Aux portes de la Suisse normande, dans un jardin à la française de 1800 m²,
un hôtel particulier du 19ème siècle, aux accents italiens
Flers, ORNE basse-normandie 61100 FR

Situation

Au nord-ouest de l'Orne, la propriété est facilement accessible de la capitale en 2h50 par la N12. Le parc Normandie-Maine et les montagnes de la Suisse normande sont à 20 minutes. Au centre de la cité, se dresse un château du 18ème siècle. Deuxième plus grande ville du département et berceau des manufactures de tissage de lin et de coton, elle dispose aussi d'un réseau de bus et de cars qui couvre l'agglomération. Falaise et Argentan sont à 40 minutes. La gare SNCF permet de rejoindre Paris en deux heures par des liaisons quotidiennes. Le bassin économique compte des filiales de l'aéronautique et un pôle d'enseignement supérieur.

Description

L'hôtel particulier se situe dans une des rues du quartier le plus prisé de la ville, où son architecte Henri Amiard avait aussi fait bâtir sa propre maison. C'est en 1880 qu'un riche industriel de la filature lui en fit la commande. De la rue, après avoir franchi la grille de l'imposant portail, la cour d'honneur plantée de deux oliviers se déploie jusqu'aux marches du perron. Le bâtiment est flanqué d'une extension et de son entrée indépendante. À l'opposé, un garage accédant au sous-sol est accessible des deux côtés de la façade. À l'arrière, une large terrasse permet l'accès au jardin à la française, dessiné tout en longueur et clos d'un mur de pierres. Sur le côté du terrain de 1800 m², une dépendance sert d'atelier.

L'hôtel particulier

L'architecte Henri Amiard en dessinât les plans en 1880. Construit en brique et en pierre de grès, il est agencé sur un plan rectangulaire de plus de 320 m² et s'élève sur trois niveaux ainsi qu'une cave et un sous comble brisé. Les encadrements des baies au fronton à volutes et les chaînages d'angle sont en pierre de taille. Des lambrequins de bois ajouré ornent le dormant des ouvertures. La toiture Mansart recouverte d'ardoises en écailles de poisson est percée de lucarnes Louis XV. Elle arbore en fronton des initiales en médaillon. Se prolongeant à tous les étages, des colonnes Renaissance encadrent les ouvertures. Surmontée d'un balcon soutenu par des consoles à feuilles d'acanthe, la porte de métal et de verre laisse entrer la lumière du jour.


Rez-de-chaussée
Le ton est donné dès l'entrée, qui déroule un tapis de tesselles de marbre multicolore, et forme une mosaïque dans l'esprit des palais italiens. Le hall dessert l'ensemble des pièces du rez-de-chaussée et l'escalier en bois. Sa balustrade est en fer forgé et l'entrée de marche représente une statue d'enfant supportant une boule en bronze doré, ornée de portraits. Au-dessus de l'escalier, deux mascarons se font face. La hauteur sous plafond atteint les 3m50. D'un côté, une chambre et sa cheminée en marbre. De l'autre, un salon, dont le plafond mouluré est orné d'instruments de musique et communique avec la salle à manger-bureau. La lumière traversante éclaire le parquet en chêne massif et la double porte sculptée. Un dégagement, une salle d'eau, des toilettes et une buanderie se partagent l'extension accessible du couloir de l'entrée. Une vaste cuisine contemporaine au sol miroir ouvre de plain-pied sur la terrasse qui surplombe le jardin. Un escalier descend à la cave vers la chaufferie et le garage.
Premier étage
Un large palier distribue deux chambres, des toilettes et un bureau. L'une d'elles est équipée d'une salle de bains en marbre et d'une garde-robes. Un escalier en colimaçon permet d'accéder au deuxième étage. De larges baies diffusent la lumière du jour.
Deuxième étage
Un large couloir, deux chambres, une salle de douche et un vaste espace à aménager de 40 m² occupent cet espace, éclairé de larges baies sous toit Mansart.
Jardin à la française
Il affiche une composition symétrique et orthogonale. Deux allées en lignes droites se regardent, formant un jeu de perspectives depuis la terrasse. Le tapis engazonné en glacis longe les massifs d'hydrangea. À chaque extrémité, des buis parfaitement taillés en cônes évoquent des pâtisseries. Le jardin est entretenu dans les règles de l'art topiaire, popularisé par André Le Nôtre, qui consiste à tailler les végétaux selon des formes géométriques. Une banquette d'arbustes délimite le fond du jardin. Deux bosquets taillés accompagnent la terrasse jusqu'au tapis de verdure.

Ce que nous en pensons

La vision architecturale d'Henri Amiard est parfaitement conservée. Avec ses décors foisonnants, son sol en terrazzo et son escalier orné d'une statue de bronze, l'hôtel particulier affiche un visage chic et élégant. Une atmosphère de palais italien aux portes de la Suisse normande, hommage au romantisme et au savoir-faire des meilleurs artisans du 19ème siècle. Pour y séjourner ou pour y travailler, la propriété se démarque par son caractère singulier et son jardin d'harmonie, tout de calme et de volupté.

580 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 303181

Surface cadastrale 1800 m2
Surface du bâtiment principal 300 m2
Nombre de chambres 5
Surface des dépendances 100 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Nord-Est Orne


Sandrine Torossian +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus