Proche de Toulouse, un château du 18e s. et ses dépendances
au coeur d'un parc de plus de 6 ha
, HAUTE-GARONNE midi-pyrenees FR

Situation

À une vingtaine de kilomètres au sud-est de Toulouse et 30 min de l'aéroport Toulouse-Blagnac, à la bordure orientale du département de Haute-Garonne.
Le Lauragais, au cœur duquel sont inscrits le château et son domaine, a vu son histoire et sa géographie marquées, du 15e au 17e s., par la culture du pastel, l'or bleu de la Renaissance, puis par l'exportation céréalière que le canal du Midi aura accrue dès le 17e s, productions qui lui valurent ses surnoms de "Pays de Cocagne" puis de "grenier à blé du Languedoc". La région tient également sa renommée de son patrimoine, comprenant abbayes et églises, châteaux et bastides, pigeonniers et moulins à vent, ou encore stèles discoïdales, comme de son histoire religieuse, marquée par le catharisme et le protestantisme.
Situé à la limite nord du comté du Lauragais, dépendant de la baronnie de Lanta, le domaine du Pujolet occupe une croupe dominant un profond vallon.

Description

En 1597, Jean Lombrail, marchand et capitoul, en achète les terres. Une maison de maître y est édifiée en 1659, dont il subsiste aujourd'hui les deux tours en pavillon (des pigeonniers) qui flanquent l'entrée de la cour d'honneur, ainsi qu'une partie des communs. Vers 1735, date de la construction du château actuel, les communs sont réaménagés autour d'une vaste cour carrée. Un beau pavillon y est édifié, qui abrite une magnanerie et sans doute le logement du régisseur.
À l'entrée de la propriété, une grille monumentale ouvre sur la cour d'honneur, bordée par deux pigeonniers traditionnels du pays lauragais.
Le château, constitué d'un corps de logis de plan rectangulaire à trois niveaux, affiche le style architectural de son époque et le matériau de construction traditionnel de la région, la brique, à travers sa façade symétrique du 18e s., recouverte d'un enduit imitant la pierre, percée de nombreuses baies alignées et marquée par un fronton à jour, triangulaire au nord et cintré au sud. Le château est prolongé à l'ouest par une extension à deux niveaux, dont l'élévation extérieure au sud reprend les éléments de la façade des premier et troisième niveaux du château - type, taille et rythme des baies et des contrevents, notamment.
Enfin, la cour de service de la ferme et ses nombreuses dépendances viennent étendre et magnifier l'ensemble de la propriété.

Le château

Bâtie en briques enduites, la demeure se présente comme un château à la française, constitué d'une seule enfilade de pièces.
La façade nord donnant sur la cour d'honneur, très équilibrée, possède un avant-corps de trois travées couronnées d'un fronton triangulaire et scandées d'une superposition de pilastres doriques et ioniques.
La façade sud, tournée vers le jardin, est rythmée par des chaînages de bossages lisses; sa travée centrale, en avant-corps, est ornée d'un fronton semi-circulaire sur pilastres ioniques jumelés.


Rez-de-chaussée
L'aile est du château abrite au rez-de-chaussée deux salons communicants avec cheminées et boiseries : le grand salon traversant, décoré par deux colonnes portant le plafond vouté ; et le petit salon, prolongé par un passage aménagé avec cuisine et toilettes pour invités. C'est par la façade est que l'on accède au grand salon. Dans l'aile ouest, se trouve une grande salle à manger traversante à décor en stuc avec frises et médaillons, dans l'esprit italien de l'époque.
Premier étage
Accès unique à l'étage noble, un escalier en bois avec balustrade en fer forgé conduit à une antichambre qui dessert deux chambres à coucher indépendantes avec salles d'eau attenantes. Une troisième chambre avec boiseries et cheminées a été aménagée en bibliothèque sur trois de ses murs. La plus grande chambre, complétée par une garde-robe, bénéficie de quatre fenêtres. L'antichambre dessert un escalier dérobé en bois menant au dernier étage sous comble. La dernière chambre à coucher se situe en retour de palier. Dans l'aile ouest, une grande antichambre dessert une chambre avec boiseries peintes.
Deuxième étage
Au dernier niveau sous comble, marqué par une charpente apparente récemment restaurée, un long couloir dessert cinq chambres.
Sous-sol
Une cave voutée en plein cintre avec briques apparentes occupe la partie ouest du bâtiment. Ce sous-sol d'époque, traité en terre battue, présente des aménagements typiques d'un chai et assure depuis l'origine la stabilité de la construction ainsi qu'une isolation contre l'humidité.

L'habitation ancienne prolongeant le château

Située à l'ouest du château en retour du bâtiment de service à un seul niveau, cette maison d'habitation plus ancienne comporte un escalier secondaire en bois et, à chacun de ses deux niveaux, des communications avec le château ont été créées pour assurer le service de ses pièces.
Le rez-de-chaussée de la maison présente la même hauteur de plafond que celui du château et comporte un petit salon à décor polychrome doté de deux fenêtres au sud et prolongé par une chambre/bureau avec salle d'eau attenante.
Cette partie plus familiale de la demeure dispose d'une porte d'accès à la cour d'honneur et s'ouvre sur la grande cuisine traditionnelle du château. Elle est animée par une cheminée monumentale, des murs en briques apparentes et un dallage en briques foraines vernissées.
Dans son prolongement a été aménagé un logement de service comportant un salon, une cuisine salle à manger, une chambre à coucher avec salle d'eau. A l'extrémité de ce bâtiment, enfin, se trouvent trois boxes à chevaux.

La cour de service de la ferme et ses dépendances

Le bâtiment de service est situé entre la cour d'honneur du château et la cour de service, fermée par un porche monumental traditionnel et arborée de marronniers.
Passé le porche à voûte de brique en berceau, se dresse un élégant bâtiment agricole ancien doté de cinq arcades. A l'ouest de la cour de service, un ancien bâtiment d'habitation, "la magnanerie", présente sur deux niveaux une façade sud identique à celle du château. Adossé à la magnanerie, un hangar à deux niveaux ferme la cour de service. Au nord, un logement de gardien aménagé avec séjour, cuisine, salon, deux chambres à coucher et leur salle d'eau. Entre le porche et le premier pigeonnier, se trouvent plusieurs boxes utilisés comme dépôt. A la suite du deuxième pigeonnier, l'orangerie est prolongée par une serre ancienne.
Enfin, à l'extérieur de la cour, se tient un hangar agricole doté de deux arcades monumentales.

Le parc

Il s'étend sur une superficie d'environ 6 ha, agrémente la demeure d'un jardin, d'un jardin potager, d'un verger et d'allées, et regorge d'arbres centenaires qui veillent sur le bâti du 18e s., dans un climat d'harmonie hors du temps.

Ce que nous en pensons

L'ensemble bâti, dans sa totalité, a conservé les éléments architecturaux d'origine. L'harmonie qui se dégage des différents bâtiments dote le lieu d'un charme rare. La végétation est luxuriante, l'endroit paisible et majestueux.
Une propriété typique de son époque comme de sa région, remarquable par son authenticité et son caractère.

1 685 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 689710

Surface cadastrale 6 ha
Surface du bâtiment principal 700 m2
Nombre de chambres 15
Surface des dépendances 2000 m2
dont aménagées700 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Sud du Tarn & Montagne Noire


Florence Lenfant +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus