Dans la ville d'Autun, un hôtel particulier du 18ème siècle,
avec dépendances et jardin botanique
Autun, SAONE-ET-LOIRE bourgogne 71400 FR

Situation

En Bourgogne, Autun est réputée pour la richesse de son patrimoine et de son environnement paysager dans le Parc Régionale Naturel du Morvan. Son mur d'enceinte nous rappelle l'origine gallo-romaine de la ville, « Augustodunum », fondée par l'empereur Auguste. Dans la haute ville, la Cathédrale, son quartier canonique et la tour des Ursulines sont des témoins de son histoire médiévale. Au 18ème siècle, l’évêché, le lycée militaire et de nombreux hôtels particuliers sont construits. En plus de son histoire et de sa situation géographique, l'attrait d'Autun est particulièrement fort sur les plans économiques et touristiques, pour ses lycées, collèges et écoles publics et privés. À 30 min. d’une gare TGV, Autun est à 1h20 de Paris et 45 min de Lyon par le train. La Suisse est à 3 h de route.

Description

L'hôtel particulier, construit en 1784, se situe au niveau de l'ancien châtelet d'entrée dans la ville fortifiée d'Autun. À quelques mètres, plusieurs monuments historiques témoignent du développement de la ville au-delà du quartier médiéval. Au 18ème siècle autour de la place du Champs-de-Mars, on été construits le collège d'Autun, appelé par la suite lycée Bonaparte rappelant ainsi le passage de l'empereur dans cet établissement, l'église Notre-Dame et l'institut du Saint-Sacrement. Dans la seconde partie de la place, le théâtre et l'hôtel de ville témoignent de la continuité de l'essor d'Autun au 19ème siècle. L'entrée de la propriété est marquée par un porche monumental du 18ème siècle avec parements de bossages en pierre de taille et entablement, un portail cocher ouvragé et un seuil pavé avec chasses-roues. La façade de l'hôtel particulier très développée sur rue illustre l'importance du propriétaire commanditaire de la construction et se prolonge par le mur du jardin percé d'une porte piétonne. De l'autre côté du porche, une dépendance à l'angle de deux rues dont la façade se poursuit par le mur de clôture du jardin et, en son centre, la façade du pavillon de chasse.

L'hôtel particulier

Construit dans le style bourguignon avec une couverture en tuile plate agrémentée d'élégantes lucarnes à chapeau de gendarme en pierre de taille, ses façades sont enduites et comportent des chaînages d'angle. Les façades côté rue et côté jardin sont ordonnancées de chaque côté de la porte d'entrée avec des baies à grands carreaux et persiennes. La façade côté rue est plus ouvragée, et la porte-fenêtre centrale du premier étage avec balcon ouvre de manière théâtrale sur la rue. Une corniche souligne la toiture. Des bandeaux marquent les différents niveaux d'élévation et des encadrements, également en pierre de taille, et agrémentent les ouvertures. Côté jardin, un perron-terrasse longe la façade. Au centre, un grand escalier central bordé d'une rampe en pierre descend au jardin et, de part et d'autre, des escaliers accèdent à la cour des écuries ainsi qu'au jardin.


Rez-de-chaussée
Modifié au 19ème siècle, le vestibule d'entrée est spectaculaire par ses dimensions et sa montée d'escalier en bois avec une élégante rampe à balustres de fonte. D'un côté, le mur principal est lambrissé sur toute sa hauteur de boiseries avec placards et une porte dérobée ouvre vers le bureau. Des lambris d'appui agrémentent les autres murs. Les calepinages du sol en carreaux de ciment provenant de la manufacture Charnoz et Cie à Paray-le-Monial ont été réalisés sur mesure pour le vestibule et la salle à manger. Dans le prolongement de la porte d'entrée, une porte moulurée à double battant ouvre sur la salle à manger et dans le même axe, sur le jardin. De l'autre côté, une porte à double battant mène au grand salon. La salle à manger avec lambris d'appui est agrémentée d'un poêle alsacien du 19ème siècle dans les mêmes tons que les carreaux de ciment. Une autre porte ouvre sur le perron-terrasse. Un petit salon parqueté au plafond mouluré communique avec le grand salon. Celui-ci est également en parquet avec une élégante cheminée en marbre noir. Le raffinement de l'ensemble des décors se retrouve jusque dans la serrurerie et les poignées de portes ouvragées. Côté jardin, en enfilade, un office puis la cuisine qui donne également sur la terrasse. Côté rue, un couloir conduit au passage sous le porche. Il dessert un bureau, une chambre, une cuisine, une salle de bain et des toilettes.
Premier étage
L'escalier quart de tour accède à un vaste palier qui dessert trois appartements d'environ 55 m². La configuration des pièces n'ayant pas été modifiée, il suffit d'ouvrir les portes donnant sur le couloir pour retrouver une maison avec de nombreuses chambres avec salles de bain. En haut de l'escalier, un couloir distribue côté rue : un appartement avec, en enfilade, un salon, une chambre, une cuisine, une salle de bain, des toilettes, une buanderie ; côté jardin, en enfilade, un appartement avec un salon, une chambre, une cuisine, une salle de bain, des toilettes. De l'autre côté du palier, un appartement avec un salon, une cuisine, une chambre, une salle de bain et des toilettes.
Deuxième étage
Un palier dessert deux appartements traversants donnant sur rue et jardin, sous combles, avec lucarne. En face de l'escalier, un appartement d'environ 70 m², avec salon et chambre côté jardin, cuisine, salle d'eau, toilettes, buanderie et deux autres chambres côté rue. De l'autre côté du palier, un appartement d'environ 50 m², avec une chambre et cuisine sur rue, puis salon, chambre, cuisine, salle de bain et toilettes.
Les caves
L'hôtel est construit sur un niveau complet de trois caves voûtées, ventilées par des soupiraux. Deux portes de cave se situent de part et d'autre de la porte de la maison sur la terrasse. Une cave à vin, une seconde cave dans laquelle se situe la chaudière à gaz très compacte. L'accès à la troisième cave se fait par la façade sud.

La maison d'amis

Après avoir passé le porche d'entrée, un passage ouvre sur une cour en calades autrefois destinée aux calèche, aujourd'hui aux voitures. L'entrée de la maison d'amis se situe à côté de l'entrée de service vers l'hôtel particulier. Cette dépendance d'environ 80 m² est très élégante et rappelle l'hôtel particulier qu'elle jouxte. Ses façades sont enduites et deux lucarnes en pierre de taille agrémentent le toit en petites tuiles de Bourgogne. Une porte-fenêtre, avec persiennes, ouvre sur la cour pavée.


Rez-de-chaussée
Un couloir dessert, d'un côté, une chambre, une salle de bain, des toilettes. Il donne sur un salon qui ouvre sur la cour des écuries. De l'autre côté, un escalier droit accède à l'étage.
Premier étage
L'escalier mène à une grande salle de jeu et une chambre avec garde-robe.

Le pavillon de chasse

Dans la cour en calade, l'ancien pavillon de chasse est une maison enduite avec toiture à deux pans couverte de petite tuile plate de Bourgogne avec deux lucarnes jacobines donnant sur le jardin. Un ornement de lambrequins en bois souligne la couverture. Sur la façade côté cour, un escalier avec une rampe en fer forgé accède à un appartement situé au-dessus d'un garage.


Rez-de-chaussée
Les automobiles ont remplacé les calèches qui étaient abritées dans cette vaste remise. L'accès se fait par la cour des écuries : une large porte à double battant et une porte donnant dans le jardin.
Premier étage
Un escalier accède à un appartement d'environ 55 m². Dans l'axe de la porte d'entrée, un couloir dessert, d'un côté, une chambre, une salle de bain et des toilettes ; de l'autre, une cuisine, puis il donne sur un salon.

Le jardin botanique

Le jardin a été dessiné par l'arrière grand-père des propriétaires actuels, le docteur François-Xavier Gillot, célèbre botaniste qui était propriétaire de l'hôtel au 19ème siècle. Le jardin faisait alors partie d'un grand parc botanique dont il reste de nombreuses espèces. Le perron-terrasse en gravier, bordé par un muret avec couvertine en granit sur laquelle sont posés des vases Médicis, surplombe le jardin. Deux vignes grimpantes donnant du raisin muscat et chasselas ornent la façade de la demeure. Deux grands massifs de lavande sont plantés de part et d'autre de la façade. Le grand escalier central et sa rampe en pierre de granit mène au jardin. L'escalier de droite accède à la cour pavée de calade, avec sa pompe toujours active et les dépendances. À l'extrémité gauche, un autre escalier mène au jardin et vers une arcade en rosier qui souligne l'entrée dans une courette avec une porte donnant sur la rue.


Jardin
Il est composé de plusieurs parterres et d'une grande variété de fleurs et arbustes plantés au 19ème siècle par le docteur Gillot. Le centre du jardin est occupé par une grande pelouse où un parterre de forme arrondie, bordé de stachys byzantina appelé plus vulgairement « oreilles de lapin », est agrémenté de tulipes au printemps et de plantes annuelles en été. Une grande bordure de rosiers longe le perron. Sur la pelouse de droite, une rhubarbe plantée en 1890 et un érable du japon créent un îlot devant un parterre composé de yukas, mahonias, bananier et sauge. Dans la cour en calade des dépendances, des jasmins et rosiers grimpants ornent la maison d'amis et le mur de clôture. Le pavillon de chasse est également agrémenté d'un rosier grimpant et d'hortensias plantés devant la façade principale.
Allées
Le jardin est dessiné par une allée en graviers qui entoure un grand parterre central en pelouse. D'autres allées permettent de pénétrer dans des bosquets, puis longent le mur du jardin sous le feuillages des arbres et arbustes, créant une petite promenade.
Bosquet
Devant les murs qui entourent le jardin, plusieurs bosquets offrent différents espaces où se tenir. De nombreuses variétés d'arbres, chênes d'Amérique, érables rouges, érables du japon, bouleaux, arbres de Judée, tilleul, frêne, tuyau, grands arbres forment une clôture végétale. Des arbres fruitiers agrémentent également le jardin: cerisiers, figuier, cognassier, noisetiers. Des arbustes dont des seringas forment un sous-étage à l'abri des arbres. Un petit potager se situe près du pavillon de chasse.

Ce que nous en pensons

Idéalement situé à Autun, un hôtel particulier authentique avec ses boiseries et sols en carreaux de ciment qui participent à l'émergence d’une atmosphère chaleureuse et lumineuse. Le porche et le perron/terrasse ouvrant sur le jardin botanique ainsi que les dépendances aménagées concourent à l'impression de pénétrer dans une propriété en plein centre-ville. La demeure a une belle histoire familiale et les étages partagés en appartements permettaient de réunir plusieurs générations sous le même toit. Ils ont été loués depuis quelques années. Seul un appartement est désormais occupé. Idéal pour un projet d'investissement locatif puisque les appartements sont déjà réalisés. Possibilité d'établir un cabinet médical dans une partie du rez-de-chaussée. Le futur acquéreur pourra combiner habitation personnelle et revenus locatifs.

Vente en exclusivité

700 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 764028

Surface cadastrale 2110 m2
Surface du bâtiment principal 435 m2
Nombre de chambres 12
Surface des dépendances 214 m2
dont aménagées161 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Sud du Morvan


Marie de La Ville-Baugé +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus