Aux portes de Tulle et du Parc National Régional de Millevaches,
un chateau Inscrit MH et ses dépendances sur 23 hectares environ
Tulle, CORREZE limousin 19000 FR

Situation

A moins de 2h30 de Bordeaux et Toulouse, une cinquantaine de minutes de Limoges, et à une trentaine de minutes de Brive-la-Gaillarde. Située en lisière d’une commune faisant partie intégrante de l'aire urbaine de la ville de Tulle, et bénéficiant d’une sortie sur l’autoroute A89 reliant Bordeaux à Lyon via Clermont-Ferrand. Une bourgade où rien ne semble manquer, étape du chemin de Saint-Jacques en Limousin et Haut-Quercy. À une dizaine de kilomètres de la petite cité de Corrèze, l’une des portes d’entrée de l’exceptionnel patrimoine naturel que constitue le Parc National Régional de Millevaches et le Massif des Monédières. Là où « Mille Sources » jaillissent pour alimenter de nombreux ruisseaux et rivières. Là où la diversité de la faune et de la flore se loge dans de vastes paysages de landes, de forêts, de tourbières et de villages de granite.

Description

La propriété s’étend sur un peu plus de 23 hectares. Un ensemble vallonné constitué de pairies et de bois protecteurs. Positionné sur un plateau dominant, le château profite d’un panorama exaltant vers le Sud-Est, avec pour ligne d’horizon, les monts d’Auvergne. Une vue qui rend hommage à la belle nature Corrézienne. De celles dont on ne se lasse pas. Les ondulations du terrain, les haies, et les nombreux arbres plantés rendent la proximité de la Transeuropéenne visuellement à peine perceptible. L’entrée d’origine de la propriété est située à l’Est. Elle est marquée par un portail du 17e s. provenant de l’ancien collège des Jésuites de Tulle. L’allée arborée est toujours présente, et même si la végétation de l’ancien parc a peu à peu repris ses droits, il est possible de distinguer encore des arbres centenaires aux essences variées. Plus loin, à l’avant garde du château, un vestige d’arcade de cloître roman du 14e s. incite à la contemplation à quelques pas de l’ancienne chapelle qu’il faudra restaurer. L’entrée principale est située à l’Ouest, à l’orée du petit hameau qui jouxte la propriété. Les dépendances sont placées aux abords immédiats : une grange-écurie, un maison de ferme avec hangar attenant, l’orangerie, et quelques autres anciens petits bâtiments d’élevage. Le site est occupé dès le 10e s., et un château y est construit à la fin du 16e s. De l’édifice primitif il ne subsiste aujourd’hui qu’un linteau Renaissance et de petites baies. Loué aux préfets de Corrèze comme maison de plaisance, il devint au lendemain de la Révolution un joyeux rendez-vous de la société locale.

Le château

L’édifice de style néo-Louis XIII adopte la forme d’un quadrilatère construit en pierre crépie avec encadrement de fenêtres et de portes en pierre apparente et brique rouge pour la tourelle en poivrière flanquant l’angle sud-est. Il s’agrémente d’un pavillon en légère saillie et à colonnettes portant un péristyle. L’ensemble comporte trois niveaux (hors combles et caves), et se couvre d’une toiture en ardoise sur charpente à la Mansart. La façade nord-est présente une belle porte ouvragée complétée de belles sculptures et autres figurines antiques. L’ouvrage est de nos jours Inscrit MH. C’est au cours du 19e s. qu’il adopte son allure actuelle après un agrandissement et l’ajout de nombreux éléments de décoration. Les intérieurs, lumineux et très ouverts sur l’extérieur, disposent d’une surface habitable de 600 m2. L’ensemble habitable en l’état, conserve une belle « patine » et toute son authenticité. Des travaux de confort et de rafraîchissement seront toutefois à entreprendre.


Rez-de-chaussée
L’entrée principale se situe sous le porche à colonnades. Elle s’ouvre sur un vaste hall au sol carrelé de gré décoré du 19e s. Au fond de la pièce un escalier en bois de style Renaissance dessert les étages. De part et d’autre du hall s’enchaînent les différentes pièces de vie et de réception. La plupart s’agrémentent de parquets en chêne à bâtons rompus ou à échelle, ainsi que de cheminées de style Louis XV ou XVI en marbre, et de boiseries. À gauche, vers le Sud-Ouest un premier salon se prolonge d’un salon de musique et d’une pièce à usage de remise. A droite, vers le Nord-Est, un grand salon succède à la salle-à-manger. Placées en suite, l’office - avec son escalier de service -, ainsi que la cuisine s’équipent de cheminées cantou. Leurs sols sont couverts d’un dallage en terre cuite assez dégradé. L’entrée de service placée au Nord-Ouest dessert le cellier, la cuisine et la chaufferie à laquelle succède un long couloir longeant la façade ouest jusqu’au hall.
Premier étage
Ce niveau est principalement dévolu aux pièces de couchage, au nombre de cinq, occupant l’aile nord ainsi que la partie placée au dessus du hall d’entrée principal ; auxquelles s’ajoutent deux salles-de-bains et deux salles-de-douches. Le sol est ici constitué de parquets en chêne droit ou à échelle. Les chambres s’agrémentent de cheminées en marbre, pour certaines de style Napoléon III. Elles sont orientées vers le Sud-Est et profitent donc toutes du panorama. L’ensemble est distribué par un long couloir percé de fenêtres le long de la façade ouest. L’aile sud est quant à elle occupée par la bibliothèque, richement décorée par ses éléments de boiseries : cheminée avec cariatides surmontée d’un trumeau avec décor paysager et animalier d’inspiration grecque ; panneaux de bibliothèques conçus en parement ; sol en parquet de chêne à bâtons rompus ; plafond à la française.
Deuxième étage
A partir du premier étage, à l’entame du couloir de distribution, l’accès au niveau supérieur est principalement assuré par un escalier en bois double quart tournant avec garde corps forgé et mains courantes en bois avec boules de départ. L’aile sud est occupée par quatre greniers mansardés aménagés en rangement et en surplus de bibliothèque. L’aile nord est desservie par un couloir central distribuant entre autres sept chambres plus modestes que celles du niveau inférieur, une salle-de-bain, et un grenier. A l’extrémité nord, un petit escalier droit en bois assure la liaison avec le premier étage.

La grange-écurie

Le bâtiment se compose de trois entités, deux placées en suite au Nord, et un troisième plus petit en retour d’équerre au Sud, pour une surface au sol de 540 m2 environ. La partie sud est construite en pierre et pour partie en colombages. Elle abrite une écurie, ainsi que deux garages à voitures. La toiture en tuile mécanique devra être rénovée à court terme. La partie nord édifiée en 1939 est couverte en panneaux d’éverite à grande ondulation. Les intérieurs comportent des stalles pour l’élevage des bovins. Les sols sont couverts en brique de terre cuite. Un fenil surmonte l’ensemble. Au centre de cet ensemble une tour bâtie formant château d’eau.

Maison de ferme avec hangar attenant

Édifiée en 1939 en pierre de granit, la maison comporte deux niveaux surmontés d’une toiture en tuile mécanique en bon état d’usage. Elle comprend : deux pièces au rez-de-chaussée sur cellier et deux pièces à l’étage sans escalier d’accès.

L’orangerie

Édifiée en pierre de granit, et couverte d’une toiture traditionnelle en ardoise en bon état d’usage. Elle comporte une grande pièce au rez-de-jardin de 65 m2 environ agrémentée d’une cheminé en pierre avec linteau de bois. Les murs sont rejointoyés au mortier et le sol est en béton.

La chapelle

Édifiée au 19e s, elle est à restaurer dans son ensemble. Elle comporte un sol carrelé de gré décoré et son autel est de bonne facture.

Ce que nous en pensons

Une surface de terrain protectrice, des bois parsemés de beaux arbres centenaires, des dépendances, un château ayant toujours fière allure, et surtout un panorama enivrant rendant le plus beau des hommages aux paysages de la Corrèze. Les intérieurs sont restés authentiques et leur raffinement ne demande qu’à être réveillé. Il faudra leur apporter aussi des travaux de confort dont on s’accommodera aisément tant ils semblent agréables à vivre. Jadis dévolus à la plaisance, les lieux regroupent aujourd’hui tous les attributs que l’on est en droit d’attendre d’une vraie résidence familiale. La proximité avec Tulle constitue en ce sens un réel atout. Des qualités indéniables qu’il faudra cependant soupeser, en prenant en compte la proximité de la Transeuropéenne, en fond de vallée. Pour les amoureux du patrimoine que nous sommes, impossible de ne pas imaginer une issue heureuse à un lieu si captivant.

Vente en exclusivité

549 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 669356

Surface cadastrale 23 ha 17 a 54 ca
Surface du bâtiment principal 590 m2
Nombre de chambres 12
Surface des dépendances 650 m2

Conseiller
Périgord Noir, Périgord Pourpre, Lot, Corrèze


Ilan Libert +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus