En Bourgogne, les vestiges d'une abbaye bernardine du 12ème siècle,
le Lieu-Dieu-des-Champs
Beaune, COTE-D'OR bourgogne 21200 FR

Situation

L'abbaye du Lieu-Dieu est située au fond d'un vallon, à l'abri des regards, posée telle une île ceinturée de remparts de pierre sèche dans un écrin de verdure. Le village de Marey-les-Fussey connu pour son église romane du 11ème siècle, ses coteaux viticoles, ses truffières, ses bois et ses prés, se situe à quinze minutes de Beaune et dix minutes de la petite ville de Nuits-Saint-Georges, porte d'entrée de la Route des Grands Crus, appelée communément « Les Champs-Elysées de la Bourgogne ». Bien que classée au titre des Climats à l'Unesco depuis 2015 et desservie par l'autoroute A6 reliant Paris, Lyon ou Genève en deux heures, la petite cité de Nuits-Saint-Georges a su garder son authenticité, son charme et sa tranquillité. Sa gare dessert Beaune ou Dijon en vingt minutes, point de convergence des TGV. Son aérodrome est ouvert à l'aviation civile.

Description

Accéder au petit village de Marey-les-Fussey dans les Hautes-Côtes-de-Nuits depuis la route reliant Beaune à Nuits-Saint-Georges est très aisé. La route quitte ensuite les coteaux viticoles et serpente dans les paysages bucoliques jusqu'à 400 m d'altitude. Près des truffières et du pôle périscolaire, rien n'indique la propriété et l'accès se fait par une petite route discrète entre bois et vignes. En contrebas, un grand mur d'enceinte en pierre sèche ouvre sur une allée bordée de tilleuls qui conduit à une petite maison abritant le captage de la source alimentant le village de Villers. En longeant le mur incurvé sur quelques dizaines de mètres, la route s'arrête devant un portail encadré de deux piliers de pierre taillée. Le discret petit chemin d'entrée de la propriété conduit directement aux bâtiments non reliés et disposés en forme de U. L'allée est bordée, d'un côté par un muret en pierre qui cloisonne un pré sans briser la vue vers la vallée et, de l'autre par un verger de pommiers, cerisiers, néfliers, noyers cognassiers, liquidambar, tulipier de Virginie et frêne. L'imposant cellier et grenier à grain en pierres carrées date du 12ème siècle. La grange en pierre en partie couverte d'un enduit ocre et ses trois contreforts date du 16ème siècle. Le bâtiment en longère, en pierre dorée, abrite la partie habitable. En décrochement, le logement du chapelain revêtu d'un enduit ocre date du début du 13ème siècle. Tout autour, des espaces verts, prés et vergers.

L'Abbaye et son histoire

Fondée à l'emplacement d'un site gaulois, à la source du Lieu-Dieu, les sœurs bernardines ont installé, juste après celle de Tart près de Dijon, leur deuxième abbaye en 1127 sous la protection de la seigneurie de Vergy. Alix de Vergy, devenue duchesse de Bourgogne par son mariage avec Eudes III en 1199 puis régente en attendant la majorité de son fils Hugues IV, se fait protectrice de la communauté d'une vingtaine de moniales toutes issues de la haute noblesse. Grâce à la source, dite miraculeuse, les moniales cultivent le chanvre et l'osier. Elles produisent aussi un peu de vin avec le fruit de leur vigne. Constamment pillée et incendiée, une partie de l'abbaye est rebâtie en 1567. En 1636, les moniales se réfugient définitivement à Beaune et fondent leur nouveau monastère au niveau de l'actuel rempart des Dames, donnant le nom de la Tour des Dames à l'un des bastion de la ville. Devenue une ferme agricole, l'abbaye du Lieu-Dieu brûle encore en 1755 et est par la suite vendue comme bien national en 1791. Entièrement démantelée, il ne subsiste rien de l'église gothique Sainte Marie construite vers 1225. Le pigeonnier, le logement des religieuses et le cloître ne sont plus mentionnés en 1833.
Rachetée en 1881 par un banquier, puis abandonnée à nouveau dans les années 1960 lors de l'exode rural, l'abbaye reprend vie par ses propriétaires actuels en 1981. Ils protégeront les bâtiments du mieux qu'ils le pourront, armés de leur passion pour ce haut-lieu de l'âme bourguignonne.


Rez-de-jardin
Le bâtiment d'habitation exposé au sud, habillé de rosiers grimpants et glycines suit la pente naturelle du terrain. Accès à la partie ancienne, dite maison du chapelain, par une petite porte vitrée simple ouvrant directement sur la cuisine. Carrelage de terre cuite, plafond à la française, deux baies au sud et une au nord avec porte-fenêtre donnant sur un jardin clos de murs : vue dégagée sur la vallée, les prés et les bois. Près de l'entrée, une alcôve en pierre avec miroir, témoin d'une porte disparue. Grande cheminée centrale en pierre avec une porte conduisant directement à la cave. La partie cuisine est ouverte. Accès à une chambre orientée sur le jardin avec porte fenêtre. Carrelage en terre cuite, plafond à la française. Une salle de bain avec toilettes, aménagée dans l'ancienne chapelle avec une fenêtre ouvrant à l'est. Une porte entièrement vitrée laisse voir un petit escalier à vis en pierre qui conduit à l'étage.
Premier étage
Par la chambre du logement du chapelain, l'escalier à vis conduit à une chambre avec porte-fenêtre ouvrant sur un petit balcon en fer forgé. Vue sur le jardin et les bois. Carrelage en terre cuite, plafond à la française, grande cheminée en pierre condamnée avec petit poêle en fonte relié au conduit. Une salle de bain avec toilettes et fenêtre à l'est. Depuis la chambre, une porte ouvre sur un palier qui est aussi desservi par un grand escalier extérieur en pierre, deuxième entrée de la partie habitable. Part de ce palier un escalier en bois très raide conduisant à un dortoir en soupente avec fenêtres de toit. Accès par une trappe. Le palier distribue aussi une cuisine ouverte sur salon. Trois fenêtres au sud. La fenêtre ouvrant sur la vallée est encadrée d'une fresque à motifs floraux réalisée par Thierry Bosquet en 1983, peintre Belge réputé pour ses décors d'opéra. Grande cheminée condamnée en pierre avec insert simple suspendu. Carrelage de terre cuite et poutraison simple. En enfilade, une porte ouvre sur une grande pièce chambre/salon en contrebas. Plancher simple. Une fenêtre côté nord, une autre de forme ogivale au sud. En enfilade, une porte ouvre sur un palier desservi aussi par un escalier extérieur, de pierre, de sept marches. C'est la troisième entrée de l'habitation avec une rampe d'accès en petits pavés sous une frondaison exubérante de rosiers anciens. En face de l'entrée, une salle de bain côté nord. Accès à une cuisine/salle de séjour avec cheminée condamnée et poêle relié au conduit. Une baie côté sud, une baie côté nord et porte-fenêtre de forme ogivale conduisant à une terrasse ombragée en contrebas. L'entrée est le départ d'un escalier en retour en bois conduisant à l'étage supérieur.
Combles
Au premier palier, une salle de douche et des toilettes. Au deuxième palier, deux grandes chambres mansardées face à face. Moquette simple, poutres apparentes et éclairage par des fenêtres de toit des deux côtés.
Four à pain
Dans la partie gauche du bâtiment à usage d'habitation, au rez-de-jardin, une pièce avec four.
Cave
Au centre du bâtiment d'habitation, une porte ouvre sur un escalier de sept marches qui conduit aux deux caves aux voûtes de pierre. Accès direct depuis la première cave au logement du chapelain par la porte située dans la cheminée.
Jardin
Un espace d'agrément longe tout le bâtiment d'habitation exposé au sud avec terrasse en dallage de pierre à l'ombre d'un catalpa. Petites allées en pierre pour circuler de la grange à l'habitation. Pelouse bordée d'iris et pivoines, petite fontaine avec bassin, grand saule et cressonnière alimentée par le trop plein de la source se déversant directement dans le ruisseau du Lieu-Dieu serpentant dans la vallée.
Bâtiment de dépendances
En face du chemin d'accès, une vaste et haute grange en pierre de taille recouverte partiellement d'un enduit ocre. Au-dessus du porche, en façade, le blason des bernardines. Trois contreforts en pierre semblent soutenir le bâtiment. Entre deux des contreforts, un pigeonnier en bois. Deux petites remises. Une petite écurie et une serre sont installées simplement sous une partie du toit effondré. Toit refait en tuile mécanique.
Bâtiment de dépendances
Un grand et massif cellier en pierre de taille d'origine. Le premier étage destiné au grenier à grain n'existe plus. La large porte d'accès fait face à une autre porte donnant accès au pré côté sud. Le toit en tuile mécanique a été refait dans les années 1980. Sur le côté extérieur est, des vestiges des anciennes cheminées témoignent de l'emplacement du dortoir des moniales qui a été détruit.
Verger
Plusieurs vergers entourent les bâtiments de la propriété toujours à l'abri de ses murs.
Taillis
Derrière l'ancien cellier, un taillis de charmes compose une île de feuillus plantés sur un tertre. L'ancienne source alimentait un fossé d'un mètre de profondeur tout autour, laissant penser que cet espace pouvait, à l'origine, constituer une glacière.
Prairies
Derrière le taillis de charmes, un grand pré à l'intérieur de l'enceinte du mur bordé par le grillage délimitant le périmètre protégé du captage de la source.
Prairies
Une deuxième prairie se situe à l'extérieur des murs, le long de la propriété, en lisière du ruisseau. Il constitue la limite avec les bois entourant la propriété et laisse un espace ouvert entre la colline et l'abbaye.

Ce que nous en pensons

En toute discrétion, humilité, générosité, l'abbaye résume à elle seule l'âme des Bourguignons. L'environnement et la sérénité des lieux offrent une force et un équilibre rare et bienfaisant, le sentiment que l'autarcie y est possible. Bien que protégée par ses murs en pierre sèche, de l'intérieur, la vue vagabonde allègrement sur les paysages environnants. Le potentiel du bâti et les espaces, à la fois libres et compartimentés, laissent des possibilités d'agencement multiples confortées par la présence d'un deuxième portail situé dans l'enceinte côté ouest. Ici, le corps et l'esprit ne peuvent que s'y épanouir.

Vente en exclusivité

780 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 882054

Surface cadastrale 16213 m2
Surface du bâtiment principal 300 m2
Nombre de chambres 4
Surface des dépendances 300 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Autour de Beaune


Anne Gros +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus