Proche de Paris, un château du 17ème siècle,
au cœur d'un parc d'exception, romantique et botanique, d'environ 45 ha
Arpajon, ESSONNE ile-de-france 91290 FR

Situation

À environ 35 km de la capitale, accessible par l'autoroute A10 et par l'aéroport d'Orly, le domaine s'inscrit dans le riche paysage du Hurepoix historique, boisé et cultivé. Il est situé à proximité d'un terrain de golf qui s'étend sur plus de 100 ha et propose quatre parcours de neuf trous.

Description

Une grille encadrée de deux pavillons ouvre sur une allée qui mène à la cour d'honneur. Le château est formé d'un corps de logis principal encadré de deux ailes en retour d'équerre. Une extension appelée « Le petit château » vient s'appuyer sur l'aile sud, délimitant une élégante petite cour. Au nord se situent les dépendances, les écuries, le château d'eau, la chapelle, les communs et deux serres. Côté ouest, une pièce d'eau agrémente le parc clos de murs et de sauts-de-loup.

Le château

Il est classé au titre des Monuments Historiques. Son origine remonte au 16ème siècle, époque à laquelle Gilles Lemaître, avocat général de François Ier, acquiert ce fief et y fait construire un manoir en pierre et brique. En témoigne l'ancienne porte ouvrant sur un pont-levis. Au 17ème siècle, le château sera repris par la famille Lamoignon et monumentalisé dans l'esprit de Le Vau. Il inclura un parc à la française. En 1775, les Lamoignon transmettront la demeure aux Dupleix de Bacquencourt qui contribueront à son embellissement. Depuis lors, il est toujours dans la même famille. Au 19ème siècle les ducs de Padoue, cousins de Napoléon, lancent une grande campagne de restauration, transforment le jardin en un parc à l'anglaise et le complètent d'un étang dessiné par les frères Bühler. La demeure est formée d'un corps de logis central encadré par deux pavillons d'angles coiffés d'une toiture à l'impériale et terminée par deux ailes basses en retour d'équerre. Les façades sont composées d'un grès ocre et beige et de panneaux de brique rehaussés de guirlandes à feuillage. Neuf travées constituent la façade principale dont trois font partie de l'avant-corps central rehaussé d'un fronton triangulaire garni de sculptures et percé d'un œil-de-boeuf. Côté cour d'honneur, cet avant-corps est souligné par un balcon ceinturé d'une rampe en fer forgé et, côté parc, d'un large perron accédant au jardin. Les toitures en ardoise à forte déclivité sont percées de lucarnes cintrées. Un perron, de chaque côté, rehausse de quelques degrés l'accès au rez-de-chaussée.
Sur trois niveaux sur caves, sa surface habitable est d'environ 1.250 m².


Rez-de-chaussée
Une entrée dans chacune des ailes accède à ce niveau. Elle est constituée par un vestibule dont les murs lambrissés d'un blanc cassé/gris s'appuient sur un sol en dallage à cabochons noir et blanc. De chaque vestibule part un escalier qui dessert les étages. Dans l'aile nord, l'un d'eux distribue d'un côté une longue galerie d'une surface d'environ 100 m² sous une hauteur de plafond de 6,50m destinée à l'exposition d'une collection de tableaux. À la suite, une bibliothèque, le sol est en parquet Versailles en chêne, les murs habillés de lambris d'appui ; de l'autre côté, ce même vestibule mène à une salle à manger dont le sol est un parquet Versailles : les murs y sont lambrissés, celle-ci ouvre sur un premier salon orné d'une cheminée en marbre blanc où les cartouches surmontant les portes sont richement décorés de scènes composées de putti, fruits et guirlandes de fleurs. Celui-ci accède, en enfilade au grand salon appelé « salon à l'italienne » qui occupe la partie centrale du château. Monumental, impressionnant par son volume, il est traversant, ouvert de larges baies qui offrent une vue, à la fois, sur la cour d'honneur et sur le parc et son étang. Il mesure 17 m de long et s'élève sur deux étages sous un plafond peint d'un ciel de printemps. Le décor d'origine du 17 ème siècle, grecques, médaillons à l'antique et trophées, allégories de la guerre et de la paix, a été enrichi au 19ème siècle par l'architecte Delarue et le peintre Denuelle. Une balustrade en bois peint vient ceinturer le premier étage. Les tapisseries à fond rouge des cantonnières, le mobilier, et le bois noir et or au goût des demeures impériales du second empire rendent le décor à la fois grandiose et intime. Le sol est un parquet de chêne à point-de-Hongrie. À la suite, le « salon vert » est de style Louis XV et a été créé par Denuelle. Il est agrémenté d'une cheminée en marbre rouge des Flandres, les murs sont habillés de lambris de bois peints dans un vert tendre et raffiné. Suit une pièce appelée « le musée Napoléon» où règne une ambiance de cabinet de curiosités, sous un plafond peint d'un ciel en trompe-l'oeil. Les murs en ottoman rouge sont soulignés de lambris d'appui rehaussés de moulures peintes en noir : ce musée accède au second vestibule d'entrée situé dans l'aile sud. Ce vestibule abrite un large escalier en pierre qui monte à l'étage et ouvre sur une très large salle à manger. Les murs de celle-ci sont peints en jaune pâle; le haut des portes est décoré de médaillons composés de vase Médicis et guirlandes de fruits et fleurs. Elle accède aussi à une partie qui a été aménagée en un appartement comprenant :un salon, une chambre, une cuisine, une salle de bain et des toilettes.
Premier étage
Un couloir distribue de chaque côté du grand salon, trois chambres avec salle de bain ou salle d'eau et une chambre avec petite salle à manger et cuisine, soit un total de huit chambres. Toilettes. Chacune des chambres est agrémentée d'une cheminée en marbre. Le sol est un parquet de chêne et elles ouvrent des perspectives sur le parc et son étang.
Deuxième étage
Six chambres dont une avec salle de bain et, pour la plupart des autres, un cabinet de toilettes. Un long couloir éclairé en partie par un oeil-de-bœuf et des lucarnes cintrées distribue plusieurs pièces à usage de rangement. Les sols sont couverts de tomette ; les cheminées, en marbre. Grands greniers dans les parties supérieures.

Le petit château

Il a été reconstruit au 19ème siècle par Delarue et vient s'appuyer sur l'aile sud. Sous une toiture en ardoise ornée d'un horloge encadrée de pots-à-feu, sa façade harmonieuse et équilibrée offre le charme d'une grande et noble demeure. Elle est composée également de brique et pierre, percée de nombreuses baies ouvertes sur le parc.
Répartie sur deux niveaux, la surface habitable est d'environ 410 m².


Rez-de-chaussée
Il est composé d'un salon, d'un bureau/chambre avec salle de bain, d'une salle à manger accédant à une cuisine aménagée. Les sols sont en dallage à cabochons noir et blanc, les cheminées en pierre de style Louis XV et les murs sont habillés de tissus. Toilettes. Plus loin se situe l'ancienne « grande cuisine »,décorée de noir et rouge van Dyck. Les grands fourneaux en fonte et la haute cheminée y témoignent de la continuité d'une intense activité culinaire.
Premier étage
Cinq chambres, une salle bain, toilettes. Le parquet est en chêne ; les cheminées, en marbre.

Les dépendances

Elles se situent au nord du château et s'articulent autour d'une cour carrée, où un parterre de pelouse dessiné dans le style des jardins à la française est orné de topiaires de buis en forme de sphère.


Bâtiment de réception
Il s'agit des anciennes écuries. Les façades du bâtiment en retour d'équerre sous une toiture couverte de tuile plates, traditionnelles en terre cuite, sont percées de nombreuses baies en plein cintre dessinées par l'architecte Damesme. Parfaitement restaurées, elles ont conservé des éléments d'origine comme les stalles ou encore, les sols en pavé ou brique, les poutres au plafond. L'aile gauche se compose d'une entrée d'où part un escalier qui mène à l'étage, d'une très grande salle de réception d'environ 215 m² ouverte sur un auvent, une cuisine pour traiteur, et à l'étage de sanitaires.. L'aile droite quant à elle est composée de deux espaces pour une surface d'environ 120 m² et deux salons à l'étage.
Remise
Elle abrite au rez-de-chaussée des garages et à l'étage, deux appartements rénovés et aménagés. L'un est composé d'un salon, d'une chambre, d'une cuisine aménagée et équipée et d'une salle de bain, de toilettes, pour une surface d'environ 52 m² ; l'autre appartement, d'une cuisine/salle de séjour, d'une chambre et d'une salle de bain et de toilettes pour une surface d'environ 42 m².
Chapelle
Elle date du 17ème siècle et est consacrée à la Vierge Marie et à Saint Claude. Un porche à fronton dans le goût néoclassique, comme les pilastres de l'intérieur, en protège l'entrée. À l'intérieur, le sol est un dallage en damier noir et blanc. L'autel en marbre de Carrare, encadré d'anges adorateurs, est toujours présent sous un plafond voûté.

Le château d'eau

Édifice unique en France, il date de1640, il est classé "Monument Historique". Ses murs en pierre sont abrités par une toiture couverte de tuile de terre cuite. Des éléments de son fonctionnement subsistent encore aujourd'hui, notamment la salle du manège, l'axe en bois, une partie des roues d'engrenage, la cuve en plomb.
Il compte quatre niveaux. Au sous-sol se situe la réserve d'eau de source ; au rez-de-chaussée, appelé « manège », un axe était entraîné par le mouvement de deux mulets sur un chemin pavé circulaire. Au premier étage, des roues d'engrenages mettaient alors en mouvement des pistons qui faisait monter l'eau au niveau d'une cuve en plomb située au deuxième étage à une hauteur de 7 m, produisant un volume suffisant pour alimenter le château.
La source sous-jacente permet encore aujourd'hui d'alimenter l'étang et d'arroser une partie du parc en périphérie du château.

Les pavillons

Ils sont au nombre de deux et encadrent l'entrée du château, l'un est à usage d'habitation et comprend un salon, un bureau, une cuisine et, à l'étage, deux chambres, une salle de bain, toilettes. Le second pavillon est à usage de bureau : au rez-de-chaussée, une grande pièce et une petite cuisine. A l'étage trois chambres et une salle de bain.

Les serres

La grande serre ellipsoïdale fait partie d'un ensemble de deux serres implantées au abords de l'ancien potager, construit par Delarue en 1860. La grande serre était une serre froide exposée nord-sud destinée plus spécialement à garder hors-gel des plantes à feuillage ou espèces fragiles. Ses dimensions sont d'environ 22 m de long, 8,50 m de large et 3,50 m de hauteur. Elle est accompagnée d'une petite serre, ou serre chaude, destinée aux semis et aux jeunes plants.
Un peu plus loin dans le parc construit à la fin du 19e siècle sur les restes d'un pavillon du 18ème siècle, une petite gloriette ou "pavillon des enfants".

Le parc

Le parc s'étend sur une superficie d'environ 45 ha, et est labellisé « Jardin remarquable ». D'abord conçu « à la française », il a été transformé au 19ème siècle en un parc romantique à l'anglaise par les grands paysagistes Louis-Martin Berthault et les frères Bühler qui ont créé, entre autres, une pièce d'eau de plus d'un hectare bordée de massifs décoratifs. où se reflète la demeure. La palette végétale s'enrichit alors : tulipiers de Virginie, cyprès chauves, pins noirs d'Autriche, Laricios de Corse, massifs de chênes plus que centenaires, hêtres, cornouillers, et aussi de nombreux massifs d'azalées, rhododendrons, hydrangéas ou encore, l'étonnant séquoia géant qui a reçu le label d' «Arbre Remarquable ». Durant tout le 20ème siècle et sous l'impulsion de paysagistes de renom, les plantations vont continuer. Depuis 1980 d'importantes campagnes de restauration et de création ont été menées à blen, des milliers d'arbres et d'arbustes ont été replantés jusqu'à nos jours, sans interruption, dans une perspective esthétique et botanique.

Ce que nous en pensons

Imposant, élégant, majestueux, le domaine offre, dans la même enceinte, un tableau complet d'une certaine tradition des demeures aristocratiques françaises. L'harmonie et l'équilibre de l'ensemble, alliés à la chaleur de la pierre, de la brique et de l'ardoise illustrent l'excellence architecturale de la fin du 17ème siècle. Les propriétaires successifs du château et de son parc, consacré à l'art du jardin, n'ont eu de cesse de l'embellir, et de l'étoffer, aidés par des grands paysagistes jusqu'à nos jours. Les futurs occupants profiteront du fruit de l'ensemble de ce travail. Les dépendances déjà aménagées pour l'organisation de réceptions ainsi que la conception de l'intérieur de la demeure, qui comprend nombre d'escaliers, points d'eau dans chaque pièce, porte dérobées et plusieurs cuisines aux dimensions différentes, pourraient faciliter l'aménagement de divers espaces indépendants. En outre, sa proximité avec la capitale est un atout certain.

Vente en exclusivité

Prix : nous consulter
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 524073

Surface cadastrale 45 ha 80 a 88 ca
Surface du bâtiment principal 1645 m2
Nombre de chambres +20
Surface des dépendances 700 m2

Conseiller
Fontainebleau et sa région


Gilles Baleria +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus