Au cœur des Landes girondines et à proximité de Langon,
une grande ferme bazadaise entourée de 18 ha de pins et chênes
Bazas, GIRONDE aquitaine 33430 FR

Situation

Dans le sud de la Gironde, entre Langon et Bazas, entre le vignoble des Graves et la lisière de la forêt des Landes.
À 40 km au sud-est de Bordeaux, accessible à Langon par l’autoroute A62.
Aéroport International de Bordeaux et TGV pour rejoindre Paris en deux heures.
La côte Atlantique est à 100 km (Arcachon) et les stations de ski des Pyrénées à 200 km.

Description

Les Landes du Bazadais sont constituées de collines alluvionnaires faisant une large place à la polyculture et à l’élevage tout en gardant des bois de chênes, de châtaigniers, d’acacias qui se mêlent aux pins, et quelques parcelles de landes.
Le Bazadais fut une région distincte du Bordelais car Bazas fut, du 6ème siècle jusqu’à la Révolution, le siège d’un évêché dont le diocèse débordait largement les limites du Bazadais pour franchir la Garonne et englober La Réole et une partie de l’Entre-deux-Mers, entre Garonne et Dordogne.
Au 19ème siècle, le Ciron, rivière flottable coupée de barrages, transportait bois et résines et était jalonnée de petites usines, forges, moulins, scieries, papeteries.
La région, très prisée des épicuriens, regorge de produits locaux : bœuf bazadais, chapon de Grignols, lamproie à la bordelaise, qui reste un incontournable plat girondin et, côté dessert, les Puits d’Amour qui vous attendent à Captieux.
Une région pleine d'attraits relativement à l’histoire et l’architecture : la cathédrale de Bazas, les châteaux de Villandraut et Roquetaillade, et aussi des vestiges gallo-romains, des églises romanes et de nombreux châteaux viticoles, comme il se doit.

La maison principale

La ferme, caractéristique du Bazadais, se niche au milieu de ses presque 19 ha de bois, dans un environnement très calme et protégé. Construite au 18ème siècle, elle sera agrandie en 1865.
L'accès se fait par un chemin forestier bordé de pins odorants pour déboucher sur un « airial », terme propre aux landes de Gascogne pour définir une clairière plantée de quelques chênes au milieu d’un massif forestier et sur lequel se situe une ou plusieurs habitations.
La grande ferme s’impose au milieu de son airial et développe une surface habitable d'environ 350 m² sur deux niveaux ; de plan presque carré avec une toiture à deux pans, elle présente une façade crépie dans les tons ocres qui produisent un effet chaleureux.


Rez-de-chaussée
La propriété a toujours été habitée et bien entretenue, tous les planchers, les huisseries (barres de fermetures à tous les volets), les toitures régulièrement révisées (dont une partie refaite à neuf), les murs sont en bon état. D’importants travaux de rénovation de qualité (isolation, toiture, aménagement intérieur) y ont été réalisés par les propriétaires actuels il y a quelques dizaines d’années.
La vue y est très dégagée, ouverte sur l’airial, et fuyante vers le petit ruisseau qui longe la propriété. Son architecture est caractéristique des fermes bazadaises. Composée d'un rez-de-chaussée et d'un étage, elle semble prendre sous son aile une petite dépendance presque attenante. Au centre de la façade principale, l’ancienne porte cochère a gardé du côté extérieur l’essentiel de sa structure primitive et encadre désormais une immense baie vitrée, dotée de parecloses amovibles, apportant ainsi toute la lumière dans le grand salon central. La hauteur sous plafond, imposante, est accompagnée par une magistrale cheminée. Un escalier latéral accède aux chambres de l’étage. Le grand salon communique vers deux pièces latéralement opposées et formant chacune un angle de la maison :
- au nord, vers un bureau spacieux ouvert sur l’extérieur. En retour, une salle de bain assez vaste est communicante avec la seule chambre du rez-de-chaussée, orientée nord-ouest. Cet élément principal est également desservi par un couloir qui rejoint l’entrée de service. Toilettes en retrait.
- au sud, vers une salle à manger également pourvue d’une cheminée en pierre. Dans son prolongement, une cuisine équipée de nombreux placards des années 80, un peu désuète mais fonctionnelle et bien conçue. À l’arrière, une petite entrée accède à une réserve et, de nouveau, à l’entrée de service.
Au rez-de-chaussée les sols sont en carreau de Gironde, de ton chaud et lumineux.

Premier étage
Un escalier de bois, partant du grand salon, accède au vaste palier de l’étage. Deux coursives latérales longent chaque côté pour distribuer, au nord, deux chambres, une salle de bain, une lingerie et des toilettes ; au sud, trois chambres, une salle de bain, une douche et des toilettes. L'aménagement actuel offre, pour qui le souhaiterait, des possibilités d’accueil en chambres d’hôtes. Très légèrement mansardées, et sans inconvénient pour les personnes de haute taille, les chambres ont toutes de la moquette au sol sur ourdis. Murs et plafonds sont particulièrement bien isolés.

Bâtiments extérieurs

Une petite dépendance en pierre, autrefois appelée « maison du cochon » à proximité de la maison principale, abrite d’un côté, la pompe à chaleur eau/eau+ et deux grands ballons d'eau chaude fonctionnant par électricité. Ce système de chauffage, destiné à toute la surface de la maison, comporte deux circuits indépendants. Adossé, un abri pour le bois et un four à pain traditionnel en pierre, très ancien, qui est toujours en état de fonctionnement.
Un puits assure un bon volume d’eau pour l’arrosage.

Les terres

La propriété est composée essentiellement de pins maritimes, certaines parcelles étant proches d’être à maturité pour être exploitées. Régis sous la loi Sérot-Monichon, les bois offrent de nombreux avantages pour qui souhaite défiscaliser. Le terrain est traversé par un petit ruisseau où se désaltèrent les animaux sauvages. Des chemins sablonneux en très bon état permettent de longues promenades à pied, à cheval ou à bicyclette. Un étang a été creusé avec autorisation officielle de dévier le cours d’eau pour le remplir : cette dernière étape reste à réaliser. L’électricité est enterrée bien en amont de la maison, aucun poteau ne vient dénaturer l’environnement.

Ce que nous en pensons

C'est donc un rafraîchissement général qui se projettera au gré des goûts, des envies et besoins des futurs occupants. Ils peuvent sans attendre s’installer immédiatement et prendre leur temps afin de marier charme et caractère au confort actuel.
La proximité de l'aéroport de Bordeaux, des plages et des grandes voies de communication présente un intérêt certain : travailler à Bordeaux et profiter quotidiennement du calme de la campagne pourra tenter bon nombre de citadins. La volupté du silence n’a pas de prix. Petit paradis pour les amateurs de chasse, équitation, et tous les promeneurs amoureux de la nature.

760 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 207509

Surface cadastrale 18 ha 76 a 52 ca
Surface du bâtiment principal 350 m2
Nombre de chambres 6
Surface des dépendances 20 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Sud-Ouest du Lot-et-Garonne


Armelle Chiberry du Vignau +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus