. Elle prend les allures d'un immense vestibule se déployant tout en longueur et sous une hauteur de plafond de plus de trois mètres. L'espace est éclairé d'une large baie parée de vitraux par laquelle se diffuse la lumière naturelle venant d'une courette. L'ample couloir de circulation dessert en tout une quinzaine de pièces en enfilade. Partout, le sol est couvert d'un parquet ancien, posé en quinconce. Les volumes sont magnifiés par le corps principal de l'édifice, en double profondeur. Il confère à l'ensemble un éclairage traversant, dont les fenêtres donnent sur chacune des cours.
Chaque aile est composée de quatre fenêtres d'où la lumière éclaire dix pièces côté cour d’honneur. Côté rue, la large baie du balcon est encadrée par une fenêtre de part et d’autre. Côté courette, un escalier de service. À chaque angle, se trouvent des sanitaires.
Côté cour intérieure, quatre portes-fenêtres accèdent à un balcon filant et trois autres pièces. Deux autres points d’eau avec toilettes se situent aux angles. Au fond et en retour, deux pièces avec portes-fenêtres donnent sur le balcon avec vue sur le jardin de l’hôtel Matignon.

Ce que nous en pensons

En plein secteur sauvegardé du 7e arrondissement, où les hôtels particuliers ont été dessinés par les plus grands architectes des 17e et 18e siècles, voilà une adresse d'exception. Voisins de Matignon, centre névralgique du pouvoir, se situe cet élégant appartement vaste, calme et lumineux. Ils sont la promesse d'un lieu de vie privilégié qui conviendra aux plus discrets. Les volumes clairs et agencés avec intelligence, qui s'étirent en longueur et en hauteur, renforcent l'impression d'espace et de fluidité. Les marqueurs des prestigieux appartements parisiens sont tous présents. En somme, après quelques travaux d'aménagement, il en résultera un univers serein et feutré au charme discret.

8 500 000 € Honoraires de négociation inclus
8 173 077 € Honoraires exclus
4% TTC à la charge de l'acquéreur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 408331

Surface réception200 m2
Hauteur sous plafond3.50
Surface totale intérieure458 m2
Nombre de pièces 15
Nombre de chambres 8
Nombre de chambres possible10
Surface Carrez 458 m2

Nombre de lots 51
Montant moyen annuel de la
quote-part de charges courantes
21520 €

Aucune procédure en cours menée sur le fondement des articles 29-1 A et 29-1 de la loi n°65-557 du 10 juillet 1965 et de l’article L.615-6 du CCH

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Responsable


Guillaume Naa +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus