Proche de Rennes, un château du 17ème siècle inscrit MH,
sa chapelle et ses dépendances sur un domaine de 10 ha
Rennes, ILLE-ET-VILAINE bretagne 35000 FR

Situation

La capitale de la Bretagne est à vingt minutes. Le TGV rejoint Paris en moins d'une heure trente. La propriété est à proximité d’un bourg d’une commune de 7.000 habitants, avec commerces, marchés de producteurs, écoles, collèges et services. Les haies de bocage, les arbres remarquables, les chemins creux, les nombreux manoirs et le bâti ancien en bauge encore bien conservé constituent la trame paysagère et patrimoniale de ce territoire fortement marqué par un réseau hydrographique important.

Description

Une petite route bordée d’arbres mène à l’entrée de la propriété qui s’étend sur un peu plus de dix hectares. L’allée longe ensuite un bois avant de se diviser en deux lacets qui entourent un parterre agrémenté de rosiers. Les deux lacets se rejoignent devant le château. De part et d'autre, une écurie fait face à un parc qui se prolonge par un important bois et une pièce d’eau, vestige des anciennes douves. Une chapelle est posée sur les berges de cet étang. A l’arrière du château, se dessine un jardin entouré de trois bâtiments annexes : la serre, le fruitier et enfin la forge qui reflète la vocation équestre du domaine à une certaine époque.

Le château

Il est implanté sur le site d’une ancienne motte castrale qui a conservé, dans le bois du domaine, une bonne lisibilité de ses éléments. Le logis actuel, inscrit au titre des Monuments Historiques, est édifié au 17ème siècle, au sommet d’un petit plateau. D’une surface habitable d’environ 390 m2, il est construit sur un plan presque carré et flanqué de deux pavillons latéraux demi-hors-œuvre. Il se compose d’un niveau de soubassement, d’un rez-de-chaussée surélevé, d’un premier étage et de combles. Les façades s’organisent avec trois travées pour le corps de logis central et une travée pour chaque face des pavillons. Les murs sont élevés en schiste recouvert d’un enduit à la chaux. La pierre calcaire a été employée pour les chainages d’angle et l’entourage des baies. Le corps central est coiffé d’une toiture à croupe et à coyau percée de plusieurs lucarnes. La toiture à l'impériale des pavillons latéraux et des lanternes qui dominent les travées centrales des façades est un élément architectural particulièrement intéressant. Une terrasse dominant le jardin est aménagée entre les deux pavillons. Un escalier droit en pierre accède au jardin.


Niveau de soubassement
Sur chaque pignon, une entrée permet d'accéder à la salle à manger d’un côté et à la cuisine de l’autre. Dans la cuisine, le plafond est à poutres et solives apparentes, la cheminée est en moellons de grès. Celle de la salle à manger est constituée d'un grand foyer en briquettes, le linteau en bois est soutenu par deux corbelets. Une arrière-cuisine, un cellier et une chaufferie complètent ce niveau. Deux escaliers de service rejoignent l’étage supérieur.
Rez-de-chaussée
Du perron, l’entrée principale pavée de carreaux ciment ouvre sur un vestibule traversant qui rejoint la terrasse. Au centre, l’escalier en bois est un remarquable exemple de l’art de la charpenterie du 17ème siècle. Le salon et la bibliothèque sont accessibles de part et d'autre du vestibule. Ces pièces, avec chacune leur cheminée, ont une ouverture vers la terrasse qui surplombe le jardin. A la suite de la bibliothèque, un cabinet de travail occupe l’un des pavillons. A la suite du salon, un cabinet de toilettes a été installé dans le second.
Premier étage
Le palier distribue les trois chambres sur parquet à échelle qui composent ce niveau. L'espace de deux des chambres et leur salle de bains et toilettes s'étend dans les pavillons.
Deuxième étage
Le palier dessert trois chambres mansardées dont les fermes sont apparentes, un cabinet de travail, une salle de bains et une salle de douche avec toilettes. Un escalier rejoint une petite pièce de combles à usage de grenier située sous la lanterne.

Les dépendances

Un bâtiment d’écurie, une forge, un fruitier et une serre sont à proximité du château. L’écurie est constituée d'une remise à porte cochère, de la sellerie, d'un logement de service et du grenier à foin. La forge est un petit bâtiment constitué d’une pièce avec cheminée et un appentis attenant. Ecurie, forge et fruitier sont construits en bauge sur un soubassement en schiste et couverts d’ardoise. A l’arrière du château, la construction de la serre date également du 19ème siècle.

La chapelle

Contemporaine de la demeure médiévale, elle est édifiée en schiste et couverte d’ardoise, à proximité des anciennes douves. De plan rectangulaire, elle est coiffée d’un toit à deux versants et à coyau, surmonté d'un clocheton. Sur un pignon, la grande porte en arc brisé est encadrée par des pierres de calcaire moulurées. Sur le mur gouttereau, se trouve une seconde porte en arc brisé. Trois baies apportent la lumière. Le plafond voûté est couvert d’un lambris.

Le parc

D’une superficie d’un peu plus de 10 ha, il se décline en environ 9.000 m2 de parc, 4 ha de bois et 5 ha de prairies. Le premier bois, qui abrite la motte castrale, est contigu à l’entrée de la propriété. Une large allée cavalière, aujourd’hui enherbée, relie le château entouré du jardin à l’entrée historique du domaine. A proximité, deux grands prés sont délimités par des haies bocagères. De nombreux chênes centenaires sont parsemés dans la propriété. En contre-bas du château, à l’emplacement des anciennes douves, un étang d’environ 1.000 m2 a été creusé.

Ce que nous en pensons

Motte castrale, anciennes douves et chapelle renvoient au passé médiéval du domaine. L'escalier intérieur, remarquable exemple de l'art de la charpenterie, et les toitures à l'impériale illustrent quant à eux le Grand Siècle. Enfin, la bauge, employée pour la construction des dépendances, témoigne du patrimoine vernaculaire du bassin rennais au 19ème siècle. Les époques et les styles se côtoient et se complètent dans cet ensemble bâti protégé au titre des Monuments Historiques. Le parc de dix hectares et son plan d’eau constitue un biotope désormais rare : haies bocagères, graminées, plantes de berges et plantes aquatiques en sont les bases où plantes annuelles de passage et petits animaux peuvent trouver refuge. Situé aux portes d'une capitale régionale, ce domaine n'attend plus qu'une restauration soignée pour que l'esprit des lieux s'illustre de nouveau.

650 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 144261

Surface cadastrale 10 ha 60 a 10 ca
Surface du bâtiment principal 390 m2
Nombre de chambres 6

Conseiller
Ouest des pays de Rennes et de Broceliande


Lucie Riaux +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus