Dominant un beau village de Gâtine poitevine,
un logis séculaire soigneusement aménagé
Niort, DEUX-SEVRES poitou-charentes 79000 FR

Situation

Toute de vallons et de bocage, la Gâtine, château d'eau du Poitou, est l'extrémité méridionale du massif de l'Ouest qui ne se résume pas au massif Armoricain. La petite région a tant de personnalité physique et humaine que s'y constitue le second parc naturel régional du département des Deux-Sèvres, après celui du marais Poitevin. Les problèmes sociaux, la délinquance, le chômage sont ici quasiment inconnus. Tous les commerces et services sont à dix kilomètres. Il faut une demi-heure de conduite pour rejoindre la gare TGV de Niort sur la ligne Paris-La Rochelle. Le grand port de l'Atlantique est à moins de 90 km et la capitale à un peu plus de 4 h de voiture.

Description

Entre une tour ronde et une tour carrée arasée, le logis est tourné vers le sud. Une terrasse s'étire à ses pieds pour accueillir repas, conversations, siestes et lecture aux beaux jours.
Les pièces de réception sont de part et d'autre du portail du 17e s. qui donne sur un vaste vestibule. La salle à manger sur parquet et à cheminée est à droite, le salon, tout aussi opulent, à gauche. Un boudoir - ou bureau -, le sépare d'une grande chambre, dotée d'une table de toilette et d'une baignoire Empire et ouvrant sur le jardin. Elle est reliée à une salle de bains qui occupe la base de la tour ronde dans un style d'établissement balnéaire. La cuisine et l'arrière-cuisine sont parallèles à la salle à manger vers l'intérieur de l'édifice. La première s'ouvre sur l'extérieur à l'est, la seconde sur un patio qui dessert l'ancienne buanderie, le bûcher et la chaufferie.
Deux escaliers mènent à l'étage où ont pris place trois chambres, une lingerie, une salle de bains, un bureau et deux toilettes. Au centre de l'espace une immense salle de jeux, sous la charpente apparente, diversifie ses fonctionnalités : dortoir pour les enfants, salon télé, table de goûters joyeux...
Presque toutes les fenêtres sont en double vitrage, la majorité des plafonds sont isolés, de gros radiateurs de fonte très efficaces distribuent la chaleur produite par la chaudière au fioul. La plupart des toitures sont neuves ou récentes. La cave sous voûte ogivale (arc doubleau au centre) est spectaculaire.
Les dépendances attenantes au logis comprennent l'ancienne écurie, un garage et une pièce de rangement sous un grenier très étendu.
L'assainissement ne sera que partiellement à refaire.
Le jardin immédiat offre à la vue 2800 m2 de massifs, d'arbres et d'herbe. De l'autre côté du chemin d'accès une prairie d'un demi-hectare est traversée par une allée de noyers.

Le logis

Il est tripartite. A gauche, une tour ronde est le corps de bâtiment le plus ancien. Ses meurtrières trahissent sa fonction militaire passée. Une porte-fenêtre s'ouvre à sa base sur le jardin. Son toit conique est de tuile périgourdine en écailles. La partie centrale du logis, de trois travées sur deux niveaux, est datable du 18e s. En bas une porte-fenêtre et deux grandes fenêtres à petits carreaux et aux encadrements de pierres de taille calcaires. A l'étage les ouvertures sont plus petites. Le corps de logis de droite dessine un L, ce qui fait un léger retour sur la façade. La tour carrée qu'il comportait a été arasée en 1900. Il s'élève encore sur trois niveaux dont deux de grandes fenêtres à petits carreaux. Il peut s'enorgueillir d'un portail d'entrée du 17e s. sur un perron à deux marches de granit : des pilastres cannelés à rudentures soutiennent une frise à glyphes et à gouttes, elle-même surmontée d'un fronton triangulaire interrompu en son sommet par des armoiries. Au-dessus encore : un autre fronton triangulaire, beaucoup plus petit. La Renaissance se jette ici dans le baroque. A droite du portail, une fenêtre est cintrée de claveaux harpés de pierres de taille calcaires.
Les toitures sont de tuile, celle de la tour de 2003, celle du logis haut de 1996. Entre les deux, la couverture du corps central a été entièrement refaite en 2021.


Rez-de-jardin
Le portail du 17e s. permet d'accéder à un grand vestibule au sol de granito, aux murs à lambris d'appui. En face de l'entrée se trouve le principal escalier de la demeure sous lequel une porte donne dans la cuisine. En face : des toilettes aérées par une fenêtre haute. Une autre ouverture fait pénétrer dans un patio qui distribue l'ancienne buanderie et une vaste pièce (toitures neuves) des dépendances qui se prolongent perpendiculairement au corps de logis haut. A droite dans le vestibule, la salle à manger est éclairée par deux hautes et larges fenêtres à double vitrage, l'une au sud et l'autre à l'est. Le parquet est en chêne, la cheminée en marbre, le plafond décoré d'une rosace. Dans l'épaisseur d'un mur, un placard fait déjà 70 cm de profondeur. La salle à manger communique avec la cuisine qui lui est parallèle et dans laquelle on peut accéder directement de l'extérieur par une porte-fenêtre à double vitrage tournée vers l'est, à l'angle des dépendances. Là aussi, une cheminée. De même longueur que la cuisine mais plus étroite, l'arrière-cuisine-cellier est accessible à la fois depuis la cuisine et depuis le patio. Evier, lave-vaisselle, réfrigérateur, ballon d'eau chaude, etc. y ont été installés. A gauche cette fois dans le vestibule s'ouvre le salon que réchauffent - si nécessaire -, une cheminée de marbre et deux gros radiateurs. Deux fenêtres à double vitrage, de taille différente, lui apportent la lumière du midi. Le sol est un parquet. Une poutre habillée d'un coffrage mouluré marque, entre deux rosaces, le centre du plafond à corniche. Le bureau-boudoir qui suit vers l'ouest est rendu très lumineux par sa grande fenêtre à double vitrage. De hauts placards muraux forment boiseries. Cette pièce est un des accès à la chambre du rez-de-chaussée, l'autre étant le jardin dans lequel elle donne directement (volets intérieurs). Le radiateur mural de cette chambre sur tomettes peut être complété par un poêle à bois en faïence de fabrication mosellane. Ainsi est-on sûr d'avoir toujours une température douillette pour se plonger dans une baignoire Empire dont la robinetterie à l'ancienne vient de la maison Herbeau, vieille de 165 ans, à laquelle a été aussi commandée la table de toilette. Faire ses ablutions dans la chambre tient du raffinement, d'un supplément de confort : une salle de bains avec toilettes, à la base de la tour ronde, est toute proche. Le parti qui a été pris ici est celui de l'établissement de bains. Baignoire et lavabo trapézoïdal sont recouverts de très petits carreaux d'un bleu tendre. Le haut des murs a été peint dans l'esprit d'un ciel de Tiepolo. La robinetterie à l'ancienne vient de chez Volevatch. Des marches carrelées facilitent l'accès à la baignoire. Une grande porte-fenêtre à volets intérieurs ne met le jardin qu'à un pas.
Premier étage
L'escalier de bois à repos, qui part du vestibule et est éclairé par une fenêtre, aboutit à un palier. En face : une chambre exposée au sud, ce qui ne l'empêche pas d'être dotée d'un gros radiateur de fonte. A gauche, les autres pièces du logis haut sous un plafond isolé et donnant sur un grand dégagement : une autre chambre au sud, longée à l'est (grande fenêtre) par une lingerie ou un dressing, une chambre à l'est sur les larges lames d'un parquet clouté du 17e s., une vaste salle de bains sur un beau carrelage dessiné par un ancien occupant, et des toilettes. Les deux chambres ont des volets intérieurs et bien sûr de gros radiateurs. L'épaisseur du mur de celle de l'est permet d'y loger deux grands placards. Sur le palier du grand escalier, quelques marches conduisent à l'étage du corps central du logis. C'est d'abord une grande salle sous la charpente apparente (plafond isolé) qui se présente avec les divers espaces dont les enfants feront leur miel : couchage, jeux, salon télé, grande table pour les goûters, etc. Trois radiateurs muraux sont calibrés pour la taille de la pièce. Le parquet est en hêtre comme celui du bureau qui vient ensuite et bénéficie d'une double exposition sud et ouest. Ici aussi le plafond est isolé comme celui du...cabinet qui occupe l'étage de la tour ronde, à la fois bibliothèque et toilettes avec lave-mains. Le second escalier, rampe sur rampe, et sous lequel ont pris place un dressing et un ballon d'eau chaude, débouche sur l'intersection entre le rez-de-chaussée de la tour ronde (salle de bains) et la chambre du bas.

Les dépendances

Elles sont attenantes à la partie d'habitation du logis au nord et forment comme une aile à l'est. Ancienne buanderie et bûcher aux toitures neuves donnent sur un patio. S'y ajoutent le local du matériel de jardin, le garage et l'ancienne écurie, directement accessibles de l'extérieur, sous un vaste grenier dont la toiture est à reprendre.

Le parc

Le jardin, tout de fleurs et d'arbres, s'étale sur 2800 m2 devant le logis au sud. Il se découvre une fois franchi un portail charretier en plein cintre dont les vantaux de bois inversent la courbe et qui est flanqué d'un porte piétonne. Une petite grille est par ailleurs le chemin le plus direct pour les dépendances d'abord, la cuisine ensuite. De l'autre côté de la toute petite route d'accès, une prairie non constructible d'un demi-hectare, traversée par une allée de noyers, fait partie de la propriété.

Ce que nous en pensons

Au fil des décennies, l'entretien du logis a été rigoureux, son confort sans cesse peaufiné, son décor intérieur traité avec beaucoup de goût. Et il est resté lui-même, obstinément tourné vers le midi de toutes ses grandes fenêtres. La campagne environnante a plus d'un tour de beauté dans son sac. Aller dans la ville proche est aussi un plaisir tant Niort recèle de charme, tant sa palette culturelle est riche. Entamer une nouvelle vie dans cette demeure c'est respirer un air plus pur, se rappeler que le silence existe, se laisser quotidiennement surprendre par l'inventivité de la nature, sans se couper de rien. La Gâtine poitevine, futur parc naturel régional, a ce genre de propositions secrètes.

Vente en exclusivité

595 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 468512

Surface cadastrale 7838 m2
Surface du bâtiment principal 410 m2
Nombre de chambres 4

Conseiller
Deux-Sèvres


Jean-Pascal Guiot +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus