A la lisière de la ville médiévale de Parthenay,
une gentilhommière où il fait bon vivre
Parthenay, DEUX-SEVRES poitou-charentes 79200 FR

Situation

La maison est à la lisière de Parthenay, sous-préfecture du département des Deux-Sèvres. Les 1000 ans d'histoire de la ville se lisent partout dans la pierre : remparts, ruines du château dans une boucle de la rivière Thouet, affluent de la Loire, quartier médiéval intact, profusion de monuments religieux etc. La cité de 10 000 habitants est la capitale de la Gâtine poitevine, région granitique de bocage et de sources dont l'intérêt environnemental, culturel et économique sera bientôt labélisé par la création du Parc naturel régional qui fera écho à celui du marais Poitevin un peu plus au sud.
En voiture il faut trois quarts d'heure pour gagner Niort (gare TGV), une heure rejoindre la grande ville universitaire de Poitiers, sur la ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux et où se fait la bifurcation pour La Rochelle, elle-même à 1h30 de conduite de Parthenay.

Description

La demeure, sobrement élégante, tient de la gentilhommière, de la maison bourgeoise et de la longère.
La façade principale, bipartite, est sans fioritures. La façade arrière, toute en décrochements, est tournée vers la vaste piscine et le parc, prairie et futaie, sur près de 2 ha au total. Les pièces de réception sont au rez-de-chaussée des deux corps de logis, ouvertes d'un côté ou de l'autre : salle de billard-bibliothèque, salon à boiseries et cheminée, salle à manger à cheminée, grand bureau donnant sur le vestibule d'entrée, près de l'escalier principal. Les pièces de service ne manquent pas : cuisine où la famille a toute la place de prendre ses repas si elle le souhaite, arrière-cuisine, buanderie, cellier, toilettes.
Le 1er étage est celui des chambres : cinq, qu'accompagnent trois salles de bains, une salle d'eau, deux toilettes. Sans compter une petite salle de jeux, trois dressings.
Au 3ème niveau partiel, un vestibule, où a été créé un jardin japonais, distribue des espaces particulièrement amples : chambre sous l'impressionnante charpente apparente, dressing, salle de bains à baignoire ronde, toilettes.
Toiture, huisseries, électricité, plomberie sont récentes.
Aux 472 m2 de la demeure s'ajoutent la maison de la piscine (salle à manger d'été et sanitaires en bas, salle de musculation en haut) et les dépendances : petite orangerie, pigeonnier, remise, garage, local à vélos.
Deux pompes à chaleur (la piscine a la sienne) en relais alimentent des radiateurs à la fois imposants et discrets, bien représentatifs du soin extrême apporté au confort des lieux. Toutes les ouvertures sont en double vitrage. Plusieurs VMC. Cave partielle.

La demeure

Le portail métallique ouvragé de la propriété est au bout d'une allée qui longe la futaie qui en fait partie. La demeure s'étire en deux corps de logis dont la construction est sans doute séparée d'un siècle. Celui de droite étagent ses quatre travées sur deux niveaux de fenêtre et un troisième d'oeils-de-boeuf. Les ouvertures, sur deux niveaux, de celui de gauche, sont encadrées de ce granit qui forme le sous-sol de la Gâtine. La façade arrière, toute en décrochements de murs et de toits, est criblée d'ouvertures, au-dessous et au-dessus d'un large bandeau végétal qui rougeoie à l'automne. La toiture de tuiles canal est récente.


Rez-de-chaussée
L'entrée se fait dans le large vestibule qui loge la cage de l'escalier à rampe de fer forgé très dessinée. A droite, l'actuel bureau - cheminée, poêle cylindrique contemporain à pellets, en renfort, éventuellement, du radiateur mural, parquet, rosace au plafond -, convient parfaitement à un travail intellectuel : ses lignes pures, ses couleurs sourdes, son élégance de bon aloi font qu'y règnent le calme et la sérénité. En face, la salle de billard-bibliothèque, sur parquet, est décorée de la niche néo-classique, semi-circulaire et cintrée, d'un ancien poêle, du temps où les pompes à chaleur ne prodiguaient pas une douce température. (Derrière une porte : des toilettes avec lave-mains, très pratiques au rez-de-chaussée). Le salon qui vient ensuite a gardé ses boiseries - portes moulurées, lambris d'appui, coffrage d'une banquette, tablette sur consoles de granit de la cheminée de brique, niches murales, escalier secondaire -, de la fin du 19e ou du début du 20e siècle : elles ont quelque chose d'anglais, entre Arts and Crafts et Sécession. Elles font écho aux poutres en chêne du plafond. Les meilleurs équipements ont été choisis pour la cuisine à l'esthétique résolument contemporaine. Piano et plan de travail sont en granit. Un poêle de la même famille que celui du bureau, mais de forme carrée, est là en complément. La cuisine donne sur la piscine, à l'arrière de la maison (deux fenêtres et une porte), comme l'arrière-cuisine et la buanderie. A l'inverse, la salle à manger, dernière pièce du rez-de-chaussée, s'ouvre sur la façade principale par trois fenêtres et une porte vitrée, toutes sous un linteau de bois. Les quatre murs sont en pierre apparente. Poutres au plafond, cheminée. Côté arrière le cellier renferme le ballon tampon, deux ballons d'eau chaude sanitaire (200 et 300 litres) récents et les tableaux électriques.
Premier étage
Il est accessible aussi bien par l'escalier du vestibule d'entrée que par celui du salon, l'un et l'autre très décoratifs dans des styles différents. Celui du salon est plus rapide pour les trois chambres en enfilade de ce côté de la maison. La première, à alcôve, possède sa salle d'eau et un dressing logé dans un ancien oratoire. Une cheminée la décore, deux fenêtres de façade l'éclairent. Les deux autres chambres donnent sur un petit vestibule où s'ouvrent une salle de bains à éclairage zénithal et une petite salle de jeux qui reçoit la lumière d'un original oriel triangulaire accroché au côté de la demeure. Le palier de l'escalier du salon distribue encore un dressing, des toilettes, une salle de bains à baignoire "balnéo" qui communique avec une très grande chambre dont la porte principale se trouve sur le palier du grand escalier. De l'autre côté du palier très lumineux grâce à sa fenêtre de façade, un ensemble dressing-salle de bains-chambre constitue une sorte d'unité autonome. A mi-étage : des toilettes avec une fenêtre.
Deuxième étage
Autonomie totale pour ce grand espace sous l'impressionnante charpente apparente du toit. Dans un petit vestibule a été créé un jardin japonais. A droite la chambre est vaste, éclairée par deux oeils-de-boeuf en façade. A gauche un dressing très développé conduit à une grande salle de bains à baignoire ronde et toilettes. Murs extérieurs et toit isolés. Climatisation. Le parti pris décoratif est d'un goût très sûr.

Les dépendances

Elles s'inscrivent parfaitement dans l'harmonie générale de la propriété.


La piscine
Elle mesure 9 x 4 m, est dotée d'une fosse à plongée et est chauffée par sa propre pompe à chaleur.
Pool-house
C'est une véritable maison aux murs de pierre et au toit entièrement refait. Une salle à manger d'été a été installée au rez-de-chaussée où se trouvent aussi le local technique, une douche et des toilettes. L'étage forme comme une grande mezzanine sous fenêtres de toit. Il sert de salle de musculation et de salle de jeux.
Bâtiment de dépendances
Allongé de part et d'autre d'une petite tour-pigeonnier, il est divisé entre une orangerie aux menuiseries de chêne, un local à outils, une remise, un garage et un local à vélos.

Le parc

Il se décompose, tout autour de la maison, en paysages variés. La façade principale donne sur une pelouse arborée entre portail d'entrée et bâtiment de dépendances. De l'autre côté de la demeure, la piscine et sa maison n'occupent qu'une partie d'une vaste pelouse. En face, au-delà d'un mur, une prairie descend vers une mare centrale. A gauche, des tilleuls, des marronniers, des noyers, quelques sapins composent un bois assez clair, clos de murs, au sol tacheté de lumière par les rayons du soleil. En son centre : un puits en eau.

Ce que nous en pensons

Pleinement à la campagne, tout proche de la ville, le domaine est un petit monde de beauté et de tranquillité à l'abri de ses murs. La grande demeure s'y prélasse sans provocation. Ici rien n'a été compté en termes d'espaces, intérieurs et extérieurs, et en matière de confort et d'entretien. A vrai dire une certaine opulence s'y vit dans la discrétion et le bon goût. Décors anciens et esthétique contemporaine sont encore les facettes d'un équilibre que la propriété incarne. Le bien-être qu'elle procure est à effet rapide.

Vente en exclusivité

830 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 535028

Surface cadastrale 17942 m2
Surface du bâtiment principal 472 m2
Nombre de chambres 7
Surface des dépendances 147 m2

Conseiller
Deux-Sèvres


Jean-Pascal Guiot +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus