À moins de 2h de Paris, sur le chemin de Blois et des châteaux de la Loire,
un ensemble de maisons pour recevoir avec élégance
, EURE-ET-LOIR centre-val-de-loire FR

Situation

Au cœur d’un hameau champêtre, au bord de l’Aigre qui ruisselle au bas d’un petit bois aménagé, un ensemble de maisons restaurées avec soin. Située entre le Dunois qui est l'entrée du Perche-Gouët, le Haut Vendômois, la Sologne et ses chasses, et la porte des châteaux de la Loire, la propriété n'est qu'à une dizaine de minute de Châteaudun, ville au dynamisme tout nouveau, bousculant l'agglomération dorénavant porteuse de beaux projets : un aérodrome d’affaires, un village de brocanteurs et d'antiquaires pour 2024, des implantations d'entreprises, et des événements culturels au pied de l’important château-musée. Une rare programmation théâtrale dans un ancien théâtre et un nouvel auditorium de 900 places présente souvent les spectacles parisiens avec quelques mois d'écart.
Tous les commerces et service sont à 10 min de voiture à Châteaudun, laquelle propose une liaison avec la gare parisienne d'Austerlitz en 1h30.

Description

Tout près de la ville mais retirée dans la campagne, un voisinage discret empêche la propriété d'être totalement isolée. Il semble que rien n’ait changé depuis longtemps dans le hameau sinon que le rythme agricole a un peu perdu de ses émules céréaliers.
Cinq maisons de village sont réunies ici sur une surface de près de 700 m2. Elles ont gagné leurs lettres de noblesse grâce à la restauration très soignée opérée par l’actuel propriétaire. Deux anciennes constructions, l’une couverte d’ardoises récentes, l’autre de tuiles de pays, séparées par une troisième construite en équerre au toit d’ardoises, et deux maisons d'amis au haut d’une terre boisée dont la pelouse veloutée descend vers la rivière de l’Aigre, forment la configuration des habitations datant probablement du 19e s. Au-delà des ondes courantes, un grand bois protégé hors cadastre concourt à la paix des lieux.
Derrière les arbres, un tennis en quick et son mur d’exercice accueillent les sportifs comme la grande piscine en angle de 270 m2. Des chênes, des châtaigniers ainsi que des bosquets taillés apportent leur ombre bienfaisante les jours de chaleur.

La maison principale

L’arrivée se fait par un petit portail de bois blanc sur une allée de graviers qui mène à la terrasse pavée. L’habitation des maîtres de céans est formée de deux maisons au toit d’ardoises avec lucarnes meunières pour l’une, de tuiles avec lucarnes rampantes pour l’autre. Un petit bâtiment en équerre réunit les façades des deux constructions autrefois séparées. Les fenêtres à la française ont dû agrandir les antiques ouvertures et laissent agréablement pénétrer le soleil. De l'autre côté de l'équerre de l'auvent, l'autre partie de la maison de maître présente de grandes baies surmontées d'impostes vitrées en plein cintre contemporaines réalisées par le dernier propriétaire pour inonder de clarté les salons, bureau, billard et salle de jeux.
Les deux autres constructions dédiées aux amis ou aux grands enfants procèdent des mêmes principes.


Rez-de-chaussée
La façon accéder à toute la maisonnée est d'emprunter une porte fermière sur le côté qui rappelle les origines paysannes de la demeure.
Un palier d’entrée dessert à droite une grande cuisine aménagée où l’on peut se tenir à près de 15 personnes. En décor, une fenêtre intérieure surmonte un petit placard de bois pour accueillir les éléments de cuisine. Dans la pièce, tout est aménagé pour préparer et ranger de quoi nourrir de nombreux convives. Encore à droite, une salle de loisir d’environ 35 m2 pourrait devenir une salle à manger avec ses placards à vaisselle. Passé le vestibule, trois marches bordées de vieux bois ciré conduisent à gauche à une buanderie. À côté, une large porte en bois s’ouvre sur la salle de séjour à plafond cathédrale. Deux portes moulurées d’esprit 18e s. encadrent une cheminée de château imposante en pierre calcaire, dont le manteau s’élève à hauteur d’homme. Encastrée dans le mur au-dessus, une œuvre contemporaine de 6 plaques horizontales peintes dans l’esprit des œuvres d’aborigènes d’Australie, aux tons de terre, rappelle que toute la propriété fait honneur au bois, et à sa fonction naturelle extérieure et à ses usages domestiques. À gauche, une bibliothèque de bois massif monte jusqu’à une fenêtre en lucarne horizontale. Le sol est en calepinage de tomettes carrées et losangées. Un grand arc plein cintre dessine la baie en face, dégageant la vue vers le parc. À côté, une porte vitrée sur jardin et une porte de bois qui ouvre sur les toilettes d’invités et aux pièces dévolues à la chaufferie.
À la suite de salle de séjour, un grand bureau-salle de télévision, aux murs tapissés d’un papier peint assorti à la céruse des poutres, est ouvert sur l’extérieur par une deuxième baie. En enfilade, une salle de billard ferme la suite des trois baies de la façade. Un escalier permet de se rendre dans les hauteurs de la voûte de la charpente où ont été aménagés une salle de jeux et un home cinéma devant de profonds canapés.
Les maisons sont unies par un style maîtrisé de restauration de la pierre apparente. Les couleurs de terre, de sable, et d’ocre, assourdies par la douceur de pigments naturels sont accordés aux tons des tissus, rideaux, et aux bois menuisiers dont il a été fait grand usage pour compléter les portes anciennes et créer de profonds placards. Toutes les pièces ou presque ont des plafonds à poutres apparentes bien lissées par les ans et le travail des restaurateurs. Les fenêtres à la française sont au grand complet à double vitrage récent. Les huisseries de bois à épaisse modénature magnifient l’irrégularité des pierres ajustées et blanchies à la chaux. Çà et là, des ouvertures dans l’épaisseur des murs font entrer des rais de soleil comme dans un monastère médiéval. Les sols sont uniformément recouverts de tomettes anciennes bien cirées par l’éclat du temps et scrupuleusement ré-appariées pour cent ans.
Premier étage
Depuis la salle à manger près de l’entrée, un escalier de bois s’envole et mène par un couloir à deux chambres d’adultes d’une surface entre 15 et 25 m2 dotées de placards, une salle de bains, et une chambre d’enfant composant un ensemble familial. L’une des chambres a gardé une large poutre maîtresse à hauteur des genoux. Elle court, tortueuse, comme les énigmes racontées dans les publications disposées au-dessus sur des étagères. Des portes cloisonnent le couloir préservant l’intimité des habitants. À l’extrémité, une salle de bains à claustras coupée en deux parties de part et d’autre de la continuité du couloir devance la chambre des maîtres de maison.
Sous-sol
Une cave à vin voûtée et en parfait état, aisément accessible, et un bûcher complètent les agréments de vie de la maison principale.
Ensemble de bâtiments
La propriété possède deux maisons d'amis.
La plus grande a son portail de jardin indépendant sur la même rue peu passante. À droite, la maison que l’on appelle « bretonne » mais qui est typique de l'Ouest en général est couverte de vigne vierge jusqu’au sol. Les chiens assis des combles couverts d'ardoise mordent sur la façade de cette longère à deux niveaux d'élévation.
Quatre ouvertures presque symétriques structurent le rez-de-chaussée. Une terrasse pavée accueille les dîners les soirs d’été. Trois marches mènent à une salle de séjour forte d’une cheminée et à une cuisine américaine d'environ 50 m2. Les murs laissent apparaître les pierres, les sols sont vêtus de tomettes. Le même esprit décoratif que dans les autres maisons y règne. À côté, de plain-pied, une chambre d’environ 25 m2 jouxte une salle de bains.
Un escalier de bois permet d’accéder à l’étage où se trouvent une chambre avec une salle d’eau dont les rangements intégrés tapissent tout un mur. Plus loin des toilettes séparées, une salle de bains et deux autres chambres complètent la capacité d'habitation.
Tout est restauré avec l'idée de mettre en valeur les tons chauds des ocres et présente un ensemble harmonieux.
La deuxième affiche l'extérieur d'une maison de poupée en pierres apparentes à toit d'ardoises avec une fenêtre et une porte, flanquée à gauche d'une construction en annexe plus basse qui devait être une remise et est devenue une chambre avec salle de bains.
Au détour de la remise, une terrasse surplombe l'excroissance de la maison renfermant une autre chambre. L'invité entre directement dans un salon d’environ 15 m2 dont la cheminée attend son feu. À gauche, une chambre peinte à la chaux compose avec sa salle d’eau un lieu douillet pour s’éloigner de l’agitation de la piscine. Un escalier en colimaçon fait accéder à la chambre haute avec sa salle d’eau, donnant sur la terrasse carrée d’environ 25 m2 qui domine le jardin avec son balcon néo-classique de ferronnerie à grands croisillons.
Maison d'amis
C'est à l'extérieur une maison de poupée en pierres apparentes à toit d'ardoises avec une fenêtre et une porte, flanquée à gauche d'une construction en annexe plus basse qui devait être une remise et est devenue une chambre avec salle de bains.
Au détour de la remise, une terrasse surplombe l'excroissance de la maison renfermant une autre chambre. L'invité entre directement dans un salon d’environ 15 m2 dont la cheminée attend son feu. À gauche, une chambre peinte à la chaux compose avec sa salle d’eau un lieu douillet pour s’éloigner de l’agitation de la piscine. Un escalier en colimaçon fait accéder à la chambre haute avec sa salle d’eau, donnant sur la terrasse carrée d’environ 25 m2 qui domine le jardin avec son balcon néo-classique de ferronnerie à grands croisillons.
Grange
Totalement restaurée à l'extérieur comme à l'intérieur, d'environ 60 m2, elle est située près de l'entrée de la grande maison d'amis. Elle permet d'entreposer les outils et machines de jardin, une chaudière en état de fonctionnement et des meubles à mettre de côté.

Le jardin

Il est conçu pour avantager des activités isolées les unes des autres. Etendu sur près de 2 ha, il présente une grande continuité par la large vue qu’il offre sur la pelouse descendant vers la rivière de l’Aigre.
À droite, la piscine est cachée derrière le bâtiment bas de l’auvent qui renferme de l’autre côté la buanderie. À gauche, un muret, des bosquets, une arcade de feuillage entourent le passage vers les autres maisons. Le tennis en contrebas et le carré très graphique pour le jeu de pétanque se devinent derrière les arbres en fleurs et les haies. Les glycines et la vigne vierge coulent ici et là leurs tiges alourdies.
Un puits profond de 30 m permet l'arrosage automatique des plantes et du gazon grâce à 120 arroseurs automatiques et favorisent une économie sur le remplissage de la piscine de 270 m2. Un auvent entre les deux parties de la maison principale abrite les dîners de fin d'été.


La piscine
Le bassin en angle est d'une dimension particulièrement appréciable : 270 m2 d'eau à débordement avec escalier, accompagnés des machineries nécessaires au chauffage et à l'entretien. La piscine se trouve devant la maison mais est en partie cachée par le petit bâtiment en équerre devant les baies vitrées.

Ce que nous en pensons

Non loin des châteaux de la Loire, au coeur de régions réputées pour être parmi celles où il fait bon-vivre, la propriété a une situation toute choisie pour les rendez-vous de fin de semaine et de vacances.
S'agissant là de logis anciennement paysans qui ont justement le charme de l'hétérogénéité architecturale, c'est la qualité et la couleur de la pierre qui tremble d'âge et des caresses du vent qui provoque l'attraction du regard et des sens.
L'indépendance et la liberté sont sans nul doute les mots qui caractérisent le mieux la propriété. Ces deux aspects sont favorisés par l’existence de la deuxième cuisine avec ses salons et appartements. Les espaces de vie, compartimentés, permettent à l'ensemble Cadet Rousselle avec poutres et chevrons, d’organiser des locations sans que l’on en soit trop dérangé. Tout est pensé pour le confort et l’aise dans des volumes où la simplicité des matières bien travaillées et nobles traversent le temps. Au total, près de 700 m2 peuvent ainsi rassembler familles recomposées, amis divers, artistes à la recherche d'inspiration, touristes ou locataires.
En somme, c’est un lieu pour tous ceux ayant besoin d’un répit propice à l’inspiration, à l’écart de la vie domestique sans se sentir abandonné dans une île imaginaire.
Et si d'aventure le besoin immédiat de se retrouver en pleine nature quasi-sauvage se faisait ressentir, en contrebas, coule l’Aigre dont les bordures entretenues par la commune ont été aménagés en promenade peu passante.

Vente en exclusivité

900 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 711245

Surface cadastrale 16183 m2
Surface du bâtiment principal 650 m2
Nombre de chambres 10

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Pays Dunois


Sixtine de Naurois +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus