Dans un petit village de la Haute-Loire traversé par une rivière,
une demeure inscrite MH, remaniée et élevée sur une ancienne abbaye
Puy-en-Velay, HAUTE-LOIRE auvergne 43000 FR

Situation

La propriété se situe au cœur d'un petit village de la Haute-Loire, dans les gorges de l'Allier, cadre majestueux de gorges sauvages aux falaises basaltiques. Le village, véritable havre de paix, est intime, paisible et habité de quelques âmes. Les activités de plein air ne manquent pas : canoë-kayak, baignade, pêche, escalade, randonnées entre autres. La proximité de la petite ville de Langeac (à quinze minutes seulement) permet l'accès à un petit centre-ville coloré et animé de nombreux commerces et commodités. Les marchés de pays sont hebdomadaires. La célèbre ville du Puy-en-Velay est à moins d'une heure. Les grandes agglomérations, Clermont-Ferrand et Lyon avec leurs gares TGV et aéroports sont respectivement à une heure trente et deux heures trente de route.

Description

Au centre du village, la propriété s'étend sur une parcelle d'environ 1.200m². Entièrement close de murs, elle comprend une demeure bourgeoise remaniée probablement à la fin du 18ème siècle ou début 19ème à l'emplacement d'une église abbatiale. De gros travaux ont été réalisés ces dernières années avec le suivi de l'architecte des bâtiments de France. La propriété a été inscrite Monument Historique en 2017. En rez-de-jardin, les vestiges de la chapelle du 15ème siècle restent visibles, ainsi qu'une partie du cloître. Les communs disposés en limite de propriété s'organisent selon un plan en retour d'équerre. Ils sont composés d'une petite maison à rénover, sur deux niveaux et d'une étable surélevée d'une grange. A l'entrée de la propriété, un pavillon dont le toit est couvert de tuiles vernies date de 1901. Un portail en fer ouvre sur une cour caladée devant la demeure et un jardin. Les trois autres hectares de terres s'organisent en plusieurs parcelles de prés et de bois, et ne sont pas attenantes à la maison.

La demeure

La propriété était autrefois une abbaye bénédictine destinée à accueillir des jeunes filles de familles nobles. Remaniée à la fin du 18ème ou début du 19ème siècle en maison d'habitation, elle est bâtie à l'emplacement de l'ancienne église abbatiale. En rez-de-jardin, les fondations de l'abbaye avec la chapelle du 15ème siècle. La demeure s'élève sur deux niveaux d'habitation et un niveau de combles sous une toiture à quatre pans. La façade est enduite et largement percée de baies disposées de façon symétrique. Un perron de quatre marches au centre de la bâtisse accède à l'entrée de la maison.


Rez-de-jardin
Le sous-sol de la maison est accessible depuis le rez-de-jardin. Ce sont les vestiges et fondations de l'ancienne abbaye. Ils sont d’époque romane et datent des 11ème et 12ème siècles. La chapelle date du 15ème siècle. La maison actuelle est bâtie sur l’emplacement exact de l’ancienne église abbatiale romane, en réutilisant une partie de ses éléments structurels. Les pièces sont actuellement utilisées comme caves.
Rez-de-chaussée
La porte d'entrée ouvre sur un vestibule au sol dallé en pierre. Il abrite un escalier aux marches de pierre et dessert de part et d'autre, la salle à manger et le grand salon. Au fond du vestibule, une vaste salle de bain. Sous l'escalier, une descente vers les caves. Dans la salle à manger, le sol dallé de pierre répond aux entrevous du plafond. Une large cheminée en pierre équipée d'un poêle à bois réchauffe la pièce. Quelques marches en pierre montent vers la cuisine située au fond de la pièce. Les murs de la cuisine sont en pierre rejointoyés à la chaux. Les solives sont apparentes et leur bois rappelle les anciennes portes en bois de la pièce. Une souillarde qui a conservé sa pierre d'évier est accessible de la salle à manger. Située en enfilade face au jardin, une chambre jouxte la salle à manger. Son parquet est à larges lattes, sous un plafond d'entrevous. Le grand salon est en enfilade avec la bibliothèque. Dans le grand salon, la présence de lambris, le parquet au sol et la cheminée en marbre réchauffent la pièce. Le trumeau est peint, mettant ainsi les stucs en valeur. Une porte-fenêtre de la bibliothèque ouvre sur le jardin. Au fond de la bibliothèque, une petite pièce. La grande salle de bain est disposée en enfilade avec une vaste pièce qui abrite l'ancien four à pain. Elle permet l'accès à la tour et à la courtine située entre la demeure et la petite maison.
Premier étage
Il est desservi par un escalier en pierre. Un entresol distribue deux chambres et une salle de douche qui ouvrent sur l'arrière de la demeure. Leur vue donne sur les maisons voisines en pierre et les coteaux sauvages alentours. De taille similaire, les chambres sont disposées de part et d'autre de la salle de douche. Leur sol est parqueté et fait écho à des plafonds aux poutres apparentes. L'une d'elle communique avec le sommet de la tour qui abrite l'ancien pigeonnier. L'escalier dessert les chambres situées face au jardin. Deux chambres en enfilade sont disposées d'un côté de l'escalier. Toutes deux sont décorées avec des alcôves. Les entrevous des plafonds répondent à des parquets à larges lattes. La plus grande compte une cheminée dont le trumeau est décoré de gypseries. De l'autre côté de l'escalier, la chambre de maître. La pièce est spacieuse et riche par son décor : entrevous au plafond, parquet Versailles, alcôve et cheminée exaltée par un trumeau. Une salle de douche privative est éclairée d'une baie. Disposée en enfilade, une autre chambre.
Combles
L'escalier en bois se prolonge jusqu'au dernier niveau de la demeure abritant les combles. Ils sont éclairés par une série de fenestrons. Mansardés, les poutres y sont apparentes. La charpente et la couverture sont neuves. Les travaux de rénovation ont été suivis par les Architectes des Bâtiments de France.

Les dépendances


Petit logement
Une petite maison élevée sur deux niveaux d'environ 30m² chacun, se dresse en limite de propriété. Elle nécessite des rénovations pour devenir un logement indépendant. Elle est élevée entièrement en pierre et ouvre sur la cour à proximité de la grange.
Grange
Elle se dresse au-dessus de l'ancienne étable. Le bâtiment est en pierre. Une pente douce mène à l'intérieur. La date de 1809 est gravée sur une poutre située au-dessus du lourd portail en bois. Des fenestrons éclairent le vaste espace sous la charpente restaurée. Dans l'étable, les dalles de pierre recouvrent encore le sol. De petites fenêtres et une lourde porte en bois ouvrent sur la cour caladée. Les mangeoires pour les animaux sont restées en place, le temps semblant avoir figé sa course.
Pavillon
A l'entrée de la propriété, un pavillon dont les façades sont enduites, date de 1901. Le toit à quatre pans a été restauré avec des tuiles vernies. A l'intérieur, une pièce d'une quinzaine de mètres carrés est largement éclairée par trois baies.

Ce que nous en pensons

Dans une région dont les beautés rurales ne mentent pas, voici une demeure familiale aussi vaste qu'épanouie. Ce lieu de vie, inscrit MH et restauré sous l'œil aguerri des architectes des bâtiments de France, a conservé un caractère simple et délicieusement désuet à travers mille détails, d'où il tire son charme intemporel. Son état d’authenticité est remarquable. Les quelques 700 m² de jardin sont sans prétention et bien exposés au soleil. Les communs sont restés inchangés. Le cloître et la chapelle rappellent la spiritualité initiale du lieu. Le caractère architectural particulier de la propriété et sa proximité du Puy-en-Velay, ville inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO et capitale européenne du Saint-Jacques-de-Compostelle fait de la demeure un lieu en prise avec l'Histoire.

Vente en exclusivité

630 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 283824

Surface cadastrale 3 ha 11 a 62 ca
Surface du bâtiment principal 320 m2
Nombre de chambres 7

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Parc Naturel du Pilat et ouest Isère


Florence Granier +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus