À 1 h de Paris et 20 min de Marne la Vallée ou de l’aéroport Charles De Gaulle,
un château du 18ème siècle au milieu d’un parc de 5 ha
Meaux, SEINE-ET-MARNE ile-de-france 77100 FR

Situation

C’est une région qui a été le lieu d'affrontements célèbres. C’est en effet ici que la France fut sauvée avec l’arrêt de l’armée allemande, en septembre 1914, pendant la fameuse « bataille de la Marne ». Pourtant, le château est là, impassible avec son parc à l’anglaise qui dégage une ambiance calme et bucolique depuis le 18ème siècle.
Au nord de la Seine et Marne, la propriété est, via l’autoroute de l’Est, à 55 km de Paris et 25 km de Marne-la-Vallée. L’aéroport Charles De Gaulle est, quant à lui, à 20 km. La grande demeure est au milieu d’un village, à côté de l’église et proche de Meaux, une ville animée avec ses commerces, ses services et ses cinémas.

Description

Juste à côté de l’église et de son clocher en poivrière du début de la Renaissance, un grand portail en fer forgé marque l’entrée principale. Une allée, avec sur la droite les communs, enjambe une petite rivière grâce un pont en pierre, et atteint le château en majesté devant une étendue de gazon. L’ambiance générale est anglaise, voire londonienne, la configuration des lieux faisant penser à Hyde Park avec la rivière Serpentine. Ce qui n'est pas si étonnant puisque au 19ème siècle, la reine Victoria aurait dormi au château. Sous l’ancien régime, une famille de la noblesse ouverte aux idées des Lumières y vécut en harmonie avec la population locale. Ce qui leur permit de surmonter la Révolution française sans heurt. Au 19ème siècle, deux familles se sont succédées avec en particulier un peintre, élève d’Ingres et aussi inspirateur de la construction du Sacré Cœur à Paris. Ce fut pour ces familles une véritable maison de plaisance. Et c’est toujours une imposante bâtisse campée au milieu d’un parc, un lieu protégé du tumulte de la vie moderne.

Le château

La façade imposante et blanche est rythmée par trois parties distinctes : d’abord, le corps principal, suivi du corps d’entrée et enfin une aile en prolongement, beaucoup plus champêtre. En premier lieu, un corps de logis principal coiffé par une haute toiture à croupe en ardoise, surmonté par deux cheminées en briques. Une allure très hiératique s’en dégage : les hautes fenêtres à la française, une sobre décoration, cinq travées symétriques y sont pour beaucoup. Les ouvertures du premier étage surmontées de fronton triangulaire, le bossage de refend du rez-de-chaussée ainsi que la frise supérieure à motif géométrique sont les seuls éléments de décoration. Le corps d’entrée est, lui, exceptionnel pour une bâtisse du 18ème siècle car il est marqué par une élévation très distincte du reste de la façade avec une double-porte entourée de colonnes supportant une terrasse à balustrade. Un chainage de pierre d’angle monte jusqu’à un entablement qui dissimule la toiture avec juste en dessous une arche en plein-cintre purement décorative où se niche un œil-de-bœuf. Enfin, dans le prolongement, une aile beaucoup plus simple, sans la raideur du corps principal, termine la façade. C’était sans doute l’aile pour les domestiques et pour les enfants du château. Ici, de simples persiennes et des lucarnes jacobines agrémentent l’aile sans oublier une cloche pour l’appel des repas. L’ensemble de ces trois parties reste, malgré tout, cohérent, la couleur blanche de l’intégralité des façades y étant pour beaucoup.


Rez-de-chaussée
L’entrée s’effectue via un perron en pierre avec une double-porte dont le vitrage est protégé par une ferronnerie ouvragée au motif de volute. Un hall recouvert d’un carrelage à cabochons noirs dessert l’intégralité de ce niveau. C’est d’abord l’escalier tournant qui se remarque en entrant avec ses marches en bois massif et son poteau en fonte décoré d’une boule de rampe en laiton doré. Toutes les pièces de réception sont traversantes, donnant une impression de clarté et de communion avec l’extérieur. Elles marquent leur époque avec au sol du carrelage blanc à cabochons noirs pour la salle à manger, du parquet à points-de-Hongrie pour les salons, une hauteur sous plafond de près de quatre mètres, des cheminées de marbre, en particulier celle, extraordinaire, de la salle à manger qui est de style Louis XVI en marbre noir profond veiné de blanc, de grandes fenêtres et des boiseries en chêne. Ces pièces portent à la conversation en bonne compagnie. La salle de billard bénéficie de deux portes-fenêtres permettant un accès sur la cour d’entrée ou sur le parc. Enfin, le grand salon est à l’extrémité du corps principal avec cinq ouvertures dont une porte-fenêtre qui permet de rejoindre le parc via un perron couvert d’une terrasse. Comme la lumière qui circule en maître, les idées nouvelles du siècle des Lumières ont dû circuler dans ces salles de réception. A droite du hall, la cuisine aménagée et traversante est une vraie pièce à vivre. Une laverie et une entrée de service complète le rez-de-chaussée.

Premier étage
L’escalier d’honneur distribue à droite les petites pièces, anciennement domaine des enfants et des domestiques. Aujourd’hui, c’est « l’espace bien-être » avec un sauna, une balnéothérapie, une salle de gymnastique et un petit salon de repos. Ici, tout est intimiste et douillet avec peu de hauteur sous plafond, de petites surfaces, des couleurs murales bleu, vieux rose et ivoire et des sols en tommettes, carrelage ou parquet. A gauche dans l’escalier, un couloir distribue trois chambres de maître avec leur salle de bains et un bureau. Elles respirent le 18ème siècle avec beaucoup de lumière, des cheminées en marbre, du parquet à points-de-Hongrie, sauf la plus belle, celle du fond, avec un parquet Versailles. Cette dernière profite aussi d’une terrasse. Chaque chambre donne sur la grande perspective du parc. Il est à noter un détail amusant : dans une des salles de bains, les marques de la taille des enfants d’autrefois sont toujours là, avec principalement des dates du 19ème siècle.
Deuxième étage
A ce niveau, trois chambres de maître avec chacune leur salle de bains sont distribuées par un lumineux couloir. A droite de l’escalier, deux bureaux (ou des chambres supplémentaires) se font face et un salon complète cet espace. Dans chaque pièce, du parquet à points-de-Hongrie (avec une élégante rosace de bois incrustée dans le parquet pour l’un des bureaux) et de petites cheminées en marbre apportent une ambiance douce et calme.
Combles
De l’escalier principal, une porte discrète permet d’accéder aux combles potentiellement aménageables.

Le parc

En partie clos de murs, il s’étend sur près de cinq hectares. C’est un parc à l’anglaise avec une rivière qui serpente au milieu de la pelouse, non loin de la façade principale. A l’arrière du château, une perspective visuelle majestueuse se dégage avec une pelouse centrale entourée d’arbres centenaires qui s’étend jusqu’au fond du parc. Le regard se perd au loin. À l’une des extrémités, un terrain de tennis, devant le château, une piscine sous forme de bassin antique, et, un peu caché, un potager. Tout est réuni pour des moments heureux.

Les communs

Le bâtiment des communs est à l’entrée de la propriété. Il forme un « U » autour d’une petite cour et est surmonté d’un vieux pigeonnier. Ici, deux appartements ont été aménagés. Ils sont loués.

Ce que nous en pensons

C’est une maison de famille qui a une âme mais c’est aussi une maison de réception construite à l’époque des salons littéraires et des philosophes. Elle puise sa longévité dans cet équilibre entre vie intime et vie mondaine, en droite ligne de la tradition des demeures aristocratiques françaises. Ici, Paris se gagne facilement et s’oublie tout aussi facilement ! La demeure représente donc le bon compromis d'une vie à la fois citadine et campagnarde. La ville et ses opportunités professionnelles sont à portée de main, avec la proximité de Paris, de Marne-la-Vallée et de l’activité économique de l’aéroport Charles De Gaulle. Mais surtout, le parc et la campagne alentours sont là, apaisants et éternels.

Vente en exclusivité

1 920 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 516030

Surface cadastrale 5 ha 8 a
Surface du bâtiment principal 610 m2
Nombre de chambres 11
Surface des dépendances 300 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Pays du Valois


Jérôme Ferchaud +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus