En Bourgogne, à Beaune, un bâtiment du18ème siècle
et sa renaissance en spacieux logis contemporains
Beaune, COTE-D'OR bourgogne 21200 FR

Situation

La ville de Beaune est située au cœur des « Climats de Bourgogne », classés à l'UNESCO et s'assume comme capitale des vins de Bourgogne. Sa renommée mondiale repose aussi sur l'évènement de la vente aux enchères des vins des Hospices chaque troisième dimanche de novembre.
Situé en son cœur historique, le logis est à dix minutes de la sortie de l'autoroute A6, au carrefour des voies routières reliant Paris ou Genève en 2h30 et l'aéroport de Lyon en 1h30. À dix minutes à pied, la gare relie Paris en moins de 2h00. L'aérodrome de Beaune, à quinze minutes par la route, est ouvert à l'aviation civile. Les nombreux commerces de bouche, les marchés, restaurants et hôtels sont à deux pas. Les boutiques sont aussi à l'honneur avec un grand choix d'enseignes nationales et artisanales locales, galeries de peinture et antiquités, cavistes et maisons de vin.

Description

Le bâtiment est, situé entre la rue Rousseau - Deslandes et la rue des Tonneliers, une dépendance de l'Hôpital de la Sainte-Trinité dit Hospice de la Charité. L'ensemble est constitué de deux bâtiments disposés autour de deux cours d'honneur rectangulaires pavées. Les façades sont soulignées de parterres fleuris avec, en leur centre, un carré des simples ceinturé de buis. Accès par un imposant portail et son portillon en pierre côté sud et une discrète petite porte face à l'Hospice côté nord. Un des logis est accessible par ces cours, près de la statue du Christ et son bénitier de pierre. La façade rue des Tonneliers, initialement nommée rue des Négociants, est une succession de bâtiments dont le rythme est entrecoupé de portes cochères et petites entrées discrètes. L'entrée du n°9 relie deux bâtiments de hauteur et de lucarnes différentes unifiées par une façade d'un ton de pierre. En gravissant trois marches, accès au vestibule privé qui distribue les quatre autres logis. Parements en blocs de pierre de Bourgogne au mur, sol en travertin. Entrée d'un appartement au rez-de-chaussée. Un escalier en pierre tournant à retour avec jour, agrémenté d'une fine rampe en fer forgé chapeautée d'une main courante en bois conduit au premier étage et son palier qui distribue deux logis. L'escalier continue en marches de bois vitrifiées et accède au palier du deuxième étage, entrée du quatrième logis. Un puits de jour révèle par sa luminosité la beauté des parements de pierre et l'élégance de l'escalier qui semble virevolter.

Histoire

L'histoire de Beaune est liée à sa position géographique, stratégique, religieuse et hospitalière. Depuis le 3ème siècle, abbayes, couvents et hospices impriment leurs actions enchevêtrées avec l'histoire du vin et le développement des maisons de négoce. En témoignent les Hospices de Beaune fondés en 1443 et mondialement connus. L'autre bâtiment important est l'Hôpital de la Sainte-Trinité dit Hospice de la Charité fondé en 1645 par Antoine Rousseau et son épouse Barbe Deslandes. Pendant plus de trois siècles, l'hospice fondé initialement « pro remedio animae » accueillera les petits orphelins en leur apportant gîte, couvert et éducation. C'est en 1690 que les deux premières sœurs de Saint-Vincent de Paul arrivent. L'esprit charitable et bienfaisant ne quittera plus les lieux. Une école pour petites filles pauvres voit le jour en 1728 afin de leur apprendre un métier tourné vers les services à la personne ou l'artisanat. Au début du 19ème siècle, les bâtiments situés rue des Tonneliers sont adjoints et remaniés selon les plans de Louis Moyne, célèbre architecte beaunois, afin de loger les sœurs. En 1880, la ville reprend les bâtiments tout en permettant aux sœurs d'y rester. Le15 juillet 1903, date où les sœurs sont chassées, reste dans la mémoire de toutes les familles beaunoises. À leur départ, certains évoquent encore des torrents de larmes sur les quais de la gare. Et pour cause, elles ont élevé des générations de petits Beaunois. Une association rachètera alors le bâtiment au n°9 rue des Tonneliers puis le n°7 en prévision de leur retour espéré qui aura finalement lieu en 1919. Le 28 Août 1920, elles ouvriront une maison de retraite pour femmes. En 1983, le foyer Saint-Vincent de Paul est confié à l'Association Santé et Bien Etre qui gère un pôle enfance et handicap et un pôle d'accueil de personnes âgées. En 2017, un nouvel EHPAD est ouvert à Vignoles et laisse les bâtiments du centre-ville prêts à une nouvelle destinée. En 2020, les travaux complets de rénovations débutent sous la tutelle d'acquéreurs passionnés désireux de réhabiliter un bâti d'exception en remettant à jour les éléments architecturaux d'origine.

Le logement 703-605

Accès par le vestibule au n°9 rue des Tonneliers.
Au palier du 1er étage, entrée directe dans la salle de séjour et cuisine équipée avec îlot central. Exposition traversante par deux fenêtres sur cour intérieure et deux grandes baies côté rue, doublées de lucarnes. Élégants garde-corps. Au sol, parquet en chêne côté salon et carrelage en travertin côté cuisine. Un petit dégagement donne accès aux toilettes invités et à une chambre parquetée. Un mur en pierre apparente et grande baie avec fin garde- corps en volutes. Vue sur la rue et les belles façades du 18ème siècle. En enfilade, une salle d’eau, meuble à simple vasque avec miroir, sol et murs en dallage de travertin.
Dans le salon, un escalier en bois ajouré parfaitement ajusté prend naissance dans l’angle en face de l’entrée et conduit à une grande mezzanine sous poutres chevillées en arcure. Vue sur le vide de la salle de séjour et cour intérieure par deux lucarnes de toit. Accès à une chambre avec parquet éclairée par une lucarne ronde, poutre en arcure centrale. Passage ouvert conduisant à la salle d’eau, toilettes, meuble à simple vasque avec miroir, dallage et murs en travertin. Lucarne avec vue sur les toits côté cour intérieure.

Ce que nous en pensons

L'ensemble architectural est remarquablement intégré au cœur de la ville, à celui de l'âme beaunoise. Il est aussi un accès à une dimension spirituelle sous la bienveillance d'un Christ sculpté et d'un humble portrait de Saint-Vincent de Paul qui semblent apaiser les bâtiments et résidents. Attentifs à la particularité de chaque espace, les propriétaires actuels ont rénové chaque logis en respectant les matériaux d'origine et les époques (éléments du 18ème siècle), apportant tout le confort moderne avec simplicité, esthétisme et sens de l'essentiel. Le logement est spacieux, éclairé d'une lumière traversante. Les proportions et la hauteur sous plafond amplifient la sensation d'espace et de volume. Ouvrir les fenêtres, s'appuyer aux élégants garde-corps à volutes et profiter de la vue sur les belles architectures de la ville est un spectacle à part entière. L'escalier menant à la mezzanine est d'une rare élégance et la circulation est aisée entre les deux niveaux. Assurément, règne ici un sentiment d'intemporalité, un apaisement profond, la certitude d'un refuge bienfaisant. Une autre façon de vivre le « pro remedio animae ». Investir à Beaune est une valeur sûre et le rendement locatif est manifeste.

680 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 859055

Surface totale intérieure118.2 m2
Nombre de pièces 3
Nombre de chambres 2
Surface Carrez 94.7 m2
Cave

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Autour de Beaune


Anne Gros +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus