A 1h30 de Paris, au cœur d'un village de la petite Sologne, proche de la Loire,
un élégant prieuré du 15e s. inscrit MH, entouré d'1 ha de terres
Briare, LOIRET centre-val-de-loire 45250 FR

Situation

D'accès facile par les autoroutes A6 et A77, la propriété est située dans un petit bourg de bord de Loire, sur la rive sud entre Gien et Sully-sur-Loire. La gare la plus proche est à 8 km, le train rejoint Paris-gare de Lyon en 1h30. Plusieurs commerces "de bouche" et de première nécessité sont accessibles à pied ou à vélo depuis la propriété.
L'ancienne villa gallo-romaine autrefois appelée " Nobliacum " dont fait partie le prieuré, reste remarquable pour son patrimoine architectural et naturel . Une petite cité anciennement fortifiée aux vestiges encore très évocateurs avec l'église, dont le cœur date du 11ème siècle (classée MH), une ancienne grange à une seule nef et une porte en plein cintre du 13ème siècle.

Description

Les ruines du donjon du 11ème siècle, installé sur une motte, permettent de visualiser le village dans son ensemble. Après avoir flâné au milieu des ruelles, ceintes de puissantes murailles jalonnées de tours et de portes, un portail gothique placé à l'ombre d'un grand magnolia blanc, laisse entrevoir un jardin luxuriant, ponctué d'un abri fort ancien proche de la maison d'amis. Un escalier en pierre mène à une terrasse qui surplombe le village, avec vue sur le jardin des deux côtés du domaine. Un petit passage marqué par une ouverture en alcôve permet d'accéder à l'arrière de la propriété où apparaît une multitude de fleurs sauvages aux couleurs vives et d'arbres fruitiers. Un espace vert, clos par un mur en pierre, permet d'être à l'abri des regards.
Une grange entourée d'un parterre de pelouse, ainsi qu'un ancien verger, accessibles par un chemin placé à l'extérieur le long du logis, complètent la propriété.

Le logis prieurial

L'édifice a été fondé par des moines de Saint-Colomban dès le 9ème siècle. Les archives parlent d'un " monasteriolum " c'est-à-dire un "petit monastère". Le prieuré sera restauré sur requête des religieux en 1487.
L'ensemble présente un corps de logis unique à deux niveaux sur sous-sol, de plan rectangulaire, à tourelle d'escalier prismatique semi-engagée de section octogonale. Les murs sont en maçonnerie de briques apparentes, les chaînages et encadrements de baies à croisée en pierre de taille. Le monument est flanqué d'une tourelle de briques roses et de pierre percée de fenêtres à demi-croisée avec encadrements en pierre. La tour est coiffée d'une toiture en ardoise à huit pans. Plusieurs ouvertures sont surmontées d'un arc en accolade richement mouluré. Une glycine court le long du mur qui laisse apparaître une fenêtre sans remplage. Un carré de losange en briques orne le bas d'un pan de mur et rappelle la modénature de la façade. Au premier niveau, sur la terrasse, une vigne s'est installée sur les murs vieux de plusieurs siècles.


Rez-de-chaussée
L'entrée principale se situe dans la tour qui abrite un spectaculaire escalier en vis en pierre (inscrit MH). Des toilettes sont logées dans une petite pièce. Les tomettes anciennes recouvrent le sol et ce dallage se poursuit au salon. Cette grande pièce est éclairée par des fenêtres à croisée munies de coussièges. La clarté que dégagent les ouvertures met en relief le plafond à la française et les piliers en bois fort anciens, très rares. Elle est ornée d'une monumentale cheminée gothique à foyer ouvert (inscrite MH) typique du moyen-âge, caractérisée par sa hauteur sous linteau d'un peu plus de deux mètres, un manteau surmonté d'une frise ouvragée, des chambranles et des piedroits angulaires en pierre. A l'intérieur de l'âtre se trouve un ancien four à pain en briques comme le contrecœur. La pièce principale a une vue sur les deux façades du logis. A proximité se tient une vaste salle à manger réchauffée par une cheminée avec insert. Plafond à la française de couleur bleu, comme les placards moulurés placés sous la bibliothèque en bois. Des rangements anciens, en chêne, sous forme d'une armoire fixée au mur, sont proches d'une petite cuisine attenante.
Premier étage
L'escalier en pierre, éclairé par plusieurs ouvertures, accède au palier qui dessert les deux chambres. Une première pièce au dallage ancien en terre cuite rehaussée par un plafond à la française est agrémentée d'une cheminée en briques à foyer ouvert. Les baies sont à croisée, surmontées d'un arc en plein cintre en pierre. L'originalité de cette pièce réside dans le fait qu'elle possède un accès à une terrasse qui a une vue plongeante sur l'église du village et le jardin. Une petite porte accède à une salle de bain bien aménagée. Le sol est carrelé et la poutraison apparente. La seconde chambre est de grande taille avec au centre un âtre mêlant pierre et bois. Les tomettes au sol, le plafond à la française, mais aussi des pans de bois sur tout un mur renforcent le caractère médiéval. Entre les deux chambres, un petit couloir aboutit à un dressing et une salle de douche. Sur certaines baies, plusieurs Prieurs ont gravé leur nom comme Pierre du Refuge (1508), Jehan de Villiers (1579) ou encore Claude Porcher (1585).
Deuxième étage
En haut de l'escalier, se dresse l'enrayure composée de solives boiteuses et rayonnantes ainsi que du gousset. Le passage vers le grenier reste impressionnant par sa charpente ancienne, en bois de châtaignier (inscrit MH). Il pourrait parfaitement être aménagé en deux grandes pièces.

La maison d'amis

Une maison du 17ème siècle est placée à l'équerre du prieuré. Elle s'élève sur deux niveaux sous une toiture de tuiles anciennes artisanales. Ses murs en pierre et crépis sont ponctués de fenêtres à petits carreaux.


Rez-de-chaussée
Il se compose d'une grande pièce de séjour, réchauffée par un poêle ancien, dotée d'une mezzanine. La poutraison apparente est mise en valeur par la hauteur sous plafond. Une petite cuisine aménagée, avec vue sur le jardin, se tient à côté de l'entrée. Une chambre avec une salle de douche et toilettes, entièrement carrelée est accessible du salon.
Premier étage
Un escalier en colimaçon en bois bordé d'une rampe en fer accède à un second salon parqueté. Une chambre est éclairée d'une haute ouverture protégée par un garde-corps en bois peint. La salle de bain avec toilettes est entièrement carrelée.

Le jardin

Les maisons sont précédées d'une cour fleurie entourée de haies d'ifs, ponctuées de bancs et de vases en pierre. Un abri fait face au prieuré. Un passage permet d'accéder à l'arrière de la propriété où se mêlent des arbres fruitiers, des buis taillés, des rosiers anciens entourés d'un mur vieux de plusieurs siècles.
A l'extérieur, une vieille grange entourée d'un parterre de pelouse, de deux prés plantés de chênes, d'acacias, et un verger protègent le site. Quelque part, se cachent les vestiges d'un mur gallo-romain qui entourait le village.

Ce que nous en pensons

Cet ensemble unique est la quintessence de l'architecture médiévale. Pour les amateurs de cet âge, l'endroit reste idéal et même assez rare. Le prieuré est en lui-même un " monument " veillé par l'église qui, à l'origine, était sa chapelle comme en témoigne la puissante et savante ordonnance du chœur et le chevet à trois absides. Les toitures ont été restaurées, toutes les fenêtres sont à double vitrage et pour d'autres travaux éventuels, l'inscription MH permettra au futur occupant du lieu de compter sur des subventions.
Regardant le prieuré, la pluie laissera place au soleil et fera dire au poète : " le temps a laissé son manteau, de vente, de froidure et de pluie et s'est vêtu de broderie, de soleil luisant clair et beau " (Charles d'Orléans).

550 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 852313

Surface cadastrale 10000 m2
Surface du bâtiment principal 300 m2
Nombre de chambres 2
Surface des dépendances 150 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Autour de Saint-Fargeau


Isabelle Ponelle +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus