Dans le Morvan, près d'Autun, un château du 18e s.,
sa dépendance et son parc.
Autun, SAONE-ET-LOIRE bourgogne 71400 FR

Situation

Dans le paysage bocager du Morvan, entre ses monts boisés et le massif granitique d'Uchon, la propriété se situe en Saône-et-Loire, à 10 min en voiture de la ville patrimoniale d'Autun et un 15 min du site archéologique de Bibracte. À 6 km, une ville avec tous les commerces de première nécessité, école, collège, cabinet médical, ainsi qu’une gare TER rejoignant Dijon et Nevers. La gare TGV du Creusot, qui relie Paris en 1h20 et Lyon en 45 min, se trouve à 40 min de la propriété. La Suisse est à 2h30 de route.

Description

Une grille en fer forgé ouvre sur une allée rectiligne qui mène directement au château et à la cour des dépendances. Une haie sur la gauche et un alignement d'arbres à droite bordent l'allée et conduisent à une demeure d'architecture typique de Bourgogne parée de son toit en petites tuiles de Bourgogne au cœur d'un parc de 1 ha et 30 a, avec piscine et tennis. Le château est constitué d'un corps principal, ancienne maison forte contemporaine du pigeonnier du 16e s., agrémentée au 17e s. puis au 18e s. de deux pavillons de part et d'autre. Au 19e s., il est augmenté d'une tour rectangulaire couverte un toit terrasse crénelé, adossée au pavillon nord. Exposé est-ouest, le château surplombe le parc en premier plan, monts en toile de fond. Les dépendances, devant la façade nord du château, ferment la cour.

Le château

Il est élevé sur deux niveaux sous combles et en partie sur caves. Les façades sont enduites et marquées par des chaînages d'angle en granit provenant des carrières locales. Les toitures couvertes de petites tuiles de Bourgogne, avec épis de faîtage, sont percées de lucarnes à croupe pourvues de joues en bardeaux de châtaigniers typiques de la région. Au centre de la façade ouest ouverte sur le parc, un escalier extérieur couvert d'une charpente en croupe, accède au premier étage. À droite de l'escalier, une glycine et une vigne vierge se rejoignent. Les ouvertures avec persiennes en bois plein, sont agrémentées de fenêtres en bois à grands carreaux. La façade est, visible en arrivant, se distingue par la tour crénelée à gauche, qui élève l'ensemble de l'édifice.


Rez-de-chaussée
La porte d'entrée en planche de bois cloutées, située dans la cour, est protégée par un auvent en tuiles plates de Bourgogne avec un seuil pavé. Un couloir d'entrée distribue la cuisine-salle à manger sur la gauche et une chaufferie sur la droite. Il donne en enfilade sur l'entrée, débottée en hiver. La cuisine-salle à manger, murs à la chaux, plafond à la française et tomettes au sol, comprend une vaste cheminée en pierre de taille agrémentée d'un poêle. Sur la gauche, un meuble potager en carreaux de faïence qui permettait de cuire les légumes du jardin. La cuisine communique avec la grande salle à manger donnant sur le parc, avec lambris d'appui, une fontaine en alcôve dans les boiseries, et sol en carreaux de ciment produit dans les faïenceries locales au 19e s. La salle à manger distribue un dégagement contenant l'escalier principal et la salle de séjour. Traversante et illuminée deux portes-fenêtres accédant au jardin, elle présente une grande cheminée engagée en pierre de Bourgogne ainsi que d’une large niche avec une ancienne pierre d'évier surmontée d'un linteau en bois. Les plafonds sont à la française, murs enduits à la chaux, sol en dalles en pierre de Bourgogne de Comblanchien. La salle de séjour accède au pavillon sud, comprenant lui aussi un petit salon d’été avec sol en mosaïque, cheminée en marbre, donnant sur le jardin et la piscine, un escalier secondaire et des toilettes.
Premier étage
À ce niveau, un palier dessert sur la gauche un appartement de trois chambres dont deux avec salle de bains privative, et des toilettes. Sur la droite, une chambre douée d’une salle de douche et de toilettes. En face, un couloir mène, sur la droite, à une grande chambre au plafond peint, et, à son extrémité, à l'escalier extérieur. La chambre communique avec le palier de l'escalier secondaire, qui distribue une autre chambre dotée de sa propre salle de douche avec toilettes.
Deuxième étage
Sous combles, le niveau se compose de deux parties indépendantes.
À gauche, le pavillon nord et la tour sont accessibles par l’escalier principal. Un palier dessert une grande salle de séjour avec une charpente cathédrale, sur la gauche trois chambres ainsi qu’une salle de bains à aménager et des toilettes. Un escalier secondaire monte dans un bureau situé dans la tour carrée, puis sur le toit terrasse.
Dans le pavillon sud, accessibles par l'escalier secondaire, se trouvent deux chambres supplémentaires.
Tour
Dans la tour du 19e s., un grand bureau avec des fenêtres de chaque côté de la pièce. Un escalier conduit, par un belvédère, au toit terrasse dégageant une vue panoramique sur la campagne.
Les caves
Le château est en partie sur cave. Sous le pavillon sud, une cave voûtée abrite les installations techniques de la piscine. Sous la tour carrée, le local de la chaufferie accueille l’accès à la cave.

Les dépendances

Enduites à la chaux et couvertes d'ardoises, elles délimitent la cour. Les dépendances sont partagées en copropriété avec la ferme mitoyenne avec accès indépendants. L'aile principale appartient à la propriété. Le pigeonnier est couronné d'une couverture d'ardoises en écailles de poisson.


Rez-de-chaussée
Au centre de la façade principale, une porte mène aux étages. À gauche, les anciennes écuries qui ont conservé une stalle, servent actuellement de bûcher, et donnent sur l'ancienne sellerie. À droite, un grand garage avec double porte, puis l'entrée du pigeonnier, ainsi qu’un chenil.
Premier étage
Un palier distribue une cuisine à aménager, une grande pièce et, au fond d'un couloir, un escalier conduit à l'étage sous combles.
Combles
Aménageables, ils se composent d’un vaste espace sous une grande charpente laissant apparaître entraits, contrefiches, fermes, enrayures, etc.
Rez-de-jardin
À droite, une allée descend vers le tennis. À gauche, sous les dépendances, l’orangerie. Il s’agit d’une vaste pièce voûtée fermée par une large baie vitrée du 19e s. avec montants en fer forgé.

Le parc

Devant la façade ouest du château, une terrasse, délimitée par un muret et un puits en extrémité, surplombe le parc riche de pelouses en pente douce, puis un bosquet. Parmi les essences plantées dans ce parc d'agrément (frênes, chênes, tilleuls, charmes coniques, charmilles), s’observent quelques arbres remarquables dont un hêtre pendulaire de 400 ans, un cèdre, deux hêtres pourpres, ainsi qu’un hêtre vert. Deux bassins agrémentaient autrefois les pelouses qui entourent le château. Une piscine de 10 m de long et 5 m de large, sécurisée par un grillage, se trouve à droite de la terrasse. Le tennis se situe à gauche de la terrasse, en contrebas des dépendances, devant l'orangerie.

Ce que nous en pensons

"Il y a là un hêtre ; je suis bien persuadé qu’il n’en existe pas de plus beau : c’est l’Apollon-citharède des hêtres." (Un roi sans divertissement, Jean Giono, 1947). Presque aussi anciens l’un que l’autre, au sein de la propriété, le bâtis et le parc s’harmonisent d’égal à égal. En bordure du Morvan et très proche d'Autun, ils trônent au cœur du paysage bocager.
Maison secondaire pour les fins de semaine, maison principale pour une famille, chambres d’hôtes, location saisonnière en totalité, etc. tous les usages perdraient cependant en prestige sans leur environnement : au croisement de Lyon et de Paris, au carrefour du tourisme œnologique et du parc naturel régional du Morvan, mêlant piscine et tennis aux sorties culturelles, randonnées et excursions fluviales.

990 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 716861

Surface cadastrale 13060 m2
Surface du bâtiment principal 500 m2
Nombre de chambres 11
Surface des dépendances 260 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Sud du Morvan


Marie de La Ville-Baugé +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus