Aux confins de l’Anjou et du pays de Nantes,
un domaine de chasse de 188 hectares, aux airs de Toscane
Nantes, MAINE-ET-LOIRE pays-de-loire 44000 FR

Situation

Le domaine est situé à l’extrême ouest du département du Maine-et-Loire, à la frontière avec la Loire-Atlantique, dans la région agricole et forestière des Mauges. Il est possible de rejoindre Paris en 3h45 par l’autoroute A11. Angers est à 1 heure et Nantes à 40 minutes. Les bords de Loire et le vignoble nantais sont à moins de 15 minutes. Ancenis, ses commerces et services sont à 10 minutes.

Description

De forme trapézoïdale, la propriété s’étend sur 1,5 km de long et 1,1 km de large en moyenne. Elle est desservie depuis une route départementale reliant les villes d’Ancenis et de Clisson. Une allée parcourt un sous-bois sur quelques dizaines de mètres et conduit à une grille d’entrée soutenue par deux piliers en pierre et brique. Elle ouvre sur la grande cour d’honneur, plantée d'une pelouse en son centre. D'un côté, une maison de gardien précède le relais de chasse de quelques mètres. De l'autre, un corps de dépendances principal, en miroir du logis, avec garages, ateliers, anciennes écuries, logements et hangars agricoles. Le parc s'étend autour et à l'arrière avec un potager d’un hectare et un verger, une piscine couverte, un court de tennis, un petit bois. Au-delà, le domaine forestier clos de 170 hectares est classé en parc de chasse et comprend deux grands étangs. De l'autre côté de la route, 12 hectares supplémentaires font également partie de la propriété.

Le relais de chasse

Edifié en 1805 pour Jean-Baptiste Bertrand-Geslin, baron d’Empire et maire de Nantes, il fût construit selon les plans inspirés de l'architecture rurale toscane par un proche de François-Frédéric Lemot, premier prix de Rome, ayant façonné la toute proche et italianisante ville de Clisson.
De forme rectangulaire, le relais est constitué d’un corps de logis central flanqué de deux pavillons surélevés, en très nette saillie et de taille différente. Il est édifié en moellons de schiste sur un soubassement en granit. Les façades sont enduites et ornées de riches décors de briques chantignolles, claires et foncées en alternance qui habillent les encadrements des baies, les chaînes d'angles, les génoises, frises et corniches. L'édifice est coiffé d'une toiture à quatre pans couverte de tuiles romanes de type canal. Le corps central comprend un rez-de-chaussée et un premier étage. Les pavillons s'élèvent jusqu'au deuxième étage sous combles éclairé par des oculi.
L’ensemble de la propriété est chauffé par une chaudière à bois et deux sources apportent l'eau potable en abondance.


Rez-de-chaussée
Dans le corps central du logis, l’entrée principale ouvre sur un double vestibule revêtu d’un sol en marbre beige à grands cabochons noirs. Un monumental poêle à bois bavarois en céramique fait face au grand escalier de chêne à quartier tournant menant au premier étage. Le vestibule dessert d'un côté un salon et une salle à manger-bureau en enfilade avec parquet en chêne à bâtons rompus. Situées dans le grand pavillon, les deux vastes pièces sont munies de portes-fenêtres ouvrant sur la terrasse et le parc. La cheminée du salon, en marbre noir à coquille, est surmontée d’un grand miroir qu’un intéressant mécanisme permet de faire coulisser derrière la cloison pour laisser apparaître une baie vitrée donnant sur la cour. La salle à manger dispose quant à elle d’une cheminée en bois décorée de carreaux de faïence. Les murs sont tapissés de boiseries et coiffés d’un plafond à la française. Un office muni de passe-plats muraux longe la salle à manger.
De l'autre côté du vestibule, dans le corps central du logis, une porte ouvre sur une salle de séjour ouverte sur une bibliothèque. Le carrelage au sol est ancien et des cheminées équipent les deux pièces, plus basses de plafond et intimistes, qui donnent sur la cour d’honneur. Depuis le vestibule également, un couloir dessert une cuisine avec arrière-cuisine, une buanderie, une salle de chasse, un cellier, des réserves et des toilettes. Ces pièces donnent sur l’arrière du logis. Le couloir s’achève sur un deuxième pavillon qui comporte une entrée de service avec départ d’escalier à quartier tournant desservant les deux étages de l’édifice.
Premier étage
Depuis l’escalier d’honneur, un large palier ouvre d’un côté sur le couloir situé dans le corps central et dessert sept chambres et quatre salles de bains. De l’autre côté, une volée de marches forme un demi-niveau supérieur et conduit à deux chambres de maître logées dans le grand pavillon, chacune dotée d’une garde-robes et d'une salle de bains. Les sols du premier étage sont en parquet en chêne posé à l'anglaise. Chaque chambre compte une cheminée en marbre.

Deuxième étage
Il occupe exclusivement les pavillons, puisque le corps central du logis ne comporte qu'un étage sous combles.
Dans le grand pavillon, accessibles depuis un escalier prenant départ au niveau des chambres de maître, trois chambres, dont une avec point d’eau, et un grenier sont éclairés par des oculi. Chaque chambre est couverte au sol d'un parquet de chêne posé à l'anglaise.
Dans le second pavillon, un palier distribue deux chambres ainsi qu’une salle d’eau avec toilettes. Sur le palier également, un départ d’escalier dérobé mène à une petite pièce qui fait office de réserve et occupe le sommet du pavillon.

Les dépendances


Maison de gardien
Elle est édifiée en moellons de schiste. La façade est enduite, les chaînes d’angles et encadrements des baies sont en brique chantignolle dans le même style que le corps de chasse.
Elle est composée au rez-de-chaussée d’une entrée, de deux pièces de vie, d’une cuisine et arrière-cuisine et d’une salle d’eau. À l’étage, deux chambres avec points d’eau séparés. La maison est inoccupée et à restaurer.

Maison
En miroir du logis, de l’autre côté de la cour d’honneur, il est édifié en moellons de schiste et orné de brique chantignolle sur les chaînes d’angles en harpe, les arcs surbaissés des grands baies vitrées au rez-de-chaussée, les oculi et baies géminées à l’étage.
Le bâtiment accueille un atelier, les chaudières à bois et à fuel ainsi que des réserves au rez-de-chaussée. À l’étage, trois pièces non habitables en l’état pourront être aménagées.
Ecuries
Remarquables par leur état de conservation, elles sont logées dans un corps de dépendances attenant aux garages. Le sol a conservé ses pavés en bois rectangulaires d’origine. Les boxes et les équipements sont d’époque et peuvent accueillir six chevaux.
Bâtiment de dépendances
Nombreux et vastes, ils présentent au rez-de-chaussée trois garages pouvant accueillir des voitures. À l'étage, un ancien logement dédié aux palefreniers compte quatre pièces et une grande réserve. Non habitable en l’état, il est à réaménager entièrement.
Dans une autre partie des communs, un logement indépendant en forme de U et de plain-pied est composé de trois pièces de vie et d’une salle d’eau. Il est également à rénover.
À l’extérieur, deux chenils, des clapiers, des poulaillers, des soues à cochons ainsi que des hangars pour les machines agricoles.

Le parc et ses équipements

À l’entrée de la propriété, entre le logis et les communs, une grande cour d’honneur et son tapis de pelouse central annoncent le parc et ses équipements.

Dans le dos du logis, à l'abri des regards, une piscine sous bulle mécanisée a été savamment aménagée. Derrière le pavillon, qui accueille le grand salon et la salle à manger, un jardin d’agrément et un sous-bois séparent le court de tennis du reste de la propriété

Le jardin potager

D’une superficie d’un hectare, il est complété d'un verger de 2 000 m² environ.

Le domaine forestier

Le domaine forestier de 185 ha est largement dominé par les feuillus, en particulier le chêne, sur près de 150 ha. Les peuplements correspondent à d’anciens taillis-sous-futaie de chêne (72 ha), dont certains sont engagés dans une conversion vers la futaie, des taillis simples (8 ha) et des landes boisées (4 ha). Certains chênes sont en pleine phase de capitalisation et produisent du bois de qualité (64 ha). Les pins (sylvestre, laricio et maritime), introduits dans les années 1970, occupent un peu plus de 30 ha. Au sein de ce massif forestier cohérent, un réseau de chemins en terrain naturel bien entretenus totalisent près de 13 km de linéaire. Par temps sec, ce réseau permet la desserte et l’accès à toutes les parcelles à pied ou en véhicule 4x4 dans de très bonnes conditions. Une partie des parcelles a bénéficié d’un inventaire en plein au printemps 2022. Un plan simple de gestion agréé couvre une période allant de 2021 à 2035.

Les étangs

Au cœur du domaine, sur un peu plus de 3 ha, deux étangs sont alimentés en permanence par des sources locales. Les digues, en bon état, permettent le maintien d’un niveau d’eau important tout au long de l’année. Les étangs accueillent aussi bien du petit gibier sédentaire que des oiseaux migrateurs.

Le domaine de chasse

La partie principale du domaine est entièrement close sur une surface de 170 ha, qui lui confère ainsi le statut de parc de chasse. Un grillage de 2 mètres surmonté de deux fils barbelés et installé sur des poteaux ciments assure l’étanchéité du parc. Un parc d’élevage pour les sangliers de 2 ha est situé au sud-est de la propriété. Le biotope se prête particulièrement à l’exercice de la chasse et les grandes allées permettent l’organisation des battues dans de bonnes conditions.
L’activité de chasse repose sur le prélèvement annuel de 30 à 40 sangliers, 2 à 3 cervidés et 2 chevreuils. L’alternance de peuplements plus ouverts et le caractère isolé du massif attirent également bécasses et canards en grand nombre. De grands cervidés sont également présents. Ils bénéficient d’un environnement très favorable à leur développement.
L'actuel bail de chasse est résiliable en cas de vente.

Ce que nous en pensons

Le relais de chasse affiche comme une étonnante silhouette de palais Toscan, qui rappelle que l'Italie était en vogue dans la région de Clisson à l'aube du 19ème siècle. Derrière la façade du corps de logis principal, aux frises et génoises habillées de grimpantes, se dévoile un intérieur d'époque, teinté d'un charme désuet, à rafraîchir. Avec leurs admirables volumes, les dépendances pourraient également profiter d'une rénovation ambitieuse. La propriété vaut aussi et surtout pour son vaste domaine clos et giboyeux, d'une superficie remarquable pour la région. Un lieu propice à la vénerie mais aussi idéal pour un projet d'éco-tourisme. L'ensemble profite des avantages de la route départementale toute proche, une proximité avec laquelle il faudra toutefois parfois composer.

Vente en exclusivité

3 700 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 439084

Surface cadastrale 188 ha 65 a 8 ca
Surface du bâtiment principal 637 m2
Nombre de chambres 14
Surface des dépendances 400 m2

Conseiller
D'Ancenis à Nantes


Bruno Tavernier +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus