Dans le massif jurassien, dans un territoire de monts et de combes,
dans une cité de caractère, une maison bourgeoise de pierre et de bois
Lons-le-Saunier, JURA franche-comte 39000 FR

Situation

Dans le sud du département du Jura, dans le territoire de la Petite Montagne, à deux brasses du lac de Vouglans, à seulement une heure de Lyon, Dijon tout comme de la Suisse, en plein centre d'une petite ville remarquablement dotée en services (école, collège, école de musique, maison médicale pluridisciplinaires, commerces, restaurants).

Description

Dans une des rues principales du bourg, sur une parcelle adossée à l'un des remparts médiévaux, une maison bourgeoise du 15ème ou du 16 ème siècle avec, flanquée au sud, une tour carrée avec une vigie dans le comble conique et un vaste et beau jardin en terrasses. Élevée sur trois niveaux, la façade classique est de belle facture, un fronteau de pierre au-dessus de la porte d'entrée sur le perron l'ornant et la signant. À l'est, accolée à l'immeuble, une seconde maison à usage de dépendances. À l'ouest, un portail donnant dans une ruelle ouvre sur le jardin.

La maison bourgeoise

Élégant bâtiment de quatre travées, élevé sur deux niveaux sur cave et sous combles, coiffé d'une toiture à deux pans de faible déclivité et percé de baies aux encadrements cintrés. Au niveau d'un perron de quatre degrés, la porte d'entrée est surmontée d'un fronteau curviligne interrompu.
Donnant sur le jardin, la façade sud est élevée sur trois niveaux et flanquée d'une tour carrée élevée sur quatre niveaux. Une porte à deux vantaux en forme d'arc plein-cintre ouvre sur l'une des pièces en soubassement.


Niveau de soubassement
Il est partiellement enterré sur la rue et dégagé sur le jardin. Composé de huit pièces les plafonds sont de pierre taillée en voûte à berceau, deux d'entre elles ouvrent sur le jardin par des portes à double vantail. L'une, certainement magasin à l'origine, donne sur la rue. Dans une autre pièces se situe un renfoncement dit cachot selon la tradition familiale. Une buanderie, un cellier, une cuisine sommaire. Au sol, des dalles cadettes.
Premier niveau
Un couloir aux murs peints à la chaux dans des tons ocres dessert deux pièces avec arrivée d'eau mais non habitées actuellement, à usage de bucher et de remise. Un appartement de six pièces, rénové pour la plus grande partie, avec un parquet ancien, un plafond à la française, une cheminée monumentale en pierre, une taque de cheminée armoriée avec le chrisme fleurdelisé et le Sacré-Cœur, portant la date de 1738. Du salon avec cheminée, une terrasse bien abritée se prête aux repas une grande partie de l'année. Habité par les actuels propriétaires, l'appartement permet de s'installer sans délai dans les lieux pour poursuivre la rénovation des autres pièces de la maison.
Deuxième niveau
Un vaste appartement nécessitant une rénovation.
Combles
Le palier de l'escalier monumental dessert trois greniers. Le premier commande l'accès à un second étage de combles qui pourrait être transformé en appartement en « duplex ». En face de l'escalier, un immense grenier, avec des claire voie en bois, formant des petits greniers, et une pièce flanquée contre la tour carrée, dans laquelle est posée une échelle permettant de grimper au second niveau de combles. De là, un jour, ouvert au sud, ouvre une perspective aussi loin que le regard peut porter sur les paysages de monts, forêts et de la petite montagne.

La tour carrée

Elle est accolée à la façade sud. Au rez-de-chaussée, de plain-pied avec le jardin, un vaste atelier est aménagé. Deux chambres occupent les deux niveaux suivants. Un surprenant belvédère a été aménagé dans la pièce au niveau des combles. Au plafond, des voûtes d'arêtes. La toiture est à quatre pans ; une fermette à jambes-de-force du comble à surcroit et en partie basse du versant, un égout de toit retroussé.


Rez-de-chaussée
Jardin d'hiver
Premier niveau
Pièce sous voûtes en arêtes
Deuxième niveau
Pièce sous voûte en arêtes
Combles
Belvédère sous la fermette à jambes-de-force du comble à surcroit.

L'escalier

En pierre rampe-sur-rampe, il a ici la particularité de desservir tous les niveaux, du soubassement aux combles avec charpente apparente, tandis que la coutume favorise un escalier aux seuls étages nobles des hôtels. En guise de noyau creux, une colonne de style roman au fût légèrement galbé du tiers et au chapiteau-champignon. Aux niveaux nobles, un couronnement de la rampe d'appui ouvragée, une main courante adoucie par les ans, seulement présente cette fois entre les niveaux nobles. Les marches, très larges, sont scellées dans le noyau. À chaque palier, le plafond en voûte d'arêtes achève de donner une élégance particulière à cette montée d'escalier, élément central de la maison.

Le jardin

Suivant la perspective adoptée, il sera vu comme un parc en miniature ou un grand jardin de ville. En effet, d'une surface de 1.000m², avec la cour sur dalles cadettes, les deux terrasses, les grands arbres, les rosiers anciens, le bosquet secret et ombragé, la cabane dans le jardin, en font le caractère propre.
Un bassin de natation pourrait être aménagé dans la partie la plus au sud, en bordure de route, après qu'on aura pris soin de rénover et de rehausser le mur existant. Un puits y est présent.

L'échoppe

Seule partie mitoyenne de la propriété, elle est actuellement à usage de dépendance et accède à l'une des caves de l'immeuble. Une pièce est le départ d'une échelle accédant à un niveau sous combles. La hauteur sous faîtage est de plus de quinze mètres. Le lieu peut être conservé tel quel, comme remise, et pourrait aussi être affecté à quelque autre usage tel maison d'amis, gîte ou encore, redevenir un lieu de commerce ou d'artisanat.


Rez-de-chaussée
le garage avec accès dans la maison
Combles
Grenier

Ce que nous en pensons

Idéalement situé dans l'enceinte des murailles médiévales d'une cité de caractère prisée, foisonnant d'éléments architecturaux dans leur état d'origine, la maison est d'un excellent rapport qualité/prix. Avec l'escalier monumental s'élevant des pièces voûtées en soubassement jusqu'aux niveaux plus élevés, avec ses vues déployées à l'infini, les futurs occupants de ces lieux réuniront cet endroit en une exceptionnelle maison de famille mais pourront également l'envisager comme un investissement locatif avec ses sept logements indépendants possibles. N'ayant pas de certitude quant à la datation de cette maison, une expertise dendochronologique permettra de dater précisément les lieux, sur une période très certainement contenue entre les 15ème et 16ème siècles.

Vente en exclusivité

370 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 502637

Surface cadastrale 1022 m2
Surface du bâtiment principal 386.7 m2
Nombre de chambres 4
Surface des dépendances 342 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Jura


Fanny Proffit +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus