Dans la capitale des ducs de Bourgogne, dans un secteur sauvegardé,
un hôtel particulier du 17ème siècle et ses dépendances
Dijon, COTE-D'OR bourgogne 21000 FR

Situation

Le TGV relie Paris en 1h35. Dijon, ancienne capitale des ducs de Bourgogne aux 14ème et 15ème siècles, a un patrimoine historique et architectural exceptionnel. La culture y est aussi présente avec force grâce à un important centre culturel et un opéra, un théâtre et des cinémas. Les musées attirent autant les habitants que les nombreux visiteurs de passage. Notamment la très prisée galerie des Beaux Arts. Durant plusieurs années, la capitale des Ducs a été classée comme " la cité la plus attractive de France " par la revue Entreprise. L'hôtel particulier est situé dans l'une des rues les plus connues du centre historique de Dijon, proche de la future " Cité internationale de la gastronomie et du vin ".

Description

Dans cette rue, les hôtels particuliers sont dissimulés des regards par de hauts murs et de grands porches. Celui-ci ouvre ses portes sur une vaste cour pavée où quatre voitures peuvent se garer. D'imposants vases Médicis, des topiaires, des arbres de Judée et des rosiers grimpants ornent la cour et les façades. A proximité du porche, un petit logis et une piscine ont été aménagés dans les anciennes écuries.

La maison d'hôtes

L'hôtel particulier qui abrite la maison d'hôtes date du 17ème siècle et a appartenu à une célèbre famille dijonnaise de marchands et d'hommes de loi. Il se compose de deux corps de logis décalés.
Les bâtiments sont sobres et élégants et s'élèvent sur trois niveaux dont un sous combles. Les moellons des murs sont recouverts d'un enduit clair et les entourages en pierre de taille des ouvertures ont été laissés apparents. Les toitures à la Mansart sont recouvertes de tuiles plates de Bourgogne. Elles sont percées de lucarnes entourées de pierre et de brique. Plusieurs mitrons en pierre laissent deviner la présence de nombreuses cheminées. Les ouvertures sont rectangulaires et parfois surmontées d'une imposte. Les fenêtres sont à grands carreaux. Des garde-corps en fer forgé très ouvragés protègent un escalier qui conduit à un caveau et un balcon au premier étage.


Rez-de-chaussée
La porte d'entrée ouvre sur un hall pavé de dallage à cabochons, élément typique du 17ème siècle. L'escalier aux larges marches est en bois et ses balustres et rampes sont sculptées. De part et d'autre, la perspective sur les différentes pièces en enfilade se dessine. Les sols sont parquetés, à bâtons-rompus ou formés de larges lames droites. Les lambris sur les murs sont soit de soubassement, d'appui ou de hauteur. Les plafonds sont ornés de corniches moulurées ou alors les solives ont été peintes et les poutres élégamment coffrées. D'un côté du hall, un vaste salon est largement éclairé par les grandes baies. Deux marches amènent dans un petit passage dont les murs épais en pierre de taille rappellent l'origine ancienne du bâtiment. Il conduit à un bureau. L'ambiance est plus feutrée et marquée par les nombreuses boiseries d'époque, les poutres et solives laissées apparentes. Des volets intérieurs habillent les fenêtres. Une cheminée en marbre fait partie du décor. Au fond, une porte ouvre sur un vestibule avec un second escalier en bois. Là encore, les éléments typiques du 17ème siècle sont présents comme les balustres et la tête des chevilles en bois qui le décorent.
De l'autre côté de l'entrée, le décor de la salle à manger mélange les styles classique et contemporain. La luminosité met en évidence le soubassement et la cimaise de couleur pastel ainsi qu'un parquet noir à larges lattes. Un ancien calorifère en faïence et cuivre, posé sur un socle en marbre, est logé dans une niche et donne une certaine majesté à ce lieu. La pierre reste présente sur les encadrements des fenêtres. Une ouverture donne accès à une autre entrée plus modeste qui est attenante à une cuisine toute équipée et baignée de lumière.
Premier étage
Un palier dessert deux vastes suites. La première possède une double porte-fenêtre qui donne sur un balcon avec un garde-corps très ouvragé et permet ainsi de bénéficier d'une vue sur la cour intérieure. Le bois est très présent avec des volets intérieurs, un parquet à points-de-Hongrie et le plafond rehaussé d'une belle poutraison. La salle de bains est à l'image de la suite, avec deux vasques, une douche et des toilettes séparées. L'ambiance y est contemporaine. Un salon est contigu à la chambre. Ici, l'atmosphère est chaleureuse grâce aux nombreuses boiseries d'époque et le plafond à la française. Des lambris de hauteur à grands cadres parachèvent le décor.
La seconde suite est de même configuration. Le plafond, de grande hauteur, est garni de poutres anciennes en chêne, le sol est revêtu d'un parquet à points-de-Hongrie et la cheminée est particulière : son manteau en marbre met en relief un rétrécissement ébrasé tapissé de céramiques de couleur orangée qui proviennent de la célèbre abbaye de Cîteaux. Ce décor se retrouvera ailleurs dans la maison.
La décoration de toutes les suites est soignée et aboutie. Les salles de bains ont été refaites dans un style contemporain. Chacune est différente et possède également une douche à l'italienne. Les toilettes sont toujours séparées.
Sur le palier, une double porte moulurée ouvre sur un escalier qui débouche dans une bibliothèque dont un pan de mur entier est couvert de livres.
Deuxième étage
De la bibliothèque, quelques marches montent à l'étage mansardé. Un palier dessert deux autres suites. L'une comporte deux chambres en enfilade avec un point d'eau. La décoration allie l'ancien au contemporain. La première chambre est vaste. Son parquet est à l'anglaise et la charpente apparente Un double placard en bois sculpté est inséré dans le mur. A sa suite, une porte ouvre vers une seconde chambre qui peut être totalement indépendante car elle comporte un accès à l'escalier du 17ème siècle. Dans l'autre suite, les teintes claires des murs mettent en relief les lambris d'appuis, les volets intérieurs et la poutraison. Les céramiques de l'abbaye de Cîteaux ornent à nouveau les linteaux des fenêtres. Les unes représentent des dessins animaliers, des figures comme des grappes de raisin, ou des inscriptions comme " Vive le Roi ". Dans la totalité des pièces, les radiateurs sont dissimulés dans des coffrages ouvragés en bois.
Sous-sol
Il est accessible par un escalier situé à côté de la cuisine. Totalement carrelé, il est équipé d'un sauna, d'une douche, de toilettes, d'une ancienne cave en pierre qui abrite aujourd'hui la chaudière. Sous la cour pavée, un couloir conduit vers un escalier en colimaçon. Il débouche dans les anciennes écuries qui abrite la piscine.

Le caveau

Accessible par l'escalier extérieur de la cour, un vaste caveau voûté en pierre, pavé de grandes dalles en pierre de bourgogne, parachève l'ensemble de la propriété. Il est chauffé par une cheminée à foyer ouvert et sa surface est d'environ 30 m². Un ancien évier en pierre a été conservé. Ce caveau est aéré par de grands soupiraux.

Les dépendances

Face à l'hôtel particulier, les anciennes écuries ont été aménagées. De larges ouvertures en anse de panier ont été percées et laisse entrevoir la piscine chauffée. Sa surface est de 11,50 m x 3,50 m. La lumière est généreusement apportée grâce aux grandes baies qui permettent de profiter de l'environnement extérieur. Des lanternes à crosse ornent la façade. Le toit de tuiles artisanales est percé de fenêtres de lucarne. Un logis indépendant compose la seconde partie de la dépendance.


Rez-de-chaussée
Une petite entrée dessert un salon, une cuisine aménagée et des toilettes. Les sols sont recouverts d'un dallage en céramique. Dans le salon, un escalier droit en bois mène à l'étage.
Premier étage
Un palier dessert une chambre très spacieuse et une salle de bains avec toilettes. Poutres et charpente apparentes font partie du décor.

Ce que nous en pensons

L'immeuble de rapport, destiné à l'accueil d'hôtes, est vendu meublé et équipé (jusqu'au linge de maison qui permet l'exploitation immédiate des chambres d'hôtes). La demeure reflète avec force l'héritage patrimonial de cette ville multiséculaire. Tout en respectant les nombreux éléments architecturaux, la décoration élégante est particulièrement accomplie. Les ornementations de la cour fleurie, avec fraîcheur et couleur, ont été réalisées avec subtilité et se révèlent aux beaux jours. Ce lieu, qui rime avec élégance et douceur de vivre à proximité du centre de la capitale ducale, ne peut que charmer. La situation est exceptionnelle, la demeure et ses chambres d'hôtes de grande qualité. Le bilan économique est attractif. Le chiffre d'affaires moyen annuel est de 150.000 euros environ et ne cesse de progresser. C'est l'un des derniers hôtels particuliers à vendre à Dijon.

Vente en exclusivité

2 200 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 841193

Surface cadastrale 1113 m2
Surface du bâtiment principal 367 m2
Nombre de chambres 6
Surface des dépendances 50.95 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Autour de Saint-Fargeau


Isabelle Ponelle +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus