En Bourgogne, dans une clairière au cœur des bois,
une propriété équestre, ferme moniale du 12ème siècle
Antully, SAONE-ET-LOIRE bourgogne 71400 FR

Situation

En Bourgogne, à vingt minutes du Creusot et d'Autun, une ferme occupée au 11ème siècle par les moines d'un prieuré. À 15 km de la gare TGV qui relie Paris en 1h20 et Lyon en quarante-cinq minutes. Genève est à 3h15. La propriété est proche d'un village labellisé Cité de Caractère grâce à son patrimoine médiéval, un donjon du 14ème siècle et un prieuré du 11ème ainsi qu'à son patrimoine naturel avec un barrage construit début à la Belle Époque destiné à alimenter les usines du Creusot. L'environnement est préservé par une forêt domaniale parcourue par des chemins de randonnées, pédestres et équestres qui relient Autun et le Creusot. Tous les commerces de première nécessité, une école et un cabinet médical sont présents dans le village qui manifeste une vie associative active.

Description

À la sortie du village, après avoir traversé la forêt domaniale sur deux kilomètres, le bâti se découvre dans une vaste clairière entourée par la forêt. Son entrée est marquée par un grand portail avec deux piliers en pierre et une grille en fer forgé. À l'extrémité d'une longue allée, l'ancienne ferme domaniale en perspective. Structuré comme un hameau, le domaine est clos de murs, entouré de prairies et d'une lisière de bois d'un côté. Un second portail, avec grille en fer forgé et porte piétonne, ouvre sur la cour autour de laquelle sont ordonnancés les anciens bâtiments de ferme. La plupart d'entre eux est désormais destinée à l'habitation.

Ferme moniale

Le bâtiment principal de la ferme, d'époque médiévale et d'une surface d'environ 170 m² est placé en face du portail d'entrée. Sur un grand pignon avec enduits à pierre vue, la porte principale d'entrée, surmontée d'un petit auvent couvert de tuile plate de Bourgogne. Les encadrements de fenêtres, en double-vitrage, sont également en pierre de taille.


Rez-de-chaussée
Une entrée, avec sol en terre cuite dessert un bureau et des toilettes pour visiteurs. En enfilade, la cuisine équipée puis le salon. Une ancienne pierre d'évier est insérée dans une niche. Une grande cheminée en pierre de taille avec un insert en fonte au centre du foyer. Le plafond est à la française avec poutres maîtresses moulurées. Le sol est couvert de tomette hexagonale. Le salon ouvre sur une grande véranda lumineuse, avec un espace salle à manger et salon. Un accès à une petite cour close par un muret en pierre, le mur d'enceinte, des bâtiments de communs et un puits en activité. Une porte ouvre sur les prairies du domaine et la forêt.
Premier étage
Un palier dessert trois chambres sous combles, dont une en face de l'escalier, donne sur une salle de bain, avec baignoire, douche et toilettes.

La sellerie

La sellerie d'environ 100 m², désormais à usage d'habitation, est accolée aux écuries. Sa façade est percée de quatre portes dont une grande baie vitrée, avec linteaux en brique. La porte d'entrée a conservé, comme volet extérieur, une porte basse de box à chevaux.


Rez-de-chaussée
L'entrée comporte deux portes d'accès. La première, dans la cour, accède à l'ensemble du bâtiment. La seconde donne à l'extérieur afin de rendre indépendant un appartement situé à l'étage. En enfilade, la cuisine, puis la salle à manger, éclairée par une baie vitrée, ancienne porte de grange. Les murs sont en pierre apparente. Un insert en fonte complète le chauffage central alimenté par la chaudière à bois. Un escalier tournant, avec marches ouvertes, accède à un salon en mezzanine. Salle d'eau et toilettes.
Premier étage
Il peut être utilisé comme un appartement indépendant. Une cuisine occupe le palier central et de part et d'autres, une chambre, sous combles avec charpente et mur en pierre apparentes. Baignoire, lavabo et toilettes sont installés dans les soupentes.

L'étable

Désormais habitable, sa surface est d'environ 50 m². Elle est enduite à pierre vue avec des volets pleins repeints dans la teinte rouge d'origine. Les ouvertures sont encadrées d'une pierre d'appui, linteau d'origine et volets en bois, peints en rouge. Une cour privée avec son jardin d'agrément délimitée par un muret et le mur d'enceinte de la propriété accède directement à la prairie.


Rez-de-chaussée
L'entrée se fait directement dans un salon/salle à manger avec cuisine ouverte. De part et d'autre, deux escaliers de meunier accèdent aux chambres. Salle d'eau avec toilettes.
Premier étage
Chaque escalier dessert une chambre sous comble, éclairée par des ouvertures percées dans les pignons. Les deux chambres sont séparées par les pannes de charpente, restées apparentes.

L'écurie

L'aile droite des écuries, d'une surface d'environ 55 m², désormais aménagée en chambres d'hôtes, est chauffée par la chaudière à bois de la sellerie. À son extrémité, l'ancien espace pour doucher les chevaux est désormais un auvent pour véhicules ou tracteurs.


Rez-de-chaussée
L'entrée principale du bâtiment se fait par la cour alors qu'une autre porte dans l'entrée permet un accès indépendant à l'extérieur du domaine. Elle est lambrissée en un bois de ton clair. Une chambre a été aménagée pour personne à mobilité réduite, avec douche et toilettes. Une porte dérobée ouvre sur un escalier.
Premier étage
Grande pièce mansardée recouvrant tout l'étage avec une chambre d'enfants à l'entrée, séparée visuellement par la charpente chaulée laissée apparente, puis une chambre principale. Douche et toilettes sont insérées dans les soupentes.

Les dépendances

Plusieurs dépendances du hameau ont conservé en partie leur destination d'origine.


Ecuries
Elles datent de 1070 et étaient utilisées par les moines pour l'exploitation de la ferme. Au centre de chaque pignon à pierre vue des écuries, des portes à double battant, permettent d'entrer soit par la cour, soit par l'extérieur du domaine, avec un accès direct aux prés ou à la carrière. De part et d'autre d'un couloir pavé, dix stalles en bois pour les chevaux. Cinq stalles, avec abreuvoirs alimentés peuvent toujours accueillir des chevaux, les autres servant de remise pour outillage de jardin. À l'étage, un fenil occupe toute la superficie des écuries.
Grange
Elle date également de 1070, et était autrefois l'habitation des moines. Comme les écuries, sa façade est à pierre vue, une porte double donnant dans une grande pièce. Un escalier de meunier accède d'un côté à un grenier en mezzanine ; de l'autre, à une chambre avec douche et lavabo. Une porte donne dans un atelier. Une autre ouvre sur une cave à vin voûtée. Accolé à la façade extérieure de la grange, un box peut servir pour un cheval ou pour garer un tracteur.
Bâtiment de dépendances
Dans la cour fermée, accolée d'un côté de la grange, une dépendance avec trois portes d'accès à d'anciens boxes à chevaux. Deux pièces servent maintenant de remise et la troisième est occupée par la cuve à fioul.
Four à pain
Dans la cour de la ferme moniale, le bâtiment avec four à pain a conservé sa cheminée en pierre de taille et la partie qui était le fournil. Il abrite désormais la chaudière à fioul et sert également de cellier. Le plafond, en brique, est voûté. Ce dispositif architectural très rare a été conçu par les moines pour utiliser ce grenier comme clapier accessible par une ouverture située au-dessus de la porte d'entrée.

Le domaine

Le domaine s'étend sur 2,5 ha et se compose essentiellement de prés qui entourent les bâtiments. Une parcelle le long de l'allée d'accès, se compose de prés puis d'une lisière de bois de feuillus et résineux. Elle se termine par une carrière à chevaux recouverte d'herbes mais qu'il est facile de remettre en état. Elle est bordée par quelques arbres fruitiers, cerisiers et pommiers. La forêt jouxte la forêt domaniale.

Ce que nous en pensons

Au Moyen-Âge, les moines ont toujours choisi des lieux propices à la méditation et des terres fertiles pour leurs travaux agricoles. L’environnement actuel ne semble pas avoir tellement changé depuis leur départ : les habitations, l’écurie avec ses boxes à chevaux, les prés, la cascade dans les bois. Les propriétaires actuels ont su donner une nouvelle vocation d’accueil à ce lieu en aménageant certains bâtiments de dépendances, tout en conservant son essence première avec l’élevage de chevaux. Randonneurs, pèlerins du chemin de Saint-Jacques, touristes ou encore salariés des entreprises installés au Creusot ont su apprécier la quiétude des lieux. Les grands volumes de la grange moniale ou encore le fenil des écuries offrent la possibilité de poursuivre cette conversion en aménageant une autre habitation ou un lieu de réception pour des séminaires ou formation. Il est également possible d'acquérir une surface de prés plus importante. Sa situation à 15 min de la gare TGV et à quelques minutes d’un village, est également un atout incontestable pour concilier une vie professionnelle partiellement au bureau et en télétravail.

780 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 926160

Surface cadastrale 2 ha 73 a 53 ca
Surface du bâtiment principal 170 m2
Surface des dépendances 620 m2
dont aménagées205
Nombre de chambres 9

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Sud du Morvan


Marie de La Ville-Baugé +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus