En Bretagne, niché au coeur du Trégor,
un moulin à eau du 17ème siècle sur près de 2ha
Tréguier, COTES-D'ARMOR bretagne 22220 FR

Situation

La figure emblématique d'Anatole Le Braz, professeur de lettre, écrivain et folkloriste français de langue bretonne plane encore sur cette région du Trégor qu'il affectionnait tant et dont ses ouvrages en sont une belle illustration. Ainsi, en parlant de son arrière grand-mère maternelle née précisément en ce moulin, témoin de l'industrie linière du teillage, il disait : "Par elle, je descends d'un meunier d'évêque, et je n'en suis pas médiocrement fier." Construit au bord d'un affluent du Jaudy, à mi-chemin entre Paimpol et Perros-Guirec, la propriété est située dans un écrin de verdure. A moins de 10 minutes se trouve la ville de Tréguier, la capitale historique du Trégor, qui offre tous les services et commerces du quotidien. La gare TGV de Lannion, à 15 minutes permet de rejoindre Paris en 3h30. Enfin, les plages de sable fin de Penvenan sont à moins de 20 minutes.

Description

La propriété est posée au creux d'un sillon tracé par un affluent à la physionomie peu commune en Bretagne. En effet, à gauche des bâtis, la rivière coule large et lente, traverse plus loin en aval les prairies en longs méandres. A droite, c'est un relief abrupte, arboré et entretenu qui s'impose comme un rempart naturel. La ripisylve de ce cours d'eau conjugue plantes herbacées, arbustes et arbres d'envergure. L'environnement est paisible, sans aucun vis à vis. La mer et l'estuaire du Jaudy sont proches et c'est précisément à la hauteur du moulin que se situe la limite de salure des eaux. Le mouvement des marées fait varier sans cesse le paysage. Le moulin et sa maison d'habitation se découvrent au bout d'un chemin carrossable sans issue, ombragé et enherbé, en pente douce, uniquement emprunté par ses propriétaires. Les bâtis dominent les eaux et sont protégés par un muret et une haie buissonnière. Les jardins d'agrément sont en terrasses. En parallèle de la rivière, le bief, ce petit canal artificiel de dérivation encore en service, achemine l'eau sous l'arche de la maison d'habitation jusqu'au pignon du moulin. La roue n'existe plus mais des vestiges du mécanisme sont encore présents. En arrière plan, un pont-aqueduc, construit au début du 12ème siècle pour alimenter en eau la ville de Tréguier, attire le regard. Il est caractérisé par un seul niveau d'arcades. Les piles ainsi que les arcs en plein cintre sont intacts. La clef de voute et les voussoirs parfaitement conservés. Il est aujourd'hui inscrit et classé aux monuments historiques et fait l'objet d'un entretien régulier par la commune à qui il appartient. Le chemin d'accès à la propriété poursuit sa course sous le pont aqueduc et prend fin en contre-bas. De part et d'autre, quelques dépendances permettent d'entreposer du matériel et du bois de chauffage.

Le moulin

Construit en 1650, il est coiffé de toits à deux pans en ardoises de sizun et épaulé par une tour en poivrière dans l'oeuvre. Il compte sept lucarnes à croupes, toutes ornées d'épis de faitage. Les murs sont en moellons de schiste et les encadrements de granit. Les fenêtres, plus ou moins grandes, sont remarquables par leurs accolades. Sur la façade sud, deux portes en arc plein cintre donnent accès à une terrasse. Celle-ci ouvre sur un jardin d'agrément qui offre une belle vue sur la rivière et ses berges. Certaines baies sont dotées de grilles de défense en fer forgé. Le bief longe le pignon à l'est. Une partie du mécanisme de la roue à eau est encore présente et peut être observée en passant sur le pont qui rejoint la maison d'habitation. Des gardes-corps en fer forgé sont élégamment disposés afin de pouvoir s'y appuyer et ainsi admirer le mouvement de l'eau. Le moulin dans son ensemble a fait l'objet d'une rénovation authentique et de qualité il y a plusieurs années.


Rez-de-chaussée
Une porte en bois massif donne accès à un hall d’entrée avec, sur la droite, une lingerie et des commodités. Puis, une seconde porte, en bois également, sculptée avec soin, dotée de son loquet à poucier, ouvre sur une vaste pièce de vie composée d’une cuisine aménagée et d’un salon-séjour. Les ouvertures nombreuses et traversantes permettent à la lumière d’inonder ces espaces. Ainsi, une porte-fenêtre au départ du salon donne sur la terrasse exposée sud. Au nord, une large baie vitrée offre une vue imprenable sur la rivière, son environnement verdoyant et l’aqueduc. Les matériaux sont authentiques et de qualité tels les poutres apparentes massives qui reposent sur des assises de pierre, les dalles de granit qui couvrent le sol de la cuisine, les murs de chaux, le parquet bois qui apporte ce caractère chaleureux à l’aire de détente. Deux cheminées monumentales de granit se font face, chacune apposée à l’un des pignons. Socles, talons, jambages, corbeaux et linteaux ont résisté au temps et sont parfaitement conservés. Enfin, un escalier contemporain en bois avec demi-palier, installé le long d’un mur porteur, permet l’accès à l’étage.
Premier étage
Un palier de nuit dessert trois chambres sur parquet, une salle de bain avec douche et les commodités. Une chambre se distingue particulièrement par sa configuration. Elle est nichée en partie sous l'élégant plafond cathédrale de la tour poivrière. Habillée de bois et de chaux, agrémentée d'une cheminée de granit, elle dispose d'une salle de bain ouverte. Cet espace d'eau, sur dalles couleur onyx est éclairé par deux carrés de fenêtre. Son aménagement suit les contours arrondis de la tour. Une baignoire à l'ancienne donne à voir à la fois sur le panorama extérieur et sur cette architecture intérieure atypique. Les deux autres ont également leur point d'eau.

La maison d'habitation

C’est un bâtiment de haute stature, de plan rectangulaire sur trois niveaux, coiffé d’un toit à deux pans sous ardoises et doté de trois lucarnes à croupe. Un tiers de l’édifice est posé sur une voûte en arc sous laquelle s’écoule le bief. Au sud, les ouvertures nombreuses associées aux volets blanc en bois habillent la façade, composée comme le moulin, de moellons de schiste et de granit. De même, un jardin d’agrément en terrasse est présent au rez-de-chaussée. A l’arrière de cette maison d’habitation, la façade est plus minimaliste. Toutefois, une avancée à colombage a été ajoutée donnant du relief à l’ensemble.


Rez-de-chaussée
La porte d'entrée est disposée au nord. Quelques marches donnent accès au sein d'une vaste salle. Carrelage alvéolé, poutres apparentes, murs de chaux sont les différents éléments qui composent cet espace. Les fenêtres sont au nombre de trois et permettent d'apporter de la lumière. Dans la continuité, un salon avec cheminée au linteau de bois sculpté offre une belle surface de détente. Une porte-fenêtre permet l'accès à une terrasse et à son jardin avec vue sur la rivière. Ce niveau comprend également une salle de bain ainsi qu'une salle de douche et des toilettes. Il n'y a pas d'accès entre le rez-de-chaussée et le premier étage.
Premier étage
L'accès au premier étage se situe sur la façade avant exposée sud, par une porte en bois massif cloutée en arc plein cintre, équipée d'une ferronnerie de défense. A l'intérieur, un salon séjour ouvert sur une cuisine aménagée. Quelques éléments authentiques sont conservés. Ainsi, il en est du parquet bois, des huisseries mais également de l'escalier de meunier et de la cheminée de granit. Les murs sont revêtus de chaux et les poutres ont été peintes dans des tons claires pour ainsi garantir encore davantage de luminosité. Au fond, face à la porte d'entrée, se niche une salle de bain des plus surprenante de par son emplacement et sa configuration. En effet, elle est disposée dans la petite avancée qui donne sur la façade nord. Vue de l'extérieur, elle ressemble à une maison miniature à colombages avec ses deux éléments caractéristiques que sont l'ossature bois composée de pans de bois et l'hourdage fait de torchis ou de plâtre. Les quatre fenêtres offrent une vue panoramique sur le moulin et l'aqueduc. Les commodités sont à proximité. Enfin,un petit couloir au départ de la salle de séjour dessert deux chambres sur jonc de mer avec vue sur le bief et la nature environnante.
Deuxième étage
Ce sont des espaces sous combles avec un plafond cathédral. La surface est divisée en trois parties dédiées au sommeil. La lumière traversante arrive du sud par les fenêtres des lucarnes et du nord par des petites fenêtres de toit ornées de bois sculpté.

Les dépendances

Elles sont au nombre de trois et sont situées de part et d'autre du chemin à l'arrière des habitations. La grange est le bâtiment le plus haut et le plus spacieux. Viennent ensuite d'anciennes soues à cochon, un bâtiment annexe avec mezzanine et un hangar ouvert.

Le jardin

Les espaces enherbées à usage d'agrément sont parcellés et attenants aux bâtiments. Des plantes domestiquées ou sélectionnées s'y développent. Les essences sont variées et le climat ainsi que l'environnement leur est particulièrement favorable. La création du bief a donné lieu à la construction de plusieurs murets ou escaliers de pierre afin d'organiser l'activité autour du moulin. Ces éléments granitiques, robustes, contrastent avec la flore. En dehors de la zone proche du moulin, la majeure partie des terres est composée de bois qui s'étendent le long de la rivière.

Ce que nous en pensons

La propriété est à l'abri des regards et offre des panoramas uniques qui varient en fonction du temps, des saisons et des coefficients de marée. L'atmosphère y est paisible. Ce lieu est un appel au repos et à la méditation. Le patrimoine architectural, quant à lui, mérite une attention particulière en tant que véritable témoin du passé et de son industrie locale ancestrale. Des savoir-faire se sont transmis en ces lieux, de génération en génération et donnent un caractère presque sacré à l'ensemble. L'eau, vivante, omniprésente, calme ou parfois tumultueuse, douce ou saline, va et vient, s'approche des murs mais reste toujours à une juste distance. C'est un spectacle naturel remarquable. Par ses mouvements lancinants, la rivière appelle à la suivre et ainsi rejoindre la mer à bord d'embarcations légères en traversant les méandres qui mène à l'estuaire.

1 352 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 981654

Surface cadastrale 16921 m2
Surface du bâtiment principal 300 m2
Nombre de chambres 8
Surface des dépendances 250 m2

Conseiller
Goëlo et ouest du Pays de Saint Brieuc


Chrystelle Masson +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus