À 30 minutes d'Angers, le château d'un écrivain célèbre, labellisé « Maisons des illustres »,
ses collections et ses décors entièrement restaurés
Segré, MAINE-ET-LOIRE pays-de-loire 49500 FR

Situation

Situé à la sortie d'un village, en pleine nature, le château est à 10 minutes de Segré, capitale du Haut-Anjou. Par la route, Angers et sa gare TGV sont accessibles en 30 minutes. Nantes et Rennes sont à une heure en voiture.

Description

À l'ombre des arbres centenaires d'un parc à l'anglaise, la demeure a été entièrement restaurée durant les trois dernières années (toitures, électricité, plomberie et fenêtres). La longue façade de 40 mètres se déploie du nord vers le sud. Elle se compose d'un corps de logis principal dont les pièces sont traversantes. Ce bâtiment est flanqué d'un premier pavillon au nord, puis d'un second au sud, ainsi que de tourelles, dont l'une renferme une chapelle. Tel un véritable musée, l'intérieur du château présente meubles et objets de collection relatifs à son histoire et à celle de ses illustres habitants. L'ensemble est aménagé aux normes ERP et permet une activité commerciale.
Au sud et à l'ouest de la demeure, s'étend un parc arboré.

La demeure

L'origine de la demeure est attestée par le corps de logis central construit au 17ème siècle. Au début du 19ème siècle, l'ensemble est peu à peu transformé en maison bourgeoise avec l'ajout d'un pavillon au nord et l'agrandissement du corps central. Puis, durant la Belle Époque, les propriétaires créent un véritable château avec l'ajout d'un second pavillon au sud, de tourelles couvertes en poivrière et de lucarnes. Les façades sont agrémentées de décors de briques rouges alternant avec la pierre de tuffeau blanche et les toitures couvertes en ardoises bleues, typiques de la région angevine. Ces embellissements sont dûs à l'architecte Bibard, célèbre en Anjou pour être l'auteur de nombreux châteaux.


Rez-de-chaussée
L'entrée de la demeure se signale par une petite marquise en fer forgé sur laquelle court un jasmin. Le vaste hall d'entrée ouvre sur un bureau, une petite bibliothèque, une salle d'exposition et une seconde à la suite, avec un sol façon béton ciré. À droite, se trouvent les pièces de réception, typiques du 19ème siècle. Le salon possède une remarquable cheminée en bois sculptée, surmontée d'un trumeau paré de carreaux de faïence colorés. Le plafond à la française est peint d'un décor néo-Renaissance. Le sol est en parquet à coupe perdue. En enfilade, la salle à manger possède une seconde cheminée monumentale et un plafond peint. Par une porte, cette pièce communique avec la cuisine avec sol en dalles de grès, une salle d'eau et un vestibule avec escalier en bois, sous lequel se trouve une petite buanderie. Des sanitaires contemporains sont accessibles directement depuis l'extérieur du château.
Premier étage
Au premier étage du pavillon sud, deux chambres sont aménagées, avec des sols en parquet à coupe perdue et deux cheminées en marbre gris et blanc. Un dégagement permet d'accéder à l'étage sous-combles du corps central dont les cinq chambres, un bureau et une lingerie sont desservis par un long couloir permettant également l'accès à une rare chapelle d'étage. Celle-ci est éclairée de vitraux anciens de couleur et décorée de peintures murales en trompe-l'œil, ainsi que d'un autel en bois. Tous les sols sont en carreaux de terre cuite. À l'extrémité de ce niveau se trouve l'étage du pavillon nord avec un bureau et une salle vidéo dont le sol est en parquet à coupe perdue. Un second escalier en bois permet de communiquer avec le rez-de-chaussée.
Combles
Au second niveau du pavillon sud, est aménagé un petit appartement moderne avec entrée, chambre, salon-cuisine, toilettes, salle de douche et placards. La pièce de vie offre un bel aperçu sur les poutres en bois de la charpente ouvragée. Le sol façon béton ciré occupe une surface de 45 m².

La dépendance

Datant également du 19ème siècle, l'ancienne remise-écurie sert de garage à voiture, d'atelier et de lieu de stockage. Accessible par un escalier en bois, se trouve un grenier sur le tout. La toiture et la façade de ce bâtiment ont entièrement été rénovées. L'intérieur est facilement aménageable en logement secondaire, les réseaux étant prêts en attente. Cette dépendance s'étend sur environ 80 m² en deux niveaux.

Le parc

S'étendant sur près de 6 000 m², il se compose tout d'abord d'un espace de stationnement, ombragé par des platanes centenaires. Un portail en fer forgé permet l'accès au jardin à l'anglaise. Celui-ci est composé de parterres engazonnés séparés d'allées. Ponctué d'une petite fontaine, il est planté d'arbres tels que chênes, séquoias, platanes et camélias, également centenaires. L'ensemble est clôturé par des barrières peintes de couleur blanche. Au-delà, s'étend à perte de vue la campagne haute-angevine et son bocage.

Ce que nous en pensons

Habiter entre ces murs, c'est voyager dans l'histoire de la littérature française. Cette demeure, fut le berceau d'Hervé Bazin, président emblématique de l'Académie Goncourt, auteur des célèbres romans « Vipère au Poing » ou « La Mort du Petit Cheval ». Grâce à une restauration de grande envergure menée entre 2018 et 2020 et à un travail remarquable de recherche, de collectage et de mise en valeur, les lieux se présentent de nouveau tels qu'ils pouvaient l'être en 1920, durant leur période faste. L'ensemble est teinté d'une atmosphère bourgeoise et feutrée, où les nombreuses ouvertures ménagent une vue imprenable sur les grands arbres centenaires du parc à l'anglaise. Depuis 2022, le château est labellisé « Maison des illustres » par le Ministère de la culture, ouvrant droit à des avantages fiscaux.

794 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 751596

Surface cadastrale 6750 m2
Surface du bâtiment principal 400 m2
Nombre de chambres 5



Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Autour de Châteaubriant


Jean Luard +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus