En Bourgogne, près de Beaune et de ses vignobles, un château du 19e s.
ses dépendances des 17e s. et 18e s., et son parc boisé de 4 ha.
Beaune, COTE-D'OR bourgogne 21200 FR

Situation

Près de Beaune, capitale des vins de Bourgogne, la propriété est située dans un petit village paisible, au pied des Climats classés à l’UNESCO. La région est connue pour sa gastronomie généreuse, ses vins réputés et regorge d’activités culturelles, expositions et festivals musicaux attirant un tourisme national et international discret et exigeant. La sortie de l'autoroute A6, au carrefour des voies routières reliant Paris ou Genève en 2h30 et l'aéroport de Lyon en 1h30, est à 10 min. Quant à la gare de Beaune permettant de relier Paris en moins de 2 h, celle-ci est facilement accessible en 15 min. Les commerces de bouche sont à 5 min en voiture.

Description

Il faut quitter la route départementale pour découvrir le petit village qui s’étire langoureusement le long d’une voie bordée de discrètes propriétés. Happé par leur contemplation, il n’est pas rare de dépasser le château sans le voir, tant il n’a rien d’obséquieux. Son mur d’enceinte est rehaussé d’une haute grille doublée d’une ceinture de houx, lauriers et lilas. Un modeste portail central s’ouvre sur une cour gravillonnée agrémentée en son centre de deux pelouses de formes inégales délimitées par des pavés de pierre. Le château ne dévoile qu’une portion de sa façade, abritant pourtant, sous une petite marquise, sa discrète porte d’entrée à double battant. Le regard est immanquablement attiré par la grande longère du 18e s. recouverte d’une cavalcade de petites tuiles plates. Témoin de la vocation viticole des lieux, le bâtiment est composé de trois celliers de plain-pied ayant œuvrés à la renommée d'une famille de négociants bourguignons pendant deux siècles. Le château construit au 19e s., accolé aux celliers, a été bâti sans doute sur les fondations du château du 16e s. entièrement démantelé. Conçues pour une résidence de prestige et de plaisance, les pièces de réception sont tournées côté parc, exposées à la lumière du couchant avec, à l'époque, vue sur les coteaux lointains.
Un large passage, dégagé des frondaisons sur la gauche, permet la liaison entre la cour et le parc, le pavillon du 17e s. et la grange. Depuis le village, une route étroite longeant la propriété permet un accès direct au pavillon par un modeste portail. En se retournant, le château dévoile sa façade claire et symétrique, habillée d’une élégante marquise. Le parc à l’anglaise, qui pourrait être inspiré de Joseph Addison, déploie sa verdure et ses grands arbres en majesté, laissant courir les sources, canalisées parfois par d’étroits canaux, déborder à l’envie sur la pelouse. Il n’est pas rare de voir hérons, grues cendrées et canards sauvages s’ébattre le temps d’une halte sur ces miroirs d’eaux naturels. Tout en étant voisine de grandes bâtisses à l’allure d’anciennes dépendances, la propriété est bien à l’abri des regards, protégée successivement de murs en pierre sèche, ruisseaux, hauts arbres et taillis sans toutefois être complètement close.

Le château du 19e s.

Guère visible de la cour d'entrée, il présente un bâtiment sobre en retour de la longère. Sa façade claire et son toit de petites tuiles créent une homogénéité de styles. Le perron couvert de sa marquise équilibre les ouvertures, tandis qu’une lucarne de toit néoclassique et son garde-corps relie l'ensemble architectural. Sur le côté, un large passage permet l'accès au parc, révélant ainsi la véritable allure classique du château. Une marquise déployant sa corolle, telle une marguerite, soutenue par des mats en dentelle de fer, protège une terrasse ceinturée d'élégants garde-corps. Ces ouvrages sont l’œuvre de Gustave Eiffel, proche ami de la famille. Quatre lucarnes gerbières avec fronton contribuent à alléger la noble façade avec finesse et harmonie.


Rez-de-chaussée
À l'entrée, le vestibule est d'emprise modeste mais les parements muraux en blocs de pierres lui rendent sa noblesse. Les dalles de pierres noires et légèrement rosées sont disposées en damiers. L'escalier en pierre à retour avec jour prend naissance dans un angle. Au sol, au vide de l'escalier, une étoile en marqueterie de pierres de diverses couleurs se déploie en rosace, illuminée depuis le second étage par un puits de jour. Au pied de l'escalier, une porte mène directement au vestiaire des celliers de la longère. Le vestibule distribue un petit bureau éclairé d'une baie avec vitraux ouvrant sur la cour. Une porte à double battant conduit au salon de réception et son parquet à bâtons rompus. L'élégante cheminée en marbre noir, sobrement sculptée de feuilles d'acanthes, est surmontée d'un grand trumeau vitré laissant entrevoir le séjour-bibliothèque de l'autre côté. Les murs du salon et les moulures, de teintes dégradées de verts céladon, captent la lumière de deux grandes baies ouvrant sur le parc et la terrasse. De part et d'autre de la cheminée, une porte donne accès à la bibliothèque transformée en salle de musique, éclairée par une baie côté cour et une baie ouvrante côté parc. Un vitrail à motifs floraux chapeaute un grand poêle en faïence ocre rouge savamment ouvragé avec son marbre couleur rouille. Le plafond à triple frise se reflète dans la vitre, imprimant ses effets à la vue sur le salon et à la salle à manger contiguë. Dans l'angle de la pièce, un coffre-fort est scellé dans le mur. En revenant au salon, une porte à double battant s'ouvre sur la salle à manger éclairée par deux baies dont l'une s'ouvre de plain-pied sur la terrasse. Une porte permet aussi l'accès direct au vestibule de l'entrée. Les plafonds sont finement moulurés et les parquets donnent une élégance ininterrompue à l'ensemble des pièces. Un poêle en faïence blanche, à motifs dégradés de bruns, siège en pièce maîtresse. Une porte conduit, en quelques marches, à la cuisine équipée en contrebas. La pièce est voûtée, éclairée de deux petites baies et carrelée de motifs en étoile. En enfilade, une deuxième cuisine professionnelle carrelée est illuminée par une baie surmontant une ancienne pierre d'évier et une porte vitrée s'ouvrant sur une courette facilitant l'activité du personnel de service. En continuité, la cuisine dispose d'un cellier. Une porte conduit directement au vestiaire de la longère et de ses salles de réception.
Premier étage
Depuis de vestibule, l’escalier en pierre de Chassagne avec ses balustres en fer forgé chapeautés d'une main courante en bois s’élève élégamment. En son retour, une porte dérobée conduit au demi-étage de la longère. Au palier du premier étage, le parquet marqueté offre à la vue des guirlandes de losanges reflétant la lumière d'un puits de jour et d’une grande baie ouvrant à l’est. Trois chambres climatisées avec chacune cheminée en marbre, salle de bains et toilettes, invitent le regard à plonger dans le parc, ses verdures et ses grands arbres. La profusion des parquets est foisonnante d'originalité d'essences, de formes et de couleurs. Le palier introduit également un second palier menant à des greniers, à l’appartement de la longère, ainsi qu’à une quatrième chambre avec parquet marqueté, cheminée et salle de bains en suite. Un grand escalier en bois conduit au deuxième étage.
Deuxième étage
Se présente à ce niveau un vaste et lumineux appartement avec parquet composé d’une chambre à la cheminée de marbre noir, grande salle de douche et toilettes donnant accès à un grenier, une cuisine équipée, une salle de séjour, sa cheminée en marbre de couleur ocre et une salle à manger pourvue d’une cheminée de marbre noir. La vue est traversante sur le parc et la cour d’entrée.

La longère du 18e s.

Exposé au sud, le bâtiment s'ouvre directement de plain-pied sur la cour d'entrée principale, ceinturée de grilles et hauts murs en pierre sèche doublés d'un rempart de grands ifs et marronniers. La façade ocre est agrémentée de trois larges ouvertures cochères cintrées de pierres dont le rythme est entrecoupé de trois portes à double battants. Lierres et bignones habillent l'ensemble sans rejoindre le grand toit de petites tuiles plates percé de deux lucarnes gerbières à fronton néoclassique et leurs garde-corps de fer forgé.


Rez-de-chaussée
L'entrée gauche conduit à un vestibule carrelé faisant office de vestiaire avec une pièce réservée aux sanitaires. Une porte mène directement au vestibule du château. Un escalier en pierre conduit au demi-étage et un passage mène directement à la cuisine professionnelle et à une petite cave. Une porte à double battant introduit à un dégagement donnant accès à un local technique et à un escalier conduisant au premier étage. En enfilade, se succèdent deux petits celliers pavés de dalles en pierre. En prolongement, la grande salle de réception, prévue pour 100 couverts, s'ouvre sur la cour par ses grandes baies. Le sol est revêtu d'un grand carrelage à motif parquet de Versailles.
Demi-étage
L'escalier du vestibule conduit à une salle de sport au sol revêtu de résine de gravillons de marbre. La pièce est éclairée par deux baies avec vue sur la rue. Un couloir mène à deux petites chambres, une salle d'eau et toilettes et une vaste salle en attente d'un spa. En enfilade, un couloir aboutit à un logement composé de deux chambres, salle d'eau et toilettes, cuisine et salon. Son accès est aussi possible par un escalier extérieur en pierre qui prend naissance dans le jardin intime et arboré situé en retrait de la longère. Depuis la salle de sport, un couloir conduit à une buanderie avec une baie vue sur rue et une baie vue sur parc. Le sol est revêtu de tomettes hexagonales. Le couloir donne accès à un palier d'où un escalier de service mène au premier étage du château. Une porte s'ouvre aussi directement sur l'escalier en pierre du vestibule du château, reliant ainsi la longère.
Premier étage
Un couloir partant du palier du premier étage du château aboutit à un appartement dans la partie longère. Un escalier prenant naissance dans la partie technique du rez-de-chaussée y conduit également. Le logement est constitué d'une salle de bains avec toilettes, une petite cuisine dans un dégagement, une salle de séjour avec parquet et cheminée de marbre noir, de même qu’une chambre parquetée. Deux grandes baies s'ouvrent sur d’élégants garde-corps avec une vue sur la cour d'entrée et les arbres.
Combles
Le palier du premier étage mène à plusieurs greniers non aménagés d'environ 150 m2.

Le pavillon du 17e s.

L’ensemble architectural est imposant sans toutefois être massif. Sa construction asymétrique formée d’une tour à quatre pans contiguë à une longère un peu plus basse est complétée d’une remise faisant office de chambre à four. La façade ocre est partiellement habillée de vignes vierges, lierres et parterres d’hortensias. Parfaitement entretenue, la noble bâtisse déploie à l’intérieur de notables éléments d’origine.


Rez-de-chaussée
L’entrée par une porte simple à motifs de ferronneries en dentelle introduit un vestibule en dalles de pierre de Bourgogne. La salle à manger, tapissée de carreaux de terre cuite hexagonaux, est spacieuse et impose une vue traversante sur le parc. Une petite chambre avec une baie balayant le paysage verdoyant reçoit la lumière du couchant. Un séjour, avec cheminée en pierre et dalles anciennes, s'ouvre sur la clairière par une baie de plain-pied. En enfilade, une cuisine équipée présente un sol revêtu de carreaux de terre cuite. Un petit corridor conduit à des toilettes avec lave-mains.
Premier étage
Le palier du premier étage distribue deux ensembles de deux chambres en enfilade qui ont vue sur le parc. D’un côté, une chambre, au parquet à point de Hongrie avec une cheminée de marbre noir et blanc, partage une salle d’eau pourvue de toilettes avec une deuxième chambre au sol parqueté et cheminée en marbre noir. De l’autre côté, une chambre, aux tomettes hexagonales et cheminée en marbre rose, partage une salle bains et ses toilettes avec une petite chambre en enfilade. Depuis le palier, un escalier conduit au deuxième étage et ses vastes greniers.
Bâtiment de dépendances
Près du pavillon, à l'ombre du grand sequoia, une dépendance en pierre de taille et toit de petites tuiles plates se compose d’une grange, d’une petite écurie traversante et d’un ancien logement transformé en atelier. Un escalier mène aux greniers.
Four à pain
Accolé au pavillon, l'accès de la chambre à four est de plain-pied.

Le Parc

Vaste espace de verdure et de bois, le parc à l’anglaise borde les bâtis, rendant la vie intérieure de la propriété invisible. Il se compose de deux clairières principales entourées de hautes futaies de chênes, hêtres, frênes et charmes. Sequoia, pins et platanes centenaires parsèment l’ensemble et jalonnent le cheminement des rus débordant ci et là sur les îlots herbeux. Partout, l’eau des sources est reine, convergeant à la sortie de la propriété à l’étang communal. Subsistent dans les bois, les vestiges en fer forgé ouvragé des petits ponts et d'un ancien lavoir. La piscine se loge dans une clairière exposée sud-ouest, derrière le pavillon du 17e s.

Ce que nous en pensons

Le château aux mille et un parquets, fruits de l'école de menuiserie des frères Bonnet, déploie son charme et distille ses émotions par petites touches successives. Bien à l'abri des regards, sous la protection de ses arbres centenaires, l'ensemble des nobles bâtis ne s’embrasse pas d’un seul coup d’œil tant ses facettes sont multiples. À la fois cartésiens et symétriques, ils affichent une fantaisie à l’image du parc où l’eau circule en reine, des mois d’octobre à mai, imposant son murmure aux chants des oiseaux. Chacun des éléments authentiques a été préservé et respecté tout en assurant un confort moderne. Les espaces de vie indépendants promettent de réelles possibilités commerciales : hôtellerie, activités évènementielles, artistiques ou culturelles, etc. Tout est là. Tout est prêt. Il en est rarement ainsi.

4 100 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 177793

Surface cadastrale 4 ha 34 a 80 ca
Surface du bâtiment principal 1011 m2
Nombre de chambres 15
Surface des dépendances 346 m2
dont aménagées196 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Autour de Beaune


Anne Gros +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus