En Bresse bourguignonne,
un imposant château du 18ème siècle à sauvegarder sur près de 5ha.
Chalon-sur-Saône, SAONE-ET-LOIRE bourgogne 71100 FR

Situation

Non loin de l’axe Lyon/Dijon, les capitales régionales sont respectivement situées à 1h30 et 1h00 par l’autoroute A6. Genève est à 2h00. Par ailleurs, la propriété est accessible en 30 minutes depuis Chalon-sur-Saône, Beaune ou Louhans. Les premiers commerces sont situés à 4km du village. La Bresse bourguignonne est composée de plaines, parcourues de cours d’eau, d’étangs et de forêts, ponctuées d’un habitat rural dispersé, construit de bois, de brique ou de pierre.

Description

Le château est situé en lisière d’un village d’environ 200 habitants, à l’emplacement d’une ancienne maison forte. Il faisait face à deux dépendances, dont une subsiste, le tout autour d’une vaste cour quadrangulaire, délimitée par des anciennes douves en eau dont une partie a été recrée. L’ensemble des bâtiments est orienté est/ouest.

Le château

Certainement reconstruit durant la deuxième moitié du 18ème siècle, il reprend les canons architecturaux de son époque. Entièrement construit de brique avec soubassement de pierre, il est composé d’un corps central, encadré de deux ailes symétriques en légère saillie. Elevé d’un rez-de-chaussée puis d’un étage souligné par un chaînage, il est surmonté d’une imposante charpente en trois corps, couverte de tuiles plates et ponctuée de sept lucarnes à frontons triangulaires sur sa façade est.
Probablement délaissé après la révolution française, il devint le siège d’une exploitation agricole jusqu'à la fin du 20ème siècle. Conséquence de l’imposition sur les portes et fenêtres en vigueur jusqu’en 1926, les ouvertures du premier étage, inutilisé, furent comblées de brique et celles du rez-de-chaussée réduites.


Rez-de-chaussée
Il est accessible par une porte principale, au centre du bâtiment, encadrée de pierre de taille, avec linteau cintré, surmontée d’une clé saillante. Souligné à mi-hauteur d’un chaînage en brique, ce niveau a conservé sur sa façade est la disposition des ouvertures d’origine, tandis qu’elles ont été redimensionnées sur sa façade ouest.
Il fût habité, cloisonné, et fortement remanié au cours du 20ème siècle, avec l’adjonction de matériaux modernes. Délabré et inhabitable en l’état, il semblerait judicieux de recréer les volumes initiaux parfaitement lisibles.

Premier étage
Il constitue l’étage noble de la bâtisse. Il est accessible, au centre du bâtiment, par un remarquable escalier rampe sur rampe en chêne, avec clé pendante et balustres chantournés en bois. Cet étage, bien qu’ayant perdu la plupart des éléments de décor d’origine, est resté dans un état brut et dans son jus, sans modernisation outrancière. Ainsi, une distribution en enfilade côté est, permet d’accéder à deux grandes pièces traversantes de plus de 55m², situées dans le corps central, de chaque côté de la cage d’escalier. Dans la continuité et dans les ailes en saillies, deux vastes volumes de plus de 70m². L’ensemble de ces pièces a conservé des plafonds à la française, dont certains avec des traces de frises peintes, des trumeaux de cheminées en plâtre et des portes en chêne.
Combles
L’escalier principal se poursuit au dernier étage. Il permet d’accéder à une remarquable charpente en trois volumes, dont la hauteur pourrait envisager un aménagement en habitation. Les souches de cheminée et la couverture en tuiles plates nécessiteraient des travaux imminents.

La dépendance

Présente à cet emplacement sur le cadastre napoléonien, elle a été reconstruite au cours du 20ème siècle pour un usage agricole, en moellon et plaques de fibrociment. Une autre dépendance agricole, de style bressan, était encore présente il y a quelques années dans le prolongement.

Le terrain

La présence d’une cour, ceinte de douves en eau, protégeant le château et ses dépendances, indiquée au début du 19ème siècle, est encore parfaitement visible. Les douves à l’ouest ont été recrées il y a quelques années, d’où la vue d’étend sur les bois et les prairies alentours. Un droit de passage traverse la cour afin d’accéder aux champs voisins et un pylône électrique est implanté à l’extrémité est de la propriété. Trois puits sont également présents.

Ce que nous en pensons

Les amateurs du siècle des lumières sauront apprécier l’harmonie, la symétrie et les volumes intemporels, toujours présents . Figé dans le temps, le château attend patiemment, depuis plusieurs décennies, son sauveur aventureux, fougueux, ou empreint d’une certaine folie selon les plus rationnels. Accompagné d’hommes de l’art, il faudra s’atteler à revoir sans tarder l’ensemble du gros œuvre et du second œuvre du château. Avec une vision résolument contemporaine ou traditionnelle, il s’agira d’une occasion pour les prochains occupants, de répondre aux défis de notre siècle en terme de préservation du patrimoine et de confort thermique, aidés par la simplicité de la structure du bâtiment. Et quelle joie d'imaginer la lumière et les rayons de soleil transpercer, de nouveau, le cœur de la bâtisse !

650 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 464626

Surface cadastrale 4 ha 96 a 41 ca
Surface du bâtiment principal 500 m2
Nombre de chambres 5

Direction Régionale

Gautier Dumontet +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus