Sur un promontoire en terre Languedocienne,
un château du 17ème siècle inscrit MH
Pézenas, HERAULT languedoc-roussillon 34120 FR

Situation

Le château se situe dans un bourg proche de Pézenas, ville au riche patrimoine historique, dans un environnement calme de collines, de bois et de vignobles. Il est établi sur une éminence à faible déclivité qui commande dès le 11ème siècle un carrefour routier, lui donnant ainsi l’aspect d’un castrum à plan radioconcentrique. Son centre ancien allie une église romane, des maisons du 18ème siècle et quelques constructions « Art-déco », preuve de la prospérité de la vigne jusqu'à cette époque. Le village apparaît dans les textes à la fin du 11ème siècle. À équidistance de Montpellier et Béziers (gares TGV et aéroports internationnaux) ; accès autoroutier et gare à 10 km, commerces à proximité ; à une demi heure des plages de Sète et du bassin ostréicole de Thau ; tout proche du Canal du Midi.

Description

Une grille ouvre sur une esplanade plantée de pins d'Alep centenaires en surplomb des villages voisins et du vallonnement des vignobles. Le château est composé de deux corps de bâtiments assemblés en T. Le corps principal orienté nord-sud est flanqué à l’angle nord d’une tour de plan circulaire. Accolé par son petit côté sud au mur gouttereau de l’église, il s’ajoure, côté est, sur une cour et une impasse. La façade principale fait une trentaine de mètres de longueur. Une succession de quatre carrés de pelouse rythment le sol et un rosier vient s’agripper au mur de la tour médiévale. Deux entrées y accèdent : l’une côté parc au centre de la bâtisse, composée d’une porte plein-cintre à fronton brisé avec une niche dans le tympan sur pilastres doriques ; l’autre, côté bourg, dans l’impasse de l’église. Cette deuxième entrée est un aménagement 18ème siècle : deux pilastres doriques encadrent la porte et soutiennent un entablement orné de métopes et triglyphes. Un boudin formant division de niveau à l’appui des fenêtres du deuxième étage dans la partie droite de la façade. Quatre portes et plusieurs baies sur trois niveaux harmonisent la façade. Les encadrements des fenêtres à croisée ou à simple traverse du 17ème siècle sont simplement dégagés par une feuillure. Certaines sont flanqués de volets en bois. La façade ouest remanié au 19ème siècle a également fait l’objet de restaurations. C’est ainsi que les fenêtres à croisée du 18ème siècle mutilées par les baies du 19ème siècle, ont retrouvé leur aspect primitif.
Les toitures classées MH ont été refaites avec les matériaux inhérents au style des couvertures languedociennes (tuile canal).
À l'extrémité ouest du parvis, un emplacement de stationnement et un garage adossé à la clôture de la piscine où apparaît le clocher.

Le château

Adossé au village aux allures médiévales, un premier château fut édifié au 12ème siècle. Cependant, les vestiges rencontrés dans la demeure actuelle ne sont pas antérieurs au 15ème siècle. Les divers travaux effectués au 17ème siècle ont totalement remodelé le château médiéval qui englobait l’église paroissiale. À cette époque, aurait été construites les baies (à croisée, à meneaux et à traverse) de la façade principale et autres éléments décoratifs intérieurs. Reconstructions successives dues aux destructions et guerres de la Réforme : selon le degré d'implication des seigneurs d’alors dans « l'hérésie ». Les hommes ont souffert, les bâtiments aussi. Les travaux effectués sur le château ont été motivés par une reconstruction indispensable. Le bâtiment fut ensuite remanié au 18ème siècle. Un des murs du T est accolé à l’église. Sauvé d’une activité agricole en 1975, la bâtisse a bénéficié d'un ambitieux et respectueux projet de restauration. Elle a été ensuite aménagée avec tout le confort moderne nécessaire.


Rez-de-chaussée
Au milieu du corps central, une haute porte au linteau cintré, comme toutes les baies de cette façade, donne sur l'escalier principal inscrit MH. À volées droites autour d’un noyau plein, le plafond des marches est formé d’un berceau plein-cintre rampant et chacun de ses paliers est supporté par deux travées voûtées en pendentif. Il faut noter l’exceptionnelle qualité de la mise en œuvre de ces voûtes en pendentif, appareillées sur plan de voûtes en arc de cloître. Les mêmes voûtes et le même plafond apparaissant également dans la maison consulaire de Pézenas datée de 1622.
Le vestibule d'accueil de distribue, d'un côté, deux pièces de réception en enfilade ; de l'autre, une chambre couverte de tomette et une salle d'eau attenante. À l'est, du côté de l'impasse de l’église, un escalier privé mène aux étages. À ce niveau, un bûcher avec une porte ouvrant sur le parvis.
De l’escalier principal situé dans l’entrée, quelques marches en contrebas conduisent à une cave et une remise. Le grand escalier accède aux pièces de réception du premier étage. Toutes les pièces communiquent en enfilade autour de la cage d’escalier.
Premier étage
Le palier accède, d'un côté à une pièce de réception avec plafond à la française à trois moulures, où trois grandes fenêtres à meneaux donnent sur l’esplanade ; dans l’angle, l’enceinte de la tour dont la particularité est d’être circulaire à l’extérieur et carrée à l’intérieur. De la salle de réception, une porte ouvre sur la cour intérieure où l’ombre d'un figuier centenaire dispense son ombre durant la saison chaude. De l'autre côté du palier, le grand salon/salle à manger divisé au siècle dernier par des cloisons à retrouver son volume primitif. Le faux plafond du 19ème siècle a été supprimé pour dégager le plafond à la française d’origine et une cheminée monumentale y a pris place. Le sol entièrement refait a été dallé de travertin. Un escalier en fer forgé redescend vers l’entrée côté église. Adjacent au salon, une grande chambre avec salle d'eau anciennement parquetée de chêne et noyer, a une terrasse privée en surplomb de la piscine. Depuis le salon, un couloir mène à la cuisine équipée et ornée d'un vitrail réalisé par un artiste. Un coin repas est établi dans l’ancienne tour. Une porte et une volée de marches accèdent aussi à la cour intérieure. Plus loin dans le couloir, des toilettes et une chambre avec salle d'eau. Une troisième chambre avec mezzanine en bois ouvragé dans le style méridional, plafond à la française, cheminée du 18ème siècle avec une salle d'eau attenante vient conclure cet étage. En effet, la chambre étant accolée au mur de la paroisse, une fenêtre donnant directement dans le chœur de l’église permettait autrefois à la seigneurie d’assister aux offices religieux depuis ce promontoire.
Deuxième étage
Le grand escalier à volée droite mène au dernier étage. D'un côté du palier, une salle de réception aménagée en salle de détente et de jeux. Une succession de baies côtés est et ouest ouvrent sur un paysage vallonné, portant le regard à l’horizon comme depuis toutes dans les pièces de ce même niveau. Dans l’angle, comme à l’étage inférieur, la pièce carrée de la tour fait office de réserve. De l’autre côté du palier un salon aménagé en salle de télévision est couvert d’un parquet mêlant les essences de noyer et de châtaignier. À l’arrière, une annexe a fonction de lingerie. Des toilettes. En suivant, une salle d'eau, des toilettes et deux chambres supplémentaires. L'une d'elles donne sur l'église ; l’autre, sur la cour intérieure. Cette dernière a conservé un décor caractéristique de la région avec une porte de placard en aulne. Derrière celle-ci un petit bureau dans la tour enclavée rejoint l’escalier central par une volée de marches en bois.
Jardin
Essences méditerranéennes, pins d’Alep séculaires et parterres de pelouse viennent animer l’esplanade. D’un seul tenant et entièrement clos de mur, sa surface est de 1.600m² environ sur une prise au sol totale de 2.100 m² environ. À l'extrémité ouest du parvis, une aire de stationnement a été aménagé en dehors du champ de visibilité du monument. Il est possible de garer quatre véhicules : deux sous l’abri de 25 m² environ et deux autres en face, contre la grille de la piscine. Cette disposition ne gêne en rien la vue sur la façade.
La piscine se situe également à l'extrémité sud-ouest de la façade. Elle est séparée de l'esplanade par une haie de cyprès de Florence et une grille de sécurité. De belle dimension : 6 m x 12 m et une profondeur allant de 1,20 m à 1,90 m. À l'abri des regards, la piscine donne sur le chevet de l'église du village.
La cour intérieure, côté est du château, est d'une surface d'environ 170 m². Elle est abritée par un respectable figuier centenaire qui l'ombrage. Un barbecue en pierre y est installé. Idéalement placée, l'accès se fait par la cuisine ou la salle de réception. Le mur de soutènement de la cour semblerait être un ancien mur d’enceinte de l’époque médiévale.

Ce que nous en pensons

Repaire tranquille, loin de l’effervescence, dans l'arrière-pays de l'Hérault que certains appellent la « Toscane Française ». Convoquer histoire, architecture, paysage et qualité de vie, c’est tout un art que la demeure incarne. Au-delà de la simple histoire de la transmission, hérité d’une kyrielle de dames et seigneurs au cours des siècles, le noble château plonge le visiteur dans un temps où l’époque médiévale s’associe au siècle des Lumières pour un voyage dans l'histoire et les espaces intérieurs qui ont repris toute leur élégance grâce à l’apport et l'engagement constant des actuels propriétaires.
La proximité de hauts lieux patrimoniaux et centres culturels raviront également les férus de festivals, tandis que la nature environnante invitera à la randonnée.

1 380 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 229083

Surface cadastrale 2050 m2
Surface du bâtiment principal 665 m2
Nombre de chambres 6
Surface des dépendances 25 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Sud Hérault


Fabrice Delprat +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus